[MANGA] Critiques diverses (XI)

manga_critiques_rpg_ff3

Et voici quelques petites impressions sur divers mangas, avec au programme uniquement des titres adaptés de RPG. Il y aura peut-être (un jour) une suite à ces critiques avec d’autres mangas abordant le même thème, si je n’ai pas la flemme.

 

Breath of Fire ~ Tsubasa no Oujo

manga_breathoffireBasé sur le tout premier Breath of Fire sorti sur Super Nintendo en 1993 puis sur Gameboy Advance en 2001, ce manga en deux volumes se déroule après les événements du jeu. Dans cette suite, une nouvelle menace se manifeste sous la forme du clan des Ice Dragons : ce dernier, après la chute du clan des Dark Dragons, décide de prendre sa place et de dominer le monde.

Voici donc un court manga signé Retsu Sawamura (scénario) et Kouji Hayato (dessins) dont je ne soupçonnais même pas l’existence, et que j’avais acheté par curiosité il y a déjà quelques années au cours de l’une de mes nombreuses pérégrinations à Book Off au Japon…

Ce qui est intéressant ici est que l’histoire suit le point de vue de Nina, l’auteur ayant clairement mentionné dans la préface qu’il avait de toutes façons l’intention d’en faire l’héroïne de son manga car il s’agit de son personnage préféré. En tout cas, les premières pages retracent les événements du jeu en présentant brièvement les personnages principaux, histoire de se remettre dans le bain. Mais les choses sérieuses commencent assez vite lorsqu’une énorme montagne de glace surgit de l’océan, et que de nombreuses personnes finissent par être congelées. C’est le sort qui attend le héros Ryû, enfermé par un ennemi puissant dans un énorme bloc de glace, mais qui finira par être sauvé par Nina. Bien sûr, les héros du jeu seront tous réunis et mettront fin à la menace qui pesait sur le monde.

Pas de surprises au niveau du scénario, ça reste vraiment très classique du début jusqu’à la fin. Le plus intéressant se trouve en fait au niveau des dessins, le style utilisé étant très particulier mais doté surtout d’un énorme souci du détail, les toutes dernières planches du deuxième volume étant absolument remarquables à ce niveau-là. Il va sans dire que le manga en lui-même est principalement destiné à ceux qui ont joué au premier volet du jeu, ainsi qu’aux nostalgiques. Un titre intéressant, pas trop mauvais pour une adaptation de RPG, mais pas indispensable non plus.

breathoffire3       breathoffire2       breathoffire1


 

Yuukyuu no Kaze Densetsu : Final Fantasy III yori

manga_ff3yoriCe manga en trois volumes est en fait une réécriture de l’histoire de Final Fantasy 3. Il suit les aventures d’un groupe de jeunes gens élus par le Dieu du Vent et à la recherche des quatre cristaux capables de sauver leur monde.

Le « yuukyuu no kaze densetsu » du titre, qui signifie « la légende du vent éternel », vient en fait du nom de l’album de musique de FF3 sorti un mois après le jeu, en mai 1990. Cet album contenait des parties narrées en anglais qui auraient visiblement inspirées l’histoire de cette version papier.

Kenji Terada, qui s’était occupé du scénario du FF3 original, s’est ici également chargé de celui de ce manga. Il s’agit d’une réécriture de l’histoire du jeu, ou plutôt d’une vision plus dramatique et épique. Il est assez amusant de voir que les quatre héros de ce manga sont trois garçons et une fille, comme dans le récent remake sur Nintendo DS, étant donné que dans la version originale sur NES les personnages n’avaient pas de personnalité propre et que leur sexe restait indéterminé. Chose étonnante, ce manga est l’un des rares à devoir se lire de gauche à droite, à l’occidentale. Même les dialogues dans les bulles sont écrits de gauche à droite et non de haut en bas, ce qui est un peu déroutant. Le style de dessin tout comme la narration ne donne pas tellement l’impression qu’il s’agit d’un titre basé sur Final Fantasy, mais l’histoire de fond possède mystérieusement quelques points communs avec le futur FF5 qui n’était alors sorti qu’un an après ce manga. Même le héros, Muuchi, ressemble à une sorte de première ébauche de Bartz / Butz.

Le style particulier de l’artiste, Yuu Kinutani, contribue quand même largement à donner une atmosphère particulière à ce titre ; à noter qu’il n’est pas inconnu en France, car il est derrière deux mangas sortis ici : Leviathan chez Asuka et Shion chez Milan. Sa représentation du célèbre chocobo est même assez particulière et me rappelle un peu les dessins de Moebius

Il s’agit en tout cas d’un manga que j’ai trouvé très intéressant et original vis-à-vis de la saga de Square, mais qui n’a quand même qu’un lointain rapport avec Final Fantasy 3 mis à part les éléments de base (les cristaux, les chocobos, Cid, les invocations…).

manga_ff3_big2       manga_ff3_big3       manga_ff3_big1


 

Trusty Bell ~ Chopin no Yume

manga_trustybellCe manga de Mimei Kuroi sorti en 2007, basé sur le RPG de Tri-Crescendo du même nom, retrace très brièvement l’histoire du jeu.

