Impressions sur les séries de l’été 2009 (1/2)

Comme pour chaque nouvelle saison, voici mes quelques impressions sur les nouveautés de l’été en matière d’anime. Au départ je comptais tout regrouper dans un seul billet, mais ça allait vite devenir un pavé indigeste malgré le faible nombre de nouveautés (une vingtaine).

Suite et fin la semaine prochaine donc, pour cet été qui s’annonce finalement bien meilleur que ce à quoi je m’attendais, car plusieurs séries m’auront vraiment surprise. Et dans le bon sens. Pour le reste des impressions j’inclurai au passage les OAV/OAD/ONA/films également sortis pour cette saison, même si il n’y en a pas eu énormément.

Et comme d’habitude, il s’agit d’avis complètement subjectifs !

 

ZAN ‐ SAYONARA ZETSUBOU SENSEI

ete-szs3

Troisième série sur les mésaventures du professeur le plus pessimiste du monde.

Cela fait vraiment plaisir de retrouver Sayonara Zetsubou Sensei, avec toujours la même équipe derrière. Ce premier épisode, divisé en trois parties, reste fidèle à la série même si il n’y avait rien de bien extraordinaire, ce qui est un peu dommage. D’autant plus que la première partie servait surtout à réintroduire les personnages… Concernant le générique de début, tout comme pour les saisons précédentes il faudra attendre quelques épisodes avant de le voir, car pour le moment il n’y a que la musique. Et justement, je suis bien moins fan de cette chanson-là par rapport aux deux chansons précédentes, même si elle reste dans le même style… Reste à voir ce que cela donnera au niveau visuel. Pour l’instant ma préférence va au générique de fin, même si musicalement il ressemble lui aussi à ceux des saisons précédentes.

Du pur Zetsubou Sensei. Un peu déçue par ce début assez mou du genou et plutôt moyen, mais j’attends les épisodes suivants (et la véritable version du générique !) avec impatience.

 

UMI MONOGATARI ~ ANATA GA ITEKURETA KOTO

ete-umimonogatari

Marin et sa soeur Urin sont des sirènes. Le jour où une bague tombe au fond de la mer, elles décident de la rendre à son propriétaire en allant sur la terre ferme. Elles y feront la connaissance de Kanon, mais le destin des trois filles va se retrouver mêlé à celui d’une entité maléfique, que Urin aura réveillée par mégarde.

En voilà une série incroyablement mignonne. En tout cas je ne savais même pas de quoi elle allait parler, je fus donc assez surprise de voir qu’il s’agissait au bout du compte d’une série de magical girl. Mais pas n’importe quelle magical girl, car l’ensemble assez calme et tranquille faisait limite tranche de vie, rendant le mélange des styles assez intéressant. J’ai également bien aimé le soin apporté à la réalisation et plus particulièrement à l’animation lors des combats. Bref, c’est assez mignon et adorable comme tout, mais pour le moment je ne vois pas trop où la série veut en venir, surtout avec un scénario qui pour le moment ne s’annonce pas spécialement mirobolant.

Dommage en revanche que les personnages soient aussi plats au niveau de la personnalité, surtout Marin, qui a l’air de n’être là que pour faire joli et de subir les événements sans broncher. Quant à Kanon, son « aura maléfique » aurait pu être amusant si ça avait été aussi bien amené qu’avec le personnage de Kyoko dans Skip Beat, ce qui n’est malheureusement pas le cas ici. Pour le reste, avec Junichi Satō à la réalisation je m’attends à la longue à quelque chose d’assez mignon et magique, un peu entre un Kaleido Star et un Princess Tutu, sans non plus arriver au niveau de ces derniers.

Je ne suis pas encore entièrement convaincue par cette série, qui  ne vole pas bien haut mais reste cependant adorable comme tout à regarder. Reste à voir ce qu’il va advenir du développement des personnages et de l’histoire…

 

BAKEMONOGATARI

ete-bakemonogatari

Araragi Koyomi est un lycéen qui a été autrefois transformé en vampire. Ayant pu redevenir humain, il a cependant gardé la capacité de voir ses blessures se guérir d’elles-mêmes. Il fera par la suite la rencontre d’étudiantes toutes aussi particulières que lui.

