THE iDOLM@STER ONE FOR ALL – Une pour toutes, toutes pour une

The iDOLM@STER ONE FOR ALL - PS3

Sorti il y a tout juste deux semaines au Japon sur PS3, The Idolm@ster One For All signe enfin le retour de la franchise sur console de salon avec un véritable épisode original, qui fait toutefois office d’apéritif avant le futur Idolm@ster 3 déjà prévu sur PS4. S’agissant d’un épisode non numéroté j’avais eu au départ quelques craintes, The Idolm@ster Live For You! sur Xbox 360 ne m’ayant pas laissé de très bons souvenirs, mais heureusement on en est bien loin. En fait j’ai été moi-même surprise d’avoir adoré ce volet, bien plus que les deux premiers Idolm@ster, même s’il a bien évidemment ses défauts.

Je ne ferai d’ailleurs pas vraiment de comparaison avec les autres volets dans ce billet, n’ayant joué qu’à ceux sortis sur Xbox 360, et pour un petit rappel sur ce qu’est le jeu vidéo Idolm@ster je renvoie au très bon article de Axel Terizaki écrit avec beaucoup de passion sur le sujet, sans oublier au passage le test assez fantastique de Greg sur The Idolm@ster 2.

Are you lady ?

Dans ce nouveau volet, le joueur incarne une fois de plus un producteur devant s’occuper des starlettes de la société 765 Production. Oubliez tout ce qu’il s’est passé dans les autres Idolm@ster, l’histoire repart de zéro et il n’y a donc aucun lien avec les épisodes précédents : les idols de 765 Production ont ici débuté leur carrière il y a seulement quelques mois mais elles n’arrivent pas vraiment à percer dans le milieu. C’est donc au joueur que revient la lourde tâche de gérer leur emploi du temps et de les soutenir afin de les aider à devenir des Top Idol, mais pour cela il faudra leur faire atteindre le rang le plus élevé.

Le jeu propose en fait un système de rang assez important, et toutes les idols sont classées par rang en commençant par le plus bas : le rang E3. Elle peuvent par la suite passer aux rangs suivants (E2 > E1 > D3 > D2 > D1 > C3, etc.) jusqu’à A1, le rang ultime, mais pour passer d’un rang à l’autre il faut l’autorisation du A.I.R.A. (All Idol Rating Agency), l’organisme qui s’occupe de gérer tout cela, et qui permet alors aux idols de participer à un festival permettant de passer au rang supérieur si elles le réussissent : le « Rank Up Fes ». Ça a l’air compliqué expliqué comme cela mais en fait cela ne l’est pas du tout dans le jeu, il s’agit bien plus d’un simple élément du scénario qu’un réel élément de gameplay, étant donné que la possibilité de participer à un Rank Up Fes dépend tout simplement de son nombre de fans.

Une idol ayant atteint le rang A pourra alors participer au festival possédant le niveau le plus élevé, le « Idol Extreme », le but ultime à atteindre pour devenir une Top Idol.

Atteindre puis réussir le festival Idol Extreme n’est cependant pas la fin du jeu, car…  il n’y en a pas. On peut voir que Bandai Namco a voulu innover en incluant de petites nouveautés et en bousculant la formule initiale : le plus gros changement opéré, et pas des moindres, est la disparition de la limite de temps et donc l’absence de fin.

Cela pourra faire grincer des dents les puristes, mais d’un autre côté ce nouveau système permet de prendre tout son temps et de faire des erreurs, chose qui n’était par exemple pas vraiment possible dans Idolm@ster 2 : ce dernier s’étale sur environ une année, et son système de points d’action qui limitait le nombre de choix à faire chaque semaine demandait au joueur de bien gérer l’emploi du temps de ses idols.

Ce changement a été expliqué dans une interview par le producteur du jeu, Yōzō Sakagami, qui voulait donner la possibilité aux joueurs d’expérimenter un peu tout sans se soucier des conséquences et de prendre leur temps. C’est aussi pour cela que les 13 idols de 765 Production sont disponibles en une seule partie, pour que le joueur ne se focalise pas sur ses préférées et puisse ainsi donner leur chance aux autres personnages. Car une autre nouveauté intéressante ici est que si on commence le jeu avec une idol, puis deux, puis, trois, on se retrouve petit à petit à s’occuper des 13 idols en même temps (mais avec trois idols maximum sur scène, sauf lors des All Star Live).

Si la limite de temps n’existe plus, le jeu n’en reste pas moins très structuré avec un découpage en saisons. Chaque saison comporte 12 semaines, pendant lesquelles il faudra remplir un objectif précis : obtenir un certain nombre de fans, participer à un nombre précis d’auditions, dépasser un certain score pendant un festival… Il n’y a absolument rien de bien compliqué, et obtenir un résultat bien supérieur à celui demandé permet également de recevoir un peu plus d’argent à la fin de la saison.

Chaque saison dont l’objectif est atteint permet également de faire gagner un rang à vous, le producteur, ce qui permet aussi de débloquer de nouvelles chansons ainsi que la possibilité de s’occuper d’une nouvelle idol.

Au début de chaque semaine le joueur doit s’occuper de l’emploi du temps de ses protégées, avec pour cela plusieurs options disponibles : il y a tout d’abord les leçons, qui contrairement aux jeux précédents fournissent ici un bonus temporaire à l’une des trois statistiques de chaque idol (Dance, Visual et Vocal). Si ce bonus non négligeable dure un certain nombre de semaines, les leçons les moins chères boosteront les statistiques pendant seulement 4 semaines tandis que les leçons les plus chères feront tenir l’effet sur 8 semaines, sachant que l’on ne peut pratiquer qu’une seule leçon par semaine. Pas de nouveauté au niveau de ces leçons qui consistent toujours en des mini-jeux de rythme, plutôt faciles à prendre en main, si ce n’est qu’elles se terminent toutes seules une fois que l’on a fait un Perfect, ce qui n’était pas le cas dans les précédents Idolm@ster où il fallait quand même attendre que le compteur arrive à zéro.

Une autre option parfois disponible est la communication : indépendante des phases de communication sous forme de visual novel qui parsèment le jeu et permettent d’augmenter son taux d’affection avec ses idols en choisissant à chaque fois la bonne réponse, cette option ne se débloque qu’après certains événements. Elle repose toutefois sur le même principe car il s’agit simplement ici de conversations bonus avec une ou plusieurs idols, toujours dans le but d’augmenter leur taux d’affection qui est représenté par un cœur, et dont le niveau correspond à autant de « souvenirs » (Omoide Appeal) que l’idol en question pourra utiliser pendant les auditions et les concerts. Mais ça, j’y reviendrai un peu plus bas.

Il est également possible au début de chaque semaine d’accéder à volonté à l’un des deux magasins du jeu et d’acheter de nouveaux costumes et accessoires, mais aussi des objets bonus qui permettent momentanément d’augmenter le nombre de fans ou encore l’argent reçu à l’issue d’un événement. Si ces objets ne peuvent être utilisés qu’une seule fois, certains vendus beaucoup plus chers mais disponibles seulement à partir d’un moment précis permettent d’obtenir un effet permanent.

Le menu concernant la gestion des idol permet de changer leurs costumes et accessoires, ce qui permet également d’augmenter l’une de leurs trois statistiques de base, voire même plusieurs à la fois ; une autre option dans ce même menu permet de changer le leader du groupe et il est possible ici de l’utiliser à volonté sans aucune pénalité. La troisième option, qui est toute nouvelle dans ce jeu et est la plus importante, est celle des capacités : à l’instar d’un RPG, le jeu propose ici un Skill Board, c’est-à-dire un arbre de compétences.

Chaque idol possède un niveau et gagne des points d’expérience après un événement (audition, festival, concert live…), et passer au niveau supérieur ainsi que remporter un Rank Up Fes donne des SP (Skill Points). Pour débloquer une compétence il faudra donc non seulement un certain nombre de SP (qui varie de 1 à 10) mais aussi que l’idol en question ait atteint le rang nécessaire : une idol de rang C (qu’elle soit rang C3, C2 ou C1) ne pourra donc pas débloquer les compétences de rang B et A. Ces compétences permettent par ailleurs de grandement faciliter le jeu : si certaines augmentent tout simplement les statistiques de base, d’autres permettent de débloquer des capacités spéciales comme le Omoide Drive, Burst Charge ou encore Burst Counter.

Chaque idol possède également son propre « coup spécial » appelé Burst Skill, qui se débloque lui aussi via l’arbre de compétences : par exemple Miki pourra augmenter sa statistique Visual pendant un Burst Appeal, Iori a 20% de chance d’augmenter une statistique de base de façon permanente pendant toute la durée d’une chanson, Ami permet de faire en sorte que la jauge Voltage monte plus vite après un Burst Complete… Tout cela sert surtout à faire exploser les scores et à créer des combos dévastateurs. A noter que le niveau 35 est le niveau maximum et que c’est d’ailleurs à ce niveau-là que l’on peut tout débloquer dans l’arbre de compétences d’une idol.

