[MANGA] Critiques diverses (X)

manga_critiques10_menu
Et voici quelques petites impressions sur divers mangas, avec cette fois-ci seulement quatre titres : deux mangas récents avec Kobato et Liar Game, et deux « oldies » avec Apfelland Monogatari et Mister Ajikko.

 

KOBATO.

AUTEUR : CLAMP
ÉDITEUR : Kadokawa Shoten
PREMIÈRE PARUTION : décembre 2004 (Monthly Sunday Gene-X)
NOMBRE DE VOLUMES : 3 (en cours)

Et je commence ces critiques par Kobato, pour fêter l’adaptation en anime de ce manga (prévue pour l’automne prochain). Kobato est une mystérieuse jeune fille qui a pour mission de remplir une petite bouteille avec les sentiments des gens qui souffrent, en soignant le cœur de ces derniers : si elle y parvient, elle pourra réaliser son souhait. Elle est épaulée par Ioryogi, une peluche assez hargneuse.

Cette série a subi un parcours assez intéressant : d’abord prépubliée en 2005 dans le magazine seinen Sunday Gene-X, elle a été interrompue durant la même année au bout de sept chapitres. Puis elle a recommencé sa prépublication mensuelle fin 2006, mais cette fois-ci dans le magazine Newtype, et a au passage changé de « catégorie » pour devenir un shônen. Pour le moment, le manga compte deux volumes reliés, mais le troisième devrait sortir le 26 décembre.

Concernant le manga en lui-même, il ressemble à un gros mélange d’un peu de tout. Mon gros reproche principal est le côté très niais, avec une héroïne assez cruche et naïve, le genre de personnage qui veut bien faire et ne songe qu’à aider les gens mais n’est absolument pas dégourdie. Le ton me rappelle un peu Card Captor Sakura, si ce n’est qu’on a ici une mascotte très différente d’un Kero-chan et qui m’a plutôt rappelé Paya-tan de Dai Mahou Touge. Mon second reproche, et qui m’avait assez énervée dans Tsubasa Reservoir Chronicles, c’est la récente manie qu’ont les Clamp de vouloir à tout prix insérer des références et autres allusions à des personnages de leurs autres mangas. Et là, on a tout de même deux filles qui ont l’air d’être des sosies parfaits de l’héroïne de Chobits… c’est vraiment dommage. Le thème principal en lui-même (rendre le sourire aux gens afin de remplir une mission) fait vraiment réchauffé et rappelle certaines séries de magical girls.

Sinon, ça se laisse lire très facilement, c’est joli, et il y a tout de même quelques mystères qui m’intriguent : pourquoi Kobato doit-elle toujours garder un chapeau (et plus généralement toute sorte de couvre-chef) et ne le retirer sous aucun prétexte ? Qui est réellement sa mascotte Ioryogi, d’où vient-il et quelle est sa véritable apparence ? Et enfin, une fois sa bouteille remplie, le souhait de l’héroïne serait d’aller dans un « certain endroit », mais où exactement ?

Au final, c’est un manga rempli de bons sentiments et qui reste très léger, pas vraiment original mais intriguant, et qui arrivera très certainement en France un jour.

critiques-impressions-sur-quelques-mangas-part-x-d73d8.jpg           critiques-impressions-sur-quelques-mangas-part-x-b29f3.jpg

 

APFELLAND MONOGATARI

AUTEURS : Yoshiki Tanaka (scénario), Keiko Fukuyama (dessins)
ÉDITEUR: Kodansha
PREMIÈRE PARUTION : février 1992 (Animage)
NOMBRE DE VOLUMES : 1 (terminé)

L’histoire se déroule en 1905 en Europe centrale, dans un tout petit pays imaginaire appelé Apfelland. On y suit les aventures de Vel, un garçon orphelin, qui décide un jour de porter secours à une inconnue, Freda, qui avait été kidnapée. A partir de là ils seront embarqués dans une grande aventure et seront mêlés à bien des complots, ce qui amènera le héros à découvrir la véritable identité de la jeune Freda.