Pour le moment, il s’agit de la série qui m’aura la plus surprise pour cet été. Une série dont je n’attendais absolument rien, mais qui s’avère être absolument impressionnante en terme de réalisation. Le studio Shaft a encore frappé, et on reconnait bien-là le style de Shinbo. Pourtant ça ne ressemble pas trop à ses dernières productions, et même si par moments le style complètement fumeux rappelle celui de Sayonara Zetsubou Sensei, ça m’aura finalement plutôt rappelé le très psychédélique Portrait de Petite Cosette. Avec une petite touche de style qui fait très Utena, notamment au début de l’épisode lorsque le héros rattrape dans ses bras l’héroïne de ce premier arc, Hitagi, et qui est aussi légère qu’une plume (elle ne pèse que 5 kg !). Car si j’en crois 2ch.net, la série sera découpée en cinq petits arcs, chacun étant consacré à un personnage que le héros rencontrera. Du coup, le générique de début devrait également changer à chaque arc. A noter qu’il y aura d’ailleurs 15 épisodes : les 12 premiers passeront à la télé, tandis que les 3 derniers seront normalement diffusés gratuitement sur le  net.

Mais en plus du style visuel, ce qui m’aura marquée ici c’est l’humour. Car malgré les apparences il s’agit bien d’une comédie, qui est traitée ici de façon sérieuse dans la manière dont se déroule l’action et dont se comportent les personnages. On obtient une atmosphère un peu glauque et oppressante, limite film d’horreur, alors voir au beau milieu d’une conversation très sérieuse le héros qui demande à la déléguée de classe si elle aime les bananes, c’est assez WTF. Et c’est comme ça tout le long. Inutile de dire que cette série est vraiment très spéciale, et qu’elle ne plaira certainement pas à tout le monde.

J’ai vraiment beaucoup aimé, d’autant plus que c’est très beau à regarder. Je suivrai toute la série !

 

AOI HANA

Fumi Manjoume vient d’entrer au lycée pour filles de Matsuoka, dans les environs de Kamakura. En chemin elle tombe sur son amie d’enfance qu’elle n’avait pas vue depuis une dizaine d’années, Akira Okudaira, et qui fréquente une école voisine…

Décidément, pour cette saison, je suis vraiment agréablement surprise par la plupart des premiers épisodes des nouvelles séries. Car Aoi Hana était encore un anime qui ne m’intéressait pas vraiment à la base, d’autant plus que c’était classé comme étant du yuri, mais dont j’ai quand même bien aimé ce début. C’est une série vraiment reposante et calme, aux couleurs douces et aux jolies musiques. Et surtout, ça me donne l’impression d’être nettement plus réaliste que la plupart des romances habituelles.

Reste à voir comment tout cela va évoluer pour la suite, car pour l’instant je serais assez tentée de suivre la série. Ce n’est en tout cas clairement pas le genre de série destinée à tout le monde, car elle risquerait d’en endormir plus d’un tellement le rythme est lent.

A noter que le générique de début est de Ikuhara Kuniko, le réalisateur de Utena. Quant au manga original, il est quant à lui publié en France aux Éditions Asuka sous le titre « Fleurs Bleues« .

 

PRINCESS LOVER

ete-pl

( ゚∀゚)o彡° おっぱい!おっぱい!

Teppei est un lycéen comme les autres qui, après avoir perdu ses parents dans un accident, se retrouve être le seul héritier du très puissant groupe financier Arima, dirigé par son grand-père. Il se voit alors contraint d’intégrer la haute société et de s’inscrire dans une école réservée à l’élite du Japon.

Encore une série pour laquelle je n’étais pas intéressée le moins du monde, d’autant plus qu’il s’agit d’un anime harem tiré d’un eroge, c’est à dire le genre de série que j’évite le plus souvent comme la peste. Et pourtant ça m’aura un peu intéressée… en partie parce que le chara-design très similaire à celui de Shugo Chara change des autres adaptations d’eroge, dont je trouve que les dessins se ressemblent vraiment tous (les trucs du genre Akane-iro machin chose, Da Capo ou encore Koihime Musou… on pourrait intervertir les personnages entre les séries que ça reviendrait au même) : ça fait plaisir de voir une série de ce style qui arrive un minimum à se démarquer des autres productions du même genre.

Ce qui m’a également fait m’intéresser un tant soit peu à cette série, c’est le fait que l’une des héroïnes ressemble beaucoup à Saber de Fate/stay night. Et aussi parce que le héros n’est pour une fois pas un mollusque sans personnalité, un crétin qui passe son temps à se faire tabasser ou encore un énième pervers. Mais en tout cas on sent quand même qu’on a là un anime destiné à un public bien masculin, en témoignent les poitrines opulentes des personnages féminins qui gigotent à leur moindre pas, ou encore les quelques plans sur les petites culottes (qui sont de toutes façons censurés…).

C’est du harem pur et dur, mais le fait qu’une bonne partie du staff de Shugo Chara soit derrière, que c’est bien réalisé et qu’il y a un personnage qui ressemble à Saber vont me faire craquer, je le sens. J’ai terriblement honte.

 

UMINEKO NO NAKU KORO NI

ete-umineko

Onze membres de la famille Ushiromiya se retrouvent sur l’île de Rokkenjima, où le chef de la famille n’en a plus pour très longtemps à vivre. Mais un typhon arrive, empêchant quiconque de quitter Rokkenjima. C’est à partir de là qu’une série de mystérieux meurtres commence…

Le fameux Umineko no Naku Koro Ni était attendu par beaucoup de monde. Pourtant je n’ai pas encore joué au sound novel, mais j’ai voulu me spoiler au minimum afin de découvrir l’intrigue uniquement en regardant l’anime. Parce que telle que je me connais, si j’avais joué au jeu avant j’aurais probablement passé mon temps à critiquer le premier épisode en disant que tout va trop vite, qu’ils ont sauté des passages, etc. Bref, j’ai bien aimé ce début, qui sans être transcendant s’annonce déjà nettement plus intéressant que le début de la toute première série de Higurashi no Naku Koro Ni, qui personnellement avait quand même mis quatre épisodes avant de me captiver entièrement. Là, je sens que ça va davantage me plaire, notamment pour le concept de base très similaire à celui des Dix Petits Nègres d’Agatha Christie.

Niveau réalisation, ça aurait pu être mieux, mais ce qui me gêne surtout ici c’est le rendu des personnages. Et je pense avoir un peu du mal à m’habituer au design de Battler, qui me donne une toute autre impression que celle que j’ai pu avoir en regardant des images du jeu. Après, Maria m’a déjà énervée dès le premier épisode avec ses Uuuuu qui m’ont rappelé les Uguu de Ayu dans Kanon 2006. Ça m’a d’ailleurs soulagée de la voir se faire baffer par sa mère, un peu comme dans les OAV de Higurashi où Rika finit par se défouler sur Satoko avec une chaise. Bref, j’espère que Maria ne m’énervera pas trop. Et puis sinon, le fait que la majorité des personnages aient des noms occidentaux mais tous retranscrits en kanji est un détail assez amusant.

Pour le reste, l’équipe derrière l’adaptation de Higurashi est la même, et ça se sent. Je me demande si on aura aussi droit à de jolies distorsions de visages.

 

ELEMENT HUNTERS

En 2029, une catastrophe au coeur de la mer Méditerranée a fait disparaître plusieurs éléments chimiques de la surface de la Terre, causant la disparition de 90% de la population. Après avoir découvert que ces éléments chimiques ont été aspirés dans un monde parallèle appelé Nega Earth, une équipe spéciale nommée Element Hunters a été mise en place afin de les récupérer.

Voici le genre de série à laquelle il ne faut absolument pas se fier au scénario, qui semble au premier abord intéressant. Même si il y a pour une fois une explication sur le fait que les héros aient seulement 14 ans (il faut un cerveau jeune pour pouvoir accéder au monde parallèle de Nega Earth :p), le reste est franchement bien moyen. Encore une histoire pour les plus jeunes avec un monde parallèle peuplé de monstres, mais à ce niveau-là Digimon ou voire même Monster Rancher s’en sortaient beaucoup mieux. Le chara-design est pourtant intéressant pour un anime de ce genre, tout comme la chanson du générique de début que je trouve vraiment pas mal (elle est chantée par Chiaki Ishikawa, qui s’était occupée des génériques de Bokurano).

Bref, une série de science-fiction à priori éducative (c’est bien beau de capturer de l’azote dans cet épisode, mais expliquer à quoi ça sert aurait été peut-être utile…), mais qui ne m’intéresse absolument pas, d’autant plus que tout est vraiment trop tiré par les cheveux et assez horriblement mis en scène, en plus d’être beaucoup trop classique. Et puis l’héroïne, Chiara, ressemble beaucoup à Marta dans le jeu de Tales of Symphonia sur Wii…

 

TAISHOU YAKYUU MUSUME.

ete-yakyuu

L’histoire se déroule en l’an 14 de l’ère Taishō (1925). Après avoir entendu que les filles n’étaient bonnes qu’à rester à la maison et à s’occuper du foyer plutôt que d’aller à l’école, Akiko décide de prouver le contraire en formant une équipe de base-ball féminine dans son lycée, même si elle ignore complètement tout des règles de ce jeu…

Enfin une série au scénario un peu original. Adapté d’un light novel, qui a lui-même été adapté en manga, l’anime s’annonçait intéressant; or j’ai été assez déçue par ce premier épisode, vraiment pas très palpitant. Le style fait étrangement assez rétro, et le début était assez WTF (l’héroïne qui se met à chanter et à présenter le Tokyo des années 20… était-ce vraiment utile ?). Ça s’annonce comme du tranche de vie, mais le base-ball dans les anime arrive rarement à m’intéresser (mis à part dans les œuvres d’Adachi et dans One Outs), et ce qui me déçoit pour le moment c’est que j’ai l’impression que tout le thème de fond sur l’occidentalisation de la société japonaise et l’émancipation des femmes va vite passer à la trappe, pour finir par devenir un anime plus tourné vers le « moe » qu’autre chose.

 

FIGHT IPPATSU ! JUUDEN-CHAN !!

ete-fightippatsu

Plug, une Office Lady d’un monde parallèle, arrive sur Terre afin de recharger l’énergie des gens dépressifs au moyen d’une énorme prise électrique.

Et voici ce qui semble être l’anime le plus ecchi de la saison. Il fallait bien un remplaçant pour Queen’s Blade, et ce Fight Ippatsu semble en être le digne successeur. C’est stupide, stéréotypé à mort, bourré de fan service, mais c’est bien-là le but de cet anime. Enfin je l’espère. Et ils ont même osé faire une scène où l’héroïne se pisse dessus, je n’ai jamais compris si il y en a qui fantasment vraiment là-dessus, parce qu’après la même chose dans Queen’s Blade je commence sérieusement à me poser des questions. Bref, c’est du divertissement pur et dur, et il y en a peut-être qui aimeront ça.

De mon côté j’ai trouvé cet anime atroce et assez représentatif de ce que certains appellent la déchéance de l’animation japonaise, même si je n’irai quand même pas jusque-là, parce que je suis sûre qu’il y a pire. Et je ne sais pas comment j’ai fait pour survivre à deux épisodes, ça doit être de la curiosité malsaine, d’autant plus que le second épisode était encore plus limite, niveau fan service. Poubelle.

 

NEEDLESS

ete-needless

En l’an 2130, après la troisième guerre mondiale, des zones contaminées ont fait leur apparition au Japon. Ces zones, appelées Blackspots, ont été mises en quarantaine, mais des humains ont réussi à survivre à l’intérieur. Appelés les « Needless », ils possèdent de grands pouvoirs qui les font craindre du reste de l’humanité.

Cette dernière production du studio Mad House est adaptée d’un seinen. Et là, je ne l’aurais jamais imaginé, tellement ce premier épisode m’a donné l’impression de regarder un shônen pour jeunes enfants tout ce qu’il y a de plus classique. Les personnages sont eux aussi très bateaux, même si j’aime bien Blade : il est GAR, il me rappelle Kamina, et en plus il est doublé par Koyasu Takehito. Que demander de plus. Je reste un peu moins convaincue par les autres personnages, dont un héros aux cheveux verts pleurnichard qui passe son temps à gueuler le nom de sa soeur durant une bonne partie de l’épisode. Et je reste également sceptique face au choix des prénoms des personnages, remplis de symbolisme (Eve ? Adam ? Cruz ? WTF ?), d’autant plus que les références ne sont ici pas très subtiles.

Le reste est plutôt étrange, parce que l’histoire a l’air assez correcte, mais là où ça va mal c’est au niveau de l’humour, tellement les tentatives de distraire le téléspectateur m’ont paru vraiment lourdes et forcées, ainsi qu’au niveau des combats : ce n’est pas vraiment bien animé et il y a un peu trop d’abus de plans fixes. Même Umi Monogatari possède de meilleurs combats que ça. Dommage pour une série d’action, mais n’est pas Gainax qui veut, bien que je ne pense pas que la série ait réellement la prétention d’être le prochain Gurren Lagann. J’ai en tout cas trouvé le tout vraiment moyen, et finalement la seule chose qui m’aura marquée est le générique de fin, complètement WTFesque tellement il n’a aucun rapport avec le reste.

Pas vraiment intéressée par la série, qui s’annonce TRÈS classique. Je jetterai quand même un oeil aux épisodes suivants, ne serait-ce que pour le personnage de Blade.

 

24 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

  1. De ce que j’ai vu BAKEMONOGATARI est effectivement visuellement intéressant, avec des passages qui rappellent sayonara effectivement. J’ai peur que ça soit assez vide nv scénario par contre.
    Umineko est assez rafraichissant parce que pas complètement dans les clichés habituels qu’on connait. Les insultes, la petite fille qui se fait frapper et qui est un peu autiste. Un peu d’oppai et de fanservice quand même. Et j’aime bien l’op, et les musiques en général.
    Le reste mouai.

  2. Je m’attendais pas au magical girl dans Umi Monogatori. Je me suis un peu dit WTF après le 1er épisode du coup. Mais bon les filles sont tellement mignonnes que je suivrai tout.

    Aoi Hana je suis tombé dessus par hasard et c’était une bonne introduction. Et puis la fin de l’épisode améne quelques questions.

    Fight Ippatsu j’ai dû tenir 1 min je crois ^^’. C’est même pas comparable à Queen’s Blade je crois :b.

  3. Tiens, bizarre pour Umineko !
    Pour quelqu’un qui n’ait pas joué au jeu, c’est étonnant que tu n’aies pas trouvé les relations entre les persos confuses.

  4. Euh c’est quoi la première image ? C’est tiré du générique de ZSZS ?

    Et qu’est-ce que ça veut dire « Monogatari » ? Avec deux séries cet été ayant ce mot dans leur titre c’est normal de se poser la question…

    En parlant du jeu Umineko no Naku Koro Ni, MangaGamer va le sortir pour Octobre (bon le jeu était déjà traduit par des fans ils me semble, mais ça fait plaisir quand même). Logiquement Umineko devrait subir le même sort (sort, sorcières, Umineko, lololol).
    De son côté JAST s’associe à Nitroplus (Saya no Uta, lui aussi déjà traduit par des fans, Chaos Head, Hanachirasu, dont l’héroïne se trouvait sur la bannière de Soviet Voice, etc.) pour la localisation de leurs jeux.

