Voici donc quelques impressions personnelles sur quelques diverses séries, majoritairement récentes. Et c’est bien entendu toujours aussi 100% subjectif.

 

CHI’S SWEET HOME ~ ATARASHII OUCHI

Chi Sweet Home 2

(épisodes 2 à 104 – fin)

Cette seconde série de Chi’s Sweet Home aura été au final très similaire à la première, et toute aussi mignonne. Ce n’est vraiment pas le genre d’anime où il y aurait beaucoup à dire dessus, vu que du 1er au 104ème épisode il ne s’est pratiquement pas passé grand chose de très important. Mis à part peut-être vers la fin, lorsque Chi se perd et que sa famille adoptive la recherche désespérément. Inutile de préciser aussi que c’est bourré de bons sentiments et que tout finit toujours bien : ceux qui ne supportent ni les chats, ni ce qui est excessivement mignon, peuvent passer leur chemin.

A noter que le générique de début de cette saison est chanté par Rica Matsumoto, ex-membre de JAM Project mais aussi doubleuse officielle de Satoshi dans Pokémon.

 

PHANTOM ~ REQUIEM FOR THE PHANTOM

Requiem for the Phantom

(épisodes 13 à 26 – fin)

Ça faisait longtemps que je n’avais pas autant apprécié une série de Bee Train : la seule (et dernière) fois que j’avais beaucoup aimé une série de ce studio, c’était avec .hack/sign. Et aussi les premiers épisodes de Noir, mais l’abus de flashbacks et des mêmes BGM en boucle auront fait que je n’ai jamais eu envie de dépasser les douze premiers épisodes. Ce Requiem for The Phantom aura donc été pour moi une très bonne surprise, et qui aura fait remonter le studio dans mon estime : l’anime est peut-être par moments un peu mou, mais une fois entré dedans le scénario passe tout seul. La série peut même être divisée en trois parties très distinctes, la dernière donnant l’impression de regarder un tout autre anime (et le changement de générique aide pas mal).

J’ai beaucoup aimé les personnages, l’ambiance, les musiques, mais dommage que la série ait vu sa réalisation un peu à la baisse vers la moitié. J’ai même largement préféré les dix premiers épisodes par rapport au reste, mais j’ai trouvé globalement la série plutôt plaisante à suivre, et ce malgré les personnages qui avaient parfois des attitudes un peu contradictoires.  Mais c’est surtout l’ambiance de cette série que j’ai aimée et tout le côté dramatique ; seule la toute fin du dernier épisode était un peu trop WTF sur le moment et peut être interprétée de différentes manières, car *spoil* de mon côté je n’arrive toujours pas a comprendre si seul Reiji a été tué par le type sur sa charrette, ce que je croyais au départ, jusqu’à cette dernière image de Elen qui me fait penser qu’elle est aussi y est passée. Ou alors ont-ils fait un double-suicide ? *fin du spoil*. En tout cas j’ai vraiment envie de jouer au visual novel, maintenant…

 

PHANTOM – THE ANIMATION

Phantom OAV

(OAV 1 à 3 – fin)

Après la série, j’avais bien envie de regarder les OAV sorties en 2004, par curiosité et aussi pour comparer. J’aurais finalement dû les regarder avant, car la comparaison fait assez mal. Non seulement ici tout va très vite, mais en plus le chara-design fait saigner les yeux (je suis encore traumatisée par l’apparence de Lizzie). Le fond de l’histoire reste plus ou moins similaire, même si le passé de Ein est quand même abordé dès le départ. La troisième OAV se termine par ce qui correspondrait aux dix premiers épisodes environ de la série TV, mais le résultat est de toutes façons tellement horrible que je préfère nier l’existence de cette adaptation.

Et puis voir Scythe Master avec la même tête que Fuyutsuki dans Evangelion, ça rend le tout très comique. A oublier.

 

HOSHI NI NEGAI WO

Hoshi ni Negai wo...

(OAV 1 et 2)

Hoshi ni Negai wo, c’est avant tout deux « OAV » sorties à un an d’intervalle : COLD BODY X WARM HEART et FANTASTIC CAT. Cet anime du studio Barnum Laboratory, tout en CG, a d’abord été un doujin anime vendu lors du Comiket. Sa suite fut quant à elle diffusée sur le net sur Yahoo! Japan, et les deux volets ont ensuite débarqué au cinéma en août dernier. L’histoire derrière la création de cet anime est particulièrement intéressante, et je ne saurais que trop conseiller l’article de Mata-web à ce sujet.

En tout cas, la première chose qui m’aura marquée est la ressemblance au niveau des graphismes entre cet anime et les OAV de Amuri in Star Ocean : ce qui est après tout normal, car le réalisateur est le même dans les deux cas.

L’histoire de ces OAV tourne autour d’une fille appelée Hikari, et qui voyage à bord de son vaisseau spatial, l’Armadillo. J’ai nettement préféré la seconde OAV, un peu plus intéressante au niveau de l’intrigue, où Hikari fait la connaissance de Lilly, une fille de sa classe, et se retrouve à la poursuite d’une espèce de créature féline. Ce n’est pas le genre d’intrigue qui casse trois pattes à un canard malgré quelques passages qui pourraient presque faire penser à du Serial Experiments Lain, mais techniquement c’est assez joli. Une curiosité à voir.