Pour quelqu’un n’ayant jamais joué à un Idolm@ster il est facile de s’emmêler les pinceaux avec tous ces termes bien spécifiques, mais le cœur du jeu lors des phases musicales reste toujours très simple : il suffit d’appuyer en rythme sur les trois touches différentes affichées à l’écran, sachant que chaque touche correspond à l’une des statistique de base des idols (Dance, Visual, Vocal).

Appuyer sur une même touche en boucle fera donc baisser le pourcentage de la statistique à laquelle elle correspond et rapportera de moins en moins de points, mais en contrepartie cela fera augmenter le pourcentage d’une des deux autres statistiques, qui donnera plus de points si on appuie ensuite dessus. Augmenter ainsi son score fera monter de plus en plus la jauge Voltage, donnant alors la possibilité au joueur de déclencher un Burst Appeal.

Petites explications sur tout ce charabia :

Omoide Appeal : il s’agit d’un « souvenir » qui se déclenche en appuyant sur le bouton X et qui permet d’augmenter sa jauge Voltage ainsi que son score. Lors d’un festival, cela permet aussi de diminuer la jauge Voltage du groupe rival (qui peut également utiliser un Omoide Appeal…). Le nombre d’utilisations possibles est représenté par le chiffre à côté du cœur, qui combine tous les souvenirs des idols présentes.

Omoide Drive : appuyer une nouvelle fois sur X tout de suite après un Omoide Appeal permet de déclencher un Omoide Drive Duo si les idols ont débloqué la capacité en question dans leur arbre de compétences respectif, et appuyer encore une fois sur X après un Omoide Drive Duo permet de déclencher un Omoide Drive Trio. C’est en fait comme un Omoide Appeal, mais en plus puissant.

Burst Appeal : se déclenche en appuyant sur R1 lorsque la jauge de Voltage est pleine et permet de déclencher le Burst Skill de l’idol sélectionnée. Lors d’un festival, cela diminue fortement la jauge Voltage du groupe rival.

Burst Skill : le « coup spécial » propre à une idol. Il possède trois niveaux de puissance, qui se débloquent tous via le Skill Board.

Burst Complete : le terme qui s’affiche à l’écran après avoir effectué un combo parfait lors d’un Burst Appeal et permet de remporter des points bonus.

Burst Charge : lorsque la jauge Voltage est pleine, au lieu d’appuyer sur R1 il suffit d’appuyer sur X, comme pour déclencher un Omoide Appeal (cela consomme d’ailleurs un « souvenir »). Cela permet ainsi d’effectuer un Duo Burst voire même un Trio Burst en appuyant encore une fois sur X, pour peu que les idols aient déverrouillé cette capacité. Le Burst Charge est en fait un moyen de déclencher plusieurs Burst Skills en même temps.

Rival Burst : les rivaux aussi peuvent déclencher leur propre Burst Skill, et c’est donc le terme qui apparaît à l’écran lorsqu’ils l’utilisent.

Burst Counter : déclencher un Burst Appeal juste après son rival permet de littéralement contrer son attaque et d’annuler ses effets négatifs. Attention, un rival peut aussi contrer le Burst Appeal du joueur.

Et bien entendu, manipuler correctement tout cela est nécessaire pour obtenir des scores élevés, mais ce n’est pas très difficile car le jeu reste assez intuitif.

La dernière option dans la gestion de l’emploi du temps reste celle concernant le travail : faire la promotion de son idol, l’envoyer à une audition, la faire participer à un festival ou encore un concert live… Chaque événement disponible possède également son propre rang, donnant ainsi une idée du niveau de difficulté, et certains font plus ou moins gagner des points d’expérience, de l’argent ou encore des fans, mais bien entendu tout cela est indiqué dans le jeu.

S’il est tout à fait possible pour une idol de rang D de participer à un événement de rang A, seuls les Rank Up Fes appliquent une certaine limite. Une idol ne peut donc sauter directement plusieurs rangs éloignés et passer par exemple du rang E3 au rang A3, même si elle remplit les conditions nécessaires en possédant le nombre de fans requis, mais en revanche elle pourra passer du rang E3 au rang D3. Les idol qui ne participent pas à un événement recevant elles aussi une partie des points d’expérience, il n’est donc pas rare d’avoir des idols avec des rangs très bas mais possédant déjà un bon nombre de fans. A noter aussi que sauter plusieurs rangs lors des Rank Up Fes ne fait pas perdre les points d’expérience et les Skill Points des rangs intermédiaires : le joueur gagne simplement moins de fans par rapport à quelqu’un qui aurait fait tous les rangs un par un.

Et c’est au moment où une idol franchit le rang C qu’une rivale importante apparaît dans l’histoire : Leon, surnommée la « Queen of Idol ».

Si on peut accepter de suite le challenge lancé par Leon, il n’est pas forcément recommandé de le faire avec un niveau peu élevé sous peine de se faire joyeusement massacrer étant donné que son challenge est un festival de rang A1. Pas très difficile à battre une fois bien préparé, Leon proposera alors un second challenge au joueur au moment où une idol aura réussi à remporter le festival Idol Extreme : à l’issue de ce dernier le joueur recevra une lettre qu’il faudra alors ouvrir dans les options du jeu pour faire apparaître ce nouveau challenge, nettement plus difficile que le premier.

Bien qu’elle soit considérée comme une rivale, Leon n’en reste pas moins un personnage qui s’intéresse à l’évolution de nos idols et continue à les encourager même lorsqu’elles perdent contre elle. Dommage qu’elle ne soit pas plus présente que ça dans le jeu car c’est un personnage qui respire la classe, doublée en prime par Minori Chihara (oui, la voix de Nagato Yuki), et qui je l’espère apparaîtra dans d’autres Idolm@ster.

Concernant les autres événements du jeu, il en reste un seul dont je n’ai pas parlé mais qui n’en reste pas moins important : le All Star Live, qui se déroule toutes les deux saisons (en été et en hiver) et à chaque fois au terme de la douzième semaine. Il s’agit d’un événement où on peut voir les 13 idols sur scène interpréter une chanson, mais pour débloquer cette séquence il faudra auparavant remporter la première partie du All Star Live ; le but de ce dernier est de réussir à atteindre une certaine part d’audience en faisant un score donné (qui va jusqu’à 15% pour l’ultime All Star Live, soit 150 000 points), à l’aide de trois groupes d’idols qui interpréteront les uns à la suite des autres une chanson, le tout étant bien entendu complètement personnalisable par le joueur.

Si au début du jeu il peut être un peu difficile d’atteindre le score demandé car les idols n’ont pas les bonnes capacités ou ont alors un niveau très bas, il ne faut pas oublier que le jeu n’a pas de limite de temps : il sera donc possible de retenter sa chance au prochain All Star Live en cas d’échec.

Par ailleurs, si le jeu reste dans l’ensemble assez facile et est davantage destiné aux néophytes, il y a un point que j’ai beaucoup aimé : tout le côté interactions entre les idols et qui rend la société 765 Production très vivante.

C’est le point qui m’a d’ailleurs fait préférer cet Idolm@ster aux autres, car il y a là un petit côté tranche de vie très sympa qui rend les personnages encore plus attachants.

Qui dit Idolm@ster dit aussi DLC à la pelle, la franchise étant connue pour ses nombreux catalogues à télécharger proposant des accessoires, chansons et costumes tous plus chers les uns que les autres (dans les 1 500 yens environ pour un costume ou une chanson), sachant que les catalogues se contentent de débloquer ce contenu déjà présent dans le jeu. Un seul catalogue est pour le moment disponible, et il propose notamment un DLC gratuit : les costumes que portent les héroïnes dans le film.

La nouveauté au niveau des DLC est cependant l’apparition des Guest Stars qui débloquent des idols que l’on pourra affronter dans le jeu en tant que rivales. Pour le moment seule Ranko Kanzaki du mobage Cinderella Girls est disponible, et comme je suis faible j’ai craqué parce que j’aime bien son design et que sa chanson est sympa. Elle n’est cependant pas très difficile à battre et son challenge est un festival de rang A3.

Au final…

Cet Idolm@ster One For All s’adresse surtout aux nouveaux joueurs qui aimeraient s’essayer à la série : pas de lien au niveau du scénario avec les autres titres de la franchise, un système de gestion bien plus simple à prendre en main et qui pardonne les erreurs, un jeu sans limite de temps ni fin qui permet également de s’occuper des 13 idols en même temps… Si les puristes et ceux qui jouent surtout aux Idolm@ster pour leur challenge seront déçus, ceux qui préfèrent un jeu légèrement différent de la formule habituelle qui se focalise davantage sur le petit quotidien de 765 Production ainsi que les interactions avec les idols seront ravis : Idolm@ster One For All est avant tout un jeu peu stressant qui permet de faire tout ce que l’on veut sans se soucier d’être pénalisé par la moindre erreur de gestion, avec en prime un aspect RPG au niveau du développement de ses idols mais aussi un petit côté « tranche de vie » des plus agréables et assez rafraîchissant. En tout cas, je n’ai pas regretté mes 50 heures passées dessus. :)

Site officiel : http://ofa.idolmaster.jp

 

Avec mots-clefs , , , , .Lien pour marque-pages : permalien.