  5. Pour avoir parcouru les premiers tomes du manga d’Umineko, j’espère que DEEN se lâchera autant sur le ketchup que ses collègues sur la version papier è_é

    Bakemonogatari m’intéressais un peu au pif et maintenant il m’interpèle encore plus ^.^ Les mots « WTF » et « Utena » sont sortis, je me sens obligée de regarder XD

  6. asmodeal > je pense que meme si Bakemonogatari est un peu vide au niveau du scenario, je suivrai quand meme la serie avec plaisir. Ne serait-ce que pour les random jokes et le visuel.

    vladisaac > bah, j’ai trouve que les relations entre les personnages ont ete expliquees assez clairement. Je ne sais pas si apres d’autres personnages vont etre introduits..?

    Inuki > je t’assure que vu comme Fight Ippatsu est parti, ca va vite rattraper le niveau de Queen’s Blade…

    X4713R > perdu, l’image vient de Bakemonogatari ;-)
    Et « monogatari » ca veut tout simplement dire « histoire ».

    « En parlant du jeu Umineko no Naku Koro Ni, MangaGamer va le sortir pour Octobre  » : heu, tu veux parler de Higurashi, non? xD

    Katua > huhu, j’espere que l’anime sera aussi sanglant que le manga, alors. :D

    Lu-sama > et dis-toi que dans deux mois les anime de l’automne vont commencer. ;-)

  7. omg déjà tes premières impressions ^^; On voit bien que tu n’attends pas les fansubs, moi j’attends encore pour la plupart des 1er épisodes :/ (il y a plein de teams sur Umineko, mais le reste c’est pas trop ça pour le moment XD)

  8. en ce qui concerne les personnages d’umineko, c’est juste qu’ils n’ont pas été assez introduit, il y a encore certaines partie de leur background ou de leur personnalités qui n’ont pas été expliqué (contrairement au jeu), ils sont uniquement traités en surface en faite. Enfin sinon mon avis sur l’anime est biaisé vu que je fait le jeu (qui est énorme), mais l’anime est de qualité, c’est pas une mauvaise idée de le faire avant le jeu (par contre faut absolument faire le jeu après !).

    Sinon tes avis sur les animes de cet été mon conforte dans l’idée que ce sera une bonne saison, comme SZS, bakemonogatari (shaft est a l’honneur cet été ^^), Umi mononogatari et autres.

    J’attend la deuxième partie avec impatience =D .

  9. Exelen > Oui voilà ^^’
    « En parlant du jeu Umineko no Naku Koro Ni, MangaGamer va sortir Higurashi pour Octobre »
    fixed
    Pour l’image, on reconnait bien le style Shaft/Shinbo ! :)

  10. C’est normal que j’ai eu plusieurs fois envie de crier « OBJECTION!!! » devant Umineko :D ? Et pareil pour Maria. J’avais envie de la baffer, comme quoi ^^’.

  11. Pour Needless > Cruz? Connais pas. T’a pas parlé de Yamada par contre ;_;

    Sinon, que dire, je suis totalement d’accord avec toi, SURTOUT sur Princess Lover, et pour la même raison. Argh, je l’ai dit

  12. Kao-chan > en fait je regarde très rarement les séries en fansub. De toutes façons il y en a dans le lot qui ne seront jamais sous-titrées, comme d’habitude, tandis que pour certaines ça risque de prendre beaucoup de temps avant de voir apparaître la moindre VOSTA (notamment Zetsubou Sensei 3 et SURTOUT Bakemonogatari, qui est très bavard et complexe à suivre à cause de certains termes techniques employés +_+).