 

UMINEKO NO NAKU KORO NI

Umineko

(épisodes 3 à 13)

Mon intérêt envers Umineko, c’est un peu comme un yoyo : il y a des moments où j’aime beaucoup, d’autres moins. Je n’ai par exemple pas  vraiment aimé les épisodes 6, 7 et 8 (surtout le 7ème, trop WTF au départ parce que je ne pensais pas que la série allait partir dans le fantastique à ce point-là), alors que j’ai énormément aimé les tout premiers ainsi que ceux récemment diffusés. Mais je pense que mon intérêt envers cette série va maintenant rester constant, d’autant plus que je me suis maintenant lancée dans le sound novel (même si ce n’est peut-être pas une bonne idée tant que l’anime n’est pas encore terminé, mais bon, je n’ai eu le temps de n’y jouer que deux heures pour le moment…).

Le fait est que globalement, je préfère toujours et de loin Higurashi, qui avait d’ailleurs su me passionner dès le quatrième épisode. Il y avait également moins de personnages, et je m’étais bien plus attachée au petit groupe  de Hinamizawa plutôt qu’aux personnages d’Umineko, où seuls pour le moment Beatrice et Battler m’intéressent vraiment. Mais l’autre problème est que l’univers d’Umineko a l’air bien plus riche que celui de Higurashi : autant pour ce dernier j’ai trouvé que ça allait plus ou moins au niveau de l’adaptation, autant pour Umineko on sent qu’il manque de petits éléments importants et des explications, qui rendraient le tout un peu plus cohérent et surtout compréhensible.

Car ce qui me choque toujours autant depuis le début, c’est l’attitude illogique des personnages (notamment tout ce qui concerne le comportement de Maria qui n’a pas l’air de vraiment surprendre sa famille). Je n’ai d’ailleurs pas compris comment et pour quelles raisons Battler a retrouvé la motivation de se battre après sa défaite totale dans l’épisode onze. Et c’est sans parler des personnages introduits et dont on a vraiment l’impression qu’ils ne servent à pas grand chose pour l »instant (notamment Lambdadelta et Bernkastel).

Reste à voir l’évolution de la série, et si je vais finir par la préférer à Higurashi. Et puis j’aime bien la troisième version du générique de début.

 

TOKYO MAGNITUDE 8.0

anime72-tokyo8

(épisodes 3 à 11 – fin)

J’ai vraiment adoré cette série, et ça faisait bien longtemps que je n’avais pas versé une petite larme en regardant un anime. L’histoire m’aura personnellement touchée, car c’est bien la première fois que certaines situations m’auront rappelé du vaincu. Mais ceci est principalement dû au fait que j’avais  participé à un entraînement pour faire face aux conséquences d’un tremblement de terre lorsque j’habitais à Tokyo (près de Sangenjaya, le quartier où habitent les personnages dans l’anime, ce qui m’a d’autant plus marquée en regardant les épisodes).

Que la série ait un déroulement toutefois assez lent ne m’aura vraiment pas gênée, et encore moins le fait que la seconde moitié de la série n’avait plus vraiment le tremblement de terre comme thème principal, mais plutôt le développement des relations entre les personnages. Même Mirai ne m’aura pas vraiment énervée alors que c’est un personnage quand même bien casse-pieds. Mon seul regret, c’est que *gros spoil* l’anime a un peu trop fait traîner le fait que Mirai n’avait toujours pas accepté la mort de son petit frère Yuuki, et attendre deux épisodes pour ça fut quand même un peu long ;  ce qui fait que personnellement, le passage où elle l’accepte enfin ne m’aura pas tant touchée que ça. *fin du gros spoil*

En tout cas la série a quand même ses défauts, et je peux comprendre que l’on ne puisse pas du tout l’aimer, mais de mon côté j’ai toujours eu un faible pour les drames humains. C’est assurément l’un de mes gros coups de cœur de cet été, aux côtés de Bakemonogatari.

 

ZAN SAYONARA ZETSUBOU SENSEI

zszs

(épisodes 2 à 12 – fin)

Ma déception de cet été fut la troisième série de Sayonara Zetsubou Sensei. Après une première saison assez drôle, une seconde saison toute aussi originale mais surtout créative (les passages en pâte à modeler, l’épisode où les doubleurs échangent la voix de leur personnage…) et des OAD bien délirantes, j’ai trouvé cette troisième série bien fade. Il faut dire qu’en face, l’autre anime de Shaft qui était diffusé n’était autre que Bakemonogatari, et même si ce sont deux séries aux thèmes bien différents, la comparaison fait mal.

Zan Sayonara Zetsubou Sensei m’aura donc paru bien plat, mais même sans cela j’ai eu l’impression que l’humour était vraiment moins recherché qu’avant et un peu plus lourd. J’ai même trouvé le générique  de début moins marquant que les précédents… Dommