[Noël 2011] Kakko Kawaii Sengen!

C’est Noël, et tout comme l’année passée avec le projet de Noël où une partie de la blogosphère avait rédigé un article sur Gundam 0080, c’est reparti pour cette année avec un nouveau projet expliqué clairement ici, où en gros chacun avait fait une petite liste d’anime vus récemment et parmi lesquels les autres blogueurs devaient voter à chaque fois pour désigner quel anime allait donc avoir droit à un billet. Ce présent billet devait d’ailleurs arriver bien plus tôt, aux alentours de minuit heure française, mais à vrai dire je me suis retrouvée mêlée entre temps à une expérience scientifique avec des bananes dans un micro-ondes (véridique). /o\ Bref, suite aux votes des autres blogueurs je me suis retrouvée à bloguer pour ce projet de Noël sur la série Kakko Kawaii Sengen! (カッコカワイイ宣言!), mais c’est FFenril qui doit être triste parce que ça s’est joué à un cheveux pour que j’écrive quelque chose sur Full Metal Panic!.

***

Mais d’abord, Kakko Kawaii Sengen!, c’est quoi ? Et bien c’est ça :

Et là, beaucoup de monde aura envie de prendre la fuite en voyant cette image. Car oui, c’est moche, mais pourtant il ne faut absolument pas se baser sur les apparences car Kakko Kawaii Sengen! est une série assez drôle dotée d’un sacré degré d’humour noir avec en prime une petite critique de la société moderne. L’humour de l’anime (et par extension du manga) est toutefois un peu particulier, et vraiment très proche d’une autre série au style narratif similaire partageant ce même humour absurde, et que j’apprécie également énormément : Gag Manga Biyori. De plus il n’y a pas vraiment de scénario ni de contexte de base dans Kakko Kawaii Sengen!, plutôt des épisodes sans continuité mettant en scène des personnages originaux dans des situations toutes plus improbables les unes que les autres.

En résumé, il s’agit d’une œuvre à l’humour absurde pas vraiment connue hors du Japon mais rudement sympa et dotée d’un style qui ne plaira absolument pas à tout le monde. Il n’y a pas d’humour universel et une forme d’humour est appréciée différemment suivant les cultures ; dans le cas du monde de l’animation japonaise on pourra tomber sur des séries dites « comiques » qui ne seront pas forcément appréciées au même degré par le public. Par exemple je n’arrive pas à trouver en quoi une série comme Nichijô est drôle et il faut à la limite m’expliquer les gags, alors que d’autres personnes ont énormément apprécié la série et l’ont donc trouvée, entre autre, amusante. D’un autre côté j’ai un faible pour les séries bordéliques et dotées d’un humour plus « gras » comme par exemple Puni Puni Poemi, Yondemasuyo Azazel-san! ou encore Detroit Metal City, et que certains peuvent trouver du plus mauvais goût. Et Kakko Kawaii Sengen! est bien plus proche de ces trois dernières séries citées que d’un Nichijô.

Les leçons de français de Kakko Kawaii Sengen! (saison 1).

N’ayant qu’à peine feuilleté le manga je n’évoquerai ici que l’anime, qui aura été diffusé fin 2010 et ne comporte que 5 épisodes de trois minutes. La seconde série, qui a débuté cet automne, vient quant à elle tout juste de se terminer. Et ce n’est qu’avec l’annonce de cette seconde saison que j’avais en fait décidé en septembre dernier de me lancer là-dedans, sachant que les épisodes des deux séries sont diffusés gratuitement sur Nico Nico Douga et qu’à force d’en entendre parler et d’en voir des images un peu partout cela avait bien fini par attiser ma curiosité. Au final, alors que je n’en attendais rien, j’ai vraiment beaucoup accroché à cette courte série pourtant réalisée avec un budget minimal mais vraiment dotée d’un humour qui fait très souvent mouche.

Des parodies imitant le style de la série peuvent se trouver un peu partout sur le net.

On doit avant tout Kakko Kawaii Sengen à son auteur aussi loufoque que sa création et au pseudonyme original : Jigoku no Misawa. Son style est reconnaissable entre mille et tous les personnages de son œuvre se ressemblent tous, avec ce même visage et ce corps un peu obèse, les coupes de cheveux étant vraiment ce qui distingue un personnage d’un autre en dehors bien entendu de leur caractère. Son manga est actuellement prépublié dans le magazine Jump Square de la Shueisha et compte actuellement deux volumes ; l’anime aura quant à lui débarqué en novembre 2010 pour la première saison et septembre 2011 pour la seconde.

Kakko Kawaii Sengen!, comme son titre l’indique, met donc en scène des personnages « cools et mignons » (カッコカワイイ), mais façon Jigoku no Misawa. L’anime se distingue par ses épisodes mettant en scène des personnages différents, certains n’apparaissant qu’une seule fois dans toute la série tandis que d’autres, récurrents, font un peu office de « personnages principaux » même si on ne peut pas vraiment dire qu’il y en ait.

***

Personnages récurrents du petit monde de Kakko Kawaii Sengen!

Considérée comme l’héroïne principale de la série, Kao-chan en est surtout le personnage emblématique même si elle n’y apparait pas très souvent. Kao-chan est une parodie des dojikko, ces filles un peu cruches qui font craquer les garçons dans les anime par leur étourderie, mais qui ici cache un fond relativement obscur et ne supporte pas qu’il y ait plus bécasse qu’elle.

Les deux autres personnages récurrents sont un senpai et son kouhai. On ne connait pas leur nom, et les gags les mettant en scène se résument très souvent à l’admiration démesurée du kouhai envers son senpai. Si le duo est assez populaire sur Nico Nico Douga, c’est principalement parce que leurs deux seiyuu sont les mêmes que ceux de Shinosuke Nohara et son père Hiroshi Nohara de l’anime Crayon Shin-chan, et qu’ils utilisent ici un timbre de voix très similaire… ce qui aura donné naissance à de très nombreuses parodies.

Malgré son apparence innocente, Tori est un petit oiseau jaune venu sur Terre pour tuer les êtres humains en leur arrachant leur cœur. Il n’a pas de raison particulière de faire cela, il est juste méchant et assez sadique sur les bords. Il fait partie du même groupe que Kuma-san, un ours à tendance psychopathe qui veut apprendre à connaître le cœur humain en arrachant lui aussi littéralement ce dernier. Oui, ces personnages sont complètement random.

Les trois femmes au foyer anonymes reviennent assez régulièrement dans les épisodes, chacune étant prête à déblatérer n’importe quoi pour prouver que sa famille est socialement supérieure à celle de ses « amies ». Ces trois mégères peuvent être considérées comme une sorte de critique de la société actuelle. D’autres épisodes sont également centrés autour de personnages qui sont bien moins présents que les autres comme par exemple les chanteurs sans succès DUO, l’ange déchu Kaoru qui s’exprime uniquement avec des chansons emo, la gothic lolita Marie doublée par Tomokazu Sugita…

***

Le monde de Kakko Kawaii Sengen! se base en tout cas sur un humour spécial qui ne plaira pas forcément à tout le monde et que certains pourraient peut-être trouver lourd, mais auquel personnellement j’adhère. C’est en tout cas une bonne petite surprise que j’aurais découverte cette année, et qui prouve qu’un titre très moche peut aussi être très intéressant. Pour ceux qui seraient tenté par les deux séries il faut savoir que chaque épisode ne dure que trois petite minutes et qu’elles peuvent donc se regarder assez vite. Attention cependant, il n’y a pas de fansub disponible à ma connaissance.

Oh, et j’ai failli oublier : Joyeux Noël !

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Autres articles du Projet de Noël 2011 :

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Avec mots-clefs , , , .Lien pour marque-pages : permalien.

14 réactions à [Noël 2011] Kakko Kawaii Sengen!

  1. Pingback:Hourai NEETwork - 「100% fagtastic, 100% fagbulous - 1000% Esprit Dôjin」 » [Noël 2011] Pierre;Porte β version

  2. Pingback:Hourai NEETwork - 「100% fagtastic, 100% fagbulous - 1000% Esprit Dôjin」 » [Noël 2011] ARE YOU MERRY? I’M LADY!

  3. Judge a écrit:

    Merci de mentionner notre revue! Désolé mon français est mauvais >.< Parlez-vous anglais?

  4. Gemini a écrit:

    Houla, ce sont décidément des fous ces Japonais. Mais j’avoue tout de même avoir du mal à faire une idée du contenu, dommage que mon Japonais m’empêche de comprendre…

  5. Pingback:Le BakOtak' et son grenier » [Noël 2011] Une tortue, de la neige, et un récapitulatif

  6. Cetais a écrit:

    J’ai déjà entendu parler de cette série, c’est vraiment dommage qu’il n’y a pas de fansub X_X

    Faut dire, récemment j’ai vu des subs pour Marie & Gali, depuis le temps que j’attendais ça… (Depuis le début de la s2, pour être précis)

  7. inico a écrit:

    Finalement, ce nouveau billet est arrivé assez vite :)

    Arf, le coup de la banane au micro-onde, j’ai tout de suite pensé à Steins-gate ^__^

    Je ne sais pas où, mais j’avais déjà vu le visuel de ce manga/anime, assez intrigant… Si tu dis que l’humour est dans la veine d’un DMC ou Azazel, je crois que je pourrais bien accrocher.
    En attendant une pas-impossible disponibilité en sous-titrage Fr ou Anglais, je vais me rabattre sur Puni Puni Poemi que je ne connaissais pas.

    Bonnes fêtes :-)

  8. Exelen a écrit:

    Judge > Yes, I can speak English :)

    Gemini > la série est en tout cas vraiment trop « random » pour pouvoir en donner une idée du contenu… Je me demande même si une traduction aiderait, il y a des concepts vraiment très japonais parfois dans les épisodes.

    inico > et le prochain billet arrivera encore plus vite :D

  9. Pingback:Drilling down Gurren Lagann | tsurupeta.info

  10. にょ〜☆ a écrit:

    inico > le coup de la banane au micro-ondes c’est ma faute (vu que c’est moi qui ait realise l’experience) et c’est effectivement un hommage a Steins;Gate.

    Bon va falloir que je check ca un jour rien que par curiosite… malsaine?~

  11. Pingback:[Noël 2011] Fire Force DNA Sights 999.9 | Le Chapelier Fou

  12. Pingback:Perles méconnues #2: Birdy The Mighty Decode:02 « kakutou.tatakae.eu

  13. Kao-chan a écrit:

    Oh une Kao-chan XD Mon nouvel avatar ?

    Je suis tellement déconnectée que c’est la première fois que j’entends parler d’un projet de blogouillage de noël ._.;

  14. Pingback:Galaxy Express 999 (et Waga Seishun no Arcadia) | FFenril.info

Laisser un commentaire