    Oyashiro > de toutes façons je me ferai le jeu, mais ça sera effectivement une fois la série terminée. Je pourrais aussi y jouer en parallèle avec l’anime, mais ma précédente expérience similaire avec le VN de Air ne m’aura pas laissé de bons souvenirs. ^^’

    Inuki > t’inquiète pas, moi aussi j’ai eu envie de dire « objection! » en regardant Umineko. ;-)

    Kyofu > mais la blague avec Yamada était lourde. :x

    « je suis totalement d’accord avec toi, SURTOUT sur Princess Lover, et pour la même raison. »

    D’un certain côté, tu me rassures, parce que je sais qu’au moins on sera deux à regarder la série. :D

  13. Personne n’est tombé sur le funsub d’Element Hunters en anglais ? C’était tellement décalé avec l’aspect niais de l’anime que ça valait presque le coup !

    Et pour Fight! Ippatsu-chan (ou peu importe le nom exact, tellement c’est du concentré de fécès), moi, je dis : après l’héroïne qui est du soda au melon (Akikan), voilà l’héroïne qui est une ampoule électrique !

    Bref : I just threw up in my mouth a little!

  14. Mouais y a pas grand chose de tentant dans les nouvelles sortie que tu présente, a part UMINEKO NO NAKU KORO NI, si c dans l’esprit des autres * no naku koro ni ca peut etre bien sympathique!

  15. On revient à une diversité et à (semble-t’il, pour l’instant) un niveau de qualité qu’on avait plus vu depuis des années. Comme quoi, réduire le nombre de prods a du bon.

    Y’a deux occurence du mot « Utena » dans l’article ! Tu veux nous pousser au crime là !

  16. Les studios nous ont lâché plein de déceptions pendant toute l’année 2008, et là ils nous sortent des tonnes d’animes intéressants en même temps. Laissez-nous un peu de temps libre ! D:

  17. Honnêtement je suis assez surpris par cette vague estivale où pas mal de séries inédites se détachent (alors que le printemps avait été assez misérable pour ma part, à part Higashi no Eden, niveau nouveauté) :

    – Umi Monogatari est plutôt joli, les musiques sont sympathiques même si le tout semble complètement stéréotypé, ça se laisse suivre sans déplaisir.

    – Umineko no Naku Koro no possède la patte indéniable de l’équipe chargée d’Higurashi, les deux premiers épisodes sont relativement prenants et on a la preuve que l’histoire ne fera pas de concession, même si techniquement c’est quand même pas terrible et que le héros a véritablement un nom de chiotte.

    – Princess Lover m’a pas mal surpris, je m’attendais à le regarder pour hurler au scandale mais c’est pas déplaisant, ça ne joue pas trop la carte du fan-service à outrance même si les situations sont complètement loufoques (la course entre la calèche, la Jeep et la mobylette…). Et puis c’est vrai que le héros n’est pas une loque, ça nous change.

    – Bakemonogatari, c’est la claque graphique, un super style et une histoire qui a l’air bien barrée. Complètement à suivre.

  18. je découvre ton site et je dois dire que je suis époustouflé ! omedeto ! et un contenu toujours et encore plus intéressant. Je jetterais un oeil à bakamenogatari, ça a l’air fun :p

  19. « D’un certain côté, tu me rassures, parce que je sais qu’au moins on sera deux à regarder la série. :D »
    Non mais en fait tout le monde regarde cette série, personne ne peut y résister.

  20. franchement dacapo c’est super soft je trouve! les filles on pas des poitrines enormes au contraire et il y a pas tellment de fan services voir quasiment pas dans la premiere sauison! la premiere saison c’est une histoire mignonette un peu vide mais c’est pas comme du semble le croire niveau fan service d’ailleurs une gamine de 10 ans peu regarder da capo sans probleme du moins la premiere saison, en plus le hero est loin d’etre super obsede beaucoup moins que jun dans kanniga je trouve ou hideki de chobits! la second saison il y a plus de fan service et le design change mais c’est pas non plus tres pousser en tout cas je finirai la serie pour voir l histoire d amour entre le hero et sa soeur adoptive! sinon da capo ii c’est franchement nul le hero n’est pas un obseder c’est une lavette et le scenar est vraiment debile mais les premiers da capo sont pas mal!shuffle par exemple est bien plus fan service même si j’ai bien aimé la fin mm code geass a plus de fan service que da capo alors!