C’est complètement par hasard en feuilletant mes vieux numéros du magazine Animage que je me suis rappelée de Apfelland Monogatari, une série que j’aimais bien et qui y a été prépubliée. J’ignorais totalement que c’était à la base adapté d’un roman de ce bon vieux Yoshiki Tanaka (les Héros de la Galaxie, Arslân…). Avec du recul, je dirais que ce manga est un peu l’ancêtre de Allison & Lillia : on y retrouve les mêmes thèmes et la même ambiance très « Europe du début du siècle dernier », mais dans Apfelland Monogatari on peut dire que tout le côté aventure est nettement plus marqué (et l’ensemble est mieux fichu, aussi). Après, on peut même établir des parallèles entre les personnages, que ce soit entre Vel et Wil, mais aussi avec le personnage de Freda qui me rappelle plutôt Fiona, et qui a bien des points communs avec cette dernière… finalement, ce ne sont peut-être pas que des coïncidences, toutes ces ressemblances.

L’histoire et les personnages sont intéressants (surtout Arianna, quelle classe) mais tout m’a semblé être survolé très rapidement, et les diverses révélations ne sont que très rarement surprenantes. En un volume, il était difficile de raconter autant qu’en un roman… Concernant les dessins, on les doit à Keiko Fukuyama, qui a je trouve un style assez sobre et agréable et qui s’adapte bien à ce genre d’histoire.

Ça reste en tout cas un manga bien sympathique comme tout et qui se lit très rapidement. Pas vraiment mémorable ni indispensable, mais assez divertissant. A noter qu’il existe également un film d’animation sorti fin 1992 qui adapte cette oeuvre.

critiques-impressions-sur-quelques-mangas-part-x-2f361.jpg           critiques-impressions-sur-quelques-mangas-part-x-bcc51.jpg

 

LIAR GAME

AUTEUR : Shinobu Kaitani
ÉDITEUR : Shueisha
PREMIÈRE PARUTION : février 2005 (Weekly Young Jump)
NOMBRE DE VOLUMES : 7 (en cours)

Une jeune étudiante très honnête, Nao Kanzaki, découvre un jour en rentrant chez elle une valise contenant 100 millions de yens. Le tout est accompagné d’une invitation pour participer à un jeu appelé « Liar Game » et dont le but est de voler l’argent des autres participants. Se faisant avoir à cause de sa naïveté, Nao perd ses 100 millions ; elle décide alors de demander de l’aide à Shinichi Akiyama, un escroc de génie qui vient de sortir de prison.

Je remercie Sphax de m’avoir parlé de ce manga, qui est du même auteur que One Outs. En tout cas j’ai tellement aimé que j’ai littéralement dévoré les six premiers volumes : moi qui adore les histoires qui se jouent plutôt sur fond de bataille psychologique et autres prises de tête, j’ai donc été servie ; d’autant plus que je cherchais en ce moment quelque chose un peu dans la même veine que Kaiji.

Au niveau du manga en lui-même, les personnages sont assez intéressants. Je ne trouve pas Nao réellement stupide, mais simplement un peu trop naïve, ce que je considère comme deux choses différentes. Le véritable personnage principal semble être finalement Shinichi Akiyama, qui a toujours un train d’avance et comprend tout avant les autres. Sauf que la seule fois où il se trompe vraiment, Nao rattrape le coup. Et c’est là que l’on se rend compte que le caractère de cette dernière s’est quand même bien affirmé depuis le début du manga, et qu’elle a su un peu évoluer, plutôt que de rester cantonnée dans le rôle de « la jeune fille naïve qui passe son temps à se faire sauver par le garçon intelligent », ce qui aurait pu très vite devenir lourd. En tout cas, je trouve même sa naïveté et sa confiance envers les gens assez charmante, surtout dans un jeu qui se joue avec des millions de yens ; il faut dire aussi qu’elle se fait quasiment avoir tout au long du manga, et c’est d’autant plus amusant lorsqu’elle arrive quand même à s’en sortir malgré tout, que ce soit avec ou sans l’aide de Akiyama.

Le manga est séparé en arcs différents, chacun étant consacré à une partie du Liar Game, et mettant plus ou moins en scène le même groupe de personnages. Le dernier arc consacré au jeu de la contrebande ayant pris fin avec le sixième volume, j’ai hâte de lire le suivant, qui est sorti en septembre dernier, et devrait à priori mettre à rude épreuve la confiance aveugle que place Nao envers les gens.

Après, je n’espère qu’une chose, c’est que ce manga sorte un jour en France ; et je le recommande chaudement à tout ceux qui ont aimé Kaiji. Il y a aussi eu une adaptation en drama au printemps 2007, et même si visiblement il n’est pas terrible et fait bien pâle figure face au manga, je pense quand même le regarder, ne serait-ce que pour voir les différences.

critiques-impressions-sur-quelques-mangas-part-x-ddc5e.jpg           critiques-impressions-sur-quelques-mangas-part-x-497b4.jpg

 

MISTER AJIKKO

AUTEUR : Daisuke Terasawa
ÉDITEUR : Kôdansha
PREMIÈRE PARUTION : septembre 1986 (Weekly Shônen Magazine)
NOMBRE DE VOLUMES : 19 (terminé)

Youichi Ajiyoshi est un jeune prodige de la cuisine, fils d’un très grand cuisinier qui a disparu en mer, et qui aide sa mère à tenir le restaurant familial. Son destin bascule le jour où le célèbre gastronome Genjirou Murata se rend dans le restaurant en question et est très surpris par la cuisine de Youichi. A partir de là, ce dernier participera à de nombreux concours culinaires, où il devra faire face à des adversaires de plus en plus forts.

Mister Ajikko, plus connu sous le nom de Le Petit Chef en France lorsque l’anime avait été diffusé en 1991 au Club Dorothée, était une série que j’aime beaucoup. Ne serait-ce que pour les réactions exagérément amusantes de Murata/Gaspard Savoureux lorsqu’il mange l’un des plats préparés par le héros.

Si l’anime était déjà intéressant et instructif (avec des explications en fin d’épisode) pour peu que l’on s’intéresse à la cuisine, et bien j’ai trouvé que le manga l’était encore plus. Non seulement tout est très bien expliqué et fourmille de petits détails, mais en plus chaque volume contient en bonus de fin quelques recettes de cuisine présentées par le héros et à réaliser soi-même à la maison : qui est tenté par une omelette aux anguilles, ou encore par une mini-pizza aux ananas et aux oursins ?

Le reste, c’est du shônen pur et dur avec une bonne dose de « dépassement de soi », de persévérance et un soupçon de nekketsu, même si le résultat est quand même un tout petit peu plus sérieux que d’autres mangas culinaires destinés à la même tranche d’âge, comme Yakitate!! Japan. Au niveau des dessins ça reste également très détaillé, et surtout, ça donne faim. Après, il est dommage que l’on n’échappe pas non plus ici aux gros clichés et aux stéréotypes sur les différents pays du monde… Mais sinon cela reste un manga à la fois divertissant et intéressant, pas toujours réaliste mais nettement moins répétitif que l’anime.

A noter que l’auteur a crée d’autres mangas culinaires, dont Shôta no Sushi et Kuitan, tout deux ayant été adaptés en drama. En 2003, il a même repris sa série-phare en l’appelant Mister Ajikko II, et avec cette fois-ci pour personnage principal le fils de Youichi Ajiyoshi, le héros du manga précédent.

critiques-impressions-sur-quelques-mangas-part-x-77ea0.jpg           critiques-impressions-sur-quelques-mangas-part-x-e10f2.jpg

15 commentaires

  • Je viens tout juste de découvrir ton blog et je dois dire qu’il est vraiment super (et tu gagnes des points bonus pour aborder le neuf comme le vieux)! Toujours intéressé à découvrir des manga oldies.

  • C’est vrai qu’au niveau des « références » de Clamp ça devient un peu comme leiji matsumoto qui réutilisait les mêmes persos pour plusieurs séries différentes (Herlock en SpacePirate/Cowboy/Officer, ou Toshiro en samouraï/assistant).

    Mais bon comparer Matsumoto a Clamp est limite irrespectueux pour certains ^^ »

  • Le drama Liar Game etait loin d’etre bon mais ca restait quand meme sympa a voir pour peu qu’on soit pas allergique a la facon de surjouer des acteurs de doramas japs (meme si parfois faut avouer que ca depasse les limites du ridicule).
    Ca faisait un moment que je voulais lire le manga mais j’avais oublie, faudra que j’y jette un coup d’oeil tiens.

  • Je suis sûr que Kobato a une calvitie qu’elle veut cacher. *__*

    J’hésite à te remercier une fois encore pour ces découvertes ; ça devient redondant alors je me contenterai de dire que je veux lui mettre 5 étoiles mais que ça ne veut pas prétextant :

    Erreur de compilation Microsoft VBScript erreur ‘800a03e9’

    Mémoire insuffisante

    /communaute/blog/topic_vote.html, ligne 0

    :fou: !