Je ne m’attendais pas à ce qu’un manga basé sur Trusty Bell voit le jour, mais je l’avais découvert là aussi par hasard en tombant sur le second chapitre prépublié dans le magazine Side-BN. La première chose qui surprend, ce sont les dessins : son auteur, Kuroi Mimei, avait déjà œuvré sur d’autres adaptations de manga quand même destinées à un public « otaku » : Da Capo ~ The Origin et Kimikiss ~ Lyrical Contact. Voilà donc pourquoi l’héroïne, Polka, se retrouve avec un style complètement moe qui lui donne un peu l’air sur certaines pages de s’être échappée d’un jeu de drague. En fait c’est le style des de tous les personnages qui s’est retrouvé complètement modifié, que ce soit Allegretto qui donne l’air d’être bien plus adulte ou encore Chopin qui semble sortir tout droit de Ken le Survivant. Du côté des ennemis, ils ont tous l’air d’être devenus de sacrés psychopathes : lorsqu’ils sont en colère, Fugue et le Comte Waltz ont des déformations de visage assez flippantes.

Le manga ne faisant qu’un seul volume, l’histoire a été condensée et seul l’essentiel a été gardé. Par conséquent, des personnages comme Viola, Falsetto et Claves ont complètement été éjectées du scénario, et ça c’est impardonnable. è_é Encore que pour Viola et Claves je m’en fiche, surtout Claves, mais virer Falsetto alors que c’était le personnage que j’attendais le plus de voir dans cette version… Même Rondo a eu droit qu’à quelques cases, tout comme la pirate Dolce. Le scénario a par ailleurs été tellement remanié qu’on a droit à des raccourcis étranges et à des situations qui n’existaient pas dans le jeu, notamment à cause de la présence de Jitterbug dès les premiers chapitres. Sans parler des personnages qui sont devenus de simples figurants, comme Salsa et March.

En fait, tout ce qui donnait ce côté très WTF au scénario original du jeu (notamment le cycle éternel que subit Polka) a été complètement supprimé. Pas grand chose à voir avec le jeu donc, d’autant plus qu’à la fin Allegretto sauve Polka d’un pic qui allait lui tomber dessus et se fait empaler à sa place, mais Chopin le ressuscite, et tout est bien qui finit bien. Pourquoi pas.

Cela reste un manga intéressant pour ceux qui ont fait le jeu, mais c’est tellement du gros n’importe quoi que c’est au final assez drôle à lire.

trustybell1     trustybell2    trustybell3


 

Star Ocean – Till The End of Time

manga_SO3Ce manga d’Akira Kanda, basé sur le RPG Star Ocean 3, retrace plus ou moins fidèlement les événements du jeu en sept tomes. Les précédents volets de la saga des Star Ocean ayant eu également droit à une adaptation en manga, il n’était d’ailleurs pas étonnant d’en voir une pour le troisième épisode. Publié une dizaine de mois après la sortie du jeu au Japon, ce manga adapte assez fidèlement ce dernier, du moins au départ.

Les adaptations de RPG en manga prennent parfois de grandes libertés, mais ici l’ajout le plus notable est celui des deux personnages originaux que sont Kurin et Pierre, deux antagonistes qui sont plus là pour l’aspect comique qu’autre chose.

J’ai quand même été surprise de voir que Welch était également de la partie, mais le reste est plutôt fidèle, si ce n’est que la personnalité des personnages a légèrement changé (je n’ai pas le souvenir que Cliff était un gros pervers dans le jeu). Quant au niveau du design en général, seuls Fate et Albel sont ici légèrement différents, ce dernier étant tout de même plus habillé dans cette version. ;-)

Le manga commençait plutôt bien, avec même des pointes d’humour et des bonus en fin de volume. En fait, qu’il y ait des personnages inédits en plus, ou que l’histoire soit légèrement remaniée, pas de problème. Mais finir toute l’histoire en seulement sept volumes, sachant que les personnages rencontrent Maria à peine dans le sixième, est vraiment le gros souci de cette adaptation : il aurait au moins bien été nécessaire d’avoir 2 ou 3 volumes de plus pour conclure convenablement le scénario. Du coup la fin est complètement bâclée, et j’ai rarement vu un un final aussi torché à la va-vite… Cela donne l’impression que l’histoire s’est arrêtée au milieu du jeu, et que les personnages se sont retrouvés comme par magie tout à la fin : en un volume, l’auteur a essayé de condenser tout ce qui se passait entre l’arrivée de Maria et le combat final dans le monde en 4 dimensions. Alors que très étrangement, le rythme était plus calme et l’histoire se développait plutôt tranquillement pendant les six premiers tomes.

Ce manga est donc une grosse déception. Seul point positif : le fameux plot twist qui aura fait couler beaucoup d’encre est quand même bien mieux amené que dans le jeu.

starocean2       starocean1       starocean3

Laisser un commentaire