7 réactions à THE iDOLM@STER ONE FOR ALL – Une pour toutes, toutes…

  1. Ichikyo a écrit:

    Oh la ressurection du blog =)
    Alors deja quelques petites questions apres avoir lu ta review forte interessante
    1. En supposant qu’avec les differentes Burst Skills, on peut de ce fait exploser les scores, j’imagine que le leaderboard (s’il y en a toujours un) donne une combinaison gagnante d’un trio craqué unique à utiliser? :3
    2. Aucun lien avec les episodes precedents soit, donc aucun lien avec l’anine n’est ce pas? ^^ Ce serait bien, l’anime a tellement detruit certaines de nos idoles visuellement que psychologiquement (j’ai Yukiho en tête)
    3. Tu as un avis rapide sur Shiny Festa à donner par la même occasion? =)

  2. Exelen a écrit:

    1. Oui il y a toujours un leaderbord avec des scores bien craqués. Pour le trio ça dépend des chansons, mais là je viens de voir un 257 245 points sur 自分REST@RT avec Yayoi, Azusa et Iori. Mais il y a beaucoup de scores élevés avec souvent Miki dans le trio.

    2. Il n’y a pas de lien avec l’anime non plus. Je crois que dans une interview ils ont dit que le jeu se déroulait dans un monde parallèle. ^^;

    3. Je n’ai pas (encore) fait le Shiny Festa, que ce soit sur PSP ou le portage HD sur PS3. :(

  3. Rukawa a écrit:

    c’est à cause de ce jeu que ya pas Berserk le mois prochain :/

  4. OrphiP a écrit:

    Ahhh, j’ai reçu le jeu il y a plus d’une semaine mais je n’ai toujours pas trouvé le temps d’y jouer

    Par contre, quelque chose m’inquiette à propos de cette durée « illimité » : Pour les communications il est donc possible que les même communications reviennent ? Ou bien la commu disparait définitivement après l’avoir faite ?

    En tout cas ce côté « tranche de vie » me fait vachement plaisir, c’est ce qu’il manquait dans SP et imas2 : l’intéraction entre nos idols de chez 765pro

    Avec le All Star Live, ils viennent encore de montrer certaines similarité entre la vie réelle et l’univers : 2 concerts sont organisé par an, un en hivers et un en été. C’est toujours un truc que j’ai adoré dans cette série (Par exemple la gloutonerie de Takane viens de sa VA Yumi Hara (Harami), ou encore Chihaya n’était pas supposé très bonne en vocal mais ils ont changé ça après avoir entendu Asami Imai(Mingosu) chanter)

    Je me demande combien de guest on aura en DLC. de nos jours les filles de Cinderella Girls sont 30 à avoir une musique. Ca ne m’étonnerais pas que Shibuya Rin soit la 2eme CG à apparaitre (Je dis ça a cause de la sortie de sa Dollfie dream avec Ranko) mais les filles de Million Live ont toutes une musique. Ca risque de couter cher… Mais on a l’habitude avec Scamco.

  5. Exelen a écrit:

    Rukawa > faudra bien que Miura sorte un jour un nouveau chapitre pour se payer tous les DLCs du jeu :p

    OrphiP > en effet pour les communications au bout d’un certain moment j’avais souvent les mêmes qui revenaient en boucle (notamment les salutations aléatoires du matin), c’est l’un des problèmes de la non limite de temps.

    Pour les DLCs la 2ème guest star prévue est déjà Serika de Million Live, mais oui je sens que Scamco va bien en profiter. Les 1200 yens du DLC de Ranko m’ont fait un peu mal quand même >_>; Heureusement qu’on peut ensuite utiliser ces persos dans le S4U!.

  6. ginjou a écrit:

    Un peu hs, mais vu que pas de nouveau billet, très sympa le nouveau style du blog |:3|

    • Exelen a écrit:

      Merci ! C’est encore un peu en travaux mais j’ai surtout changé le design parce que les nouveaux plugins n’étaient même pas compatibles avec mon ancien thème x)

Laisser un commentaire