  • ThatQuebecGuy >> merci. :D

    Viral >> ça me gêne plus avec les mangas de Clamp, surtout quand les personnages sont issus de séries qui appartiennent à des genres différents. Ça fait limite un peu fanfic. xD

    nyoronyolo >> c’est à cause des acteurs qui surjouent que je n’aime pas trop regarder des dramas. Enfin bon, j’avais quand même bien rigolé avec celui de Princess Princess. ^^; Mais là j’ai bien envie de voir quand même celui de Liar Game.

    vidok >> Merci! :D
    Ah tiens pour l’erreur quand on vote ça ne me l’avait jamais fait, il faudrait que j’aille sur le topic des bugs et embêter Sbebi’ avec ça. Mon blog semblait avoir déjà des problèmes hier, car je ne pouvais plus uploader d’images. ^^;

  • Je t’avais dit que tes posts étaient trop imposants. Du coup, « Mémoire insuffisante ». C’est malin. ^_^

  • J’avais lu les premiers chapitres de Kobato et tout ce que j’ai gardé en mémoire, c’est le chien en peluche psychopathe :D
    Le pire c’est que je vais finir par suivre l’anime pour lui, tout comme j’ai tenu jusqu’à la fin de World Destruction pour Toppi XD

  • vidok >> de toutes façons, j’ai toujours eu la poisse avec l’informatique. ^_^;

    Katua >> c’est vrai que l’espèce de chien un peu psychopathe est aussi le personnage qui m’a vraiment le plus intéressée dans Kobato, ça change des mascottes toutes mignonnes. J’aimerais bien que dans l’anime il soit doublé par Jôji Nakata. :D

  • merci pour Kobato !
    nouvelle histoire des Clamp, étant grande fan, j’espère une sortie prochaine en France ^^

  • J’ai vu le drama de « liar game », wep, il était bof bof comparé au peu que j’ai vu du manga

  • Comme je le crie un peu partout: YATTTTTAA! pour Kobato!
    C’est ma bonne nouvelle de la semaine en rentrant de la fac!
    Quel bonheur!

    Et pour ceux qui doutent du peu de contenu du manga pour l’instant, je dirais juste qu’avec le casting de rêve sur cette adaptation, je ne me fais pas de soucie!
    Et puis, comme on l’a vu avec Tsubasa dans les derniers tomes, les CLAMP savent surprendre là où on ne s’y attend pas….
    Moi je dit OUI!
    *roule par terre*

  • L’adaptation en anime de Kobato est une très bonne nouvelle pour moi. J’ai les 2 premiers volumes sortis mais je ne les ai pas encore lu. Au bout de quelques pages, j’en ai eu marre de chercher les kanji. (je suis trop faignante >__>)
    Enfin bref. Je suis une grande fan des CLAMP et je compte bien regarder cet anime quand il sortira. >__< Je me demande qui fera les génériques et j’espère qu’ils seront beau.

    C’est marrant que tu parle de Kobato. un jour après que j’en ai parlé sur mon blog. (J’ai un nouveau blog. Si tu n’as pas peur d’aller voir, c’est ici http://www.tasogare.fr/blog/)

  • J’ai vu le drama de Liar game, il est pas si mal, même si l’héroïne est a flinguer (y’a le cake d’hana yori dango, yukan club et autre drama se souviens jamais de son nom, mais toujours de sa face* qui sait pas jouer autre chose que le cake stoïque, et qui donc est crédible dans le rôle.

    Après j’ai pas lu le manga donc je peux pas dire si l’adaptation est fidèle ou non.

  • je suis en train de lire liard game et c’est vraiment très bien (moi aussi je suis une fan de Kaiji). Je suis au chapitre 35 donc le jeu de contrebande n’est pas encore fini… Moi j’ai quand même trouvé la fille agaçante quand elle se fait plumer par la même personne 3 fois;un peu beaucoup –‘. Mais elle rattrape le coup donc tout va bien.
    je trouve le « couple » assez réussit, le gars super intelligent n’est pas pour autant arrogant (ça change) et la fille n’est pas non plus passive, elle montre une certaine détermination (quand elle vient lui demander son aide par exemple).

  • Vivement l’anime de Kobato !

Laisser un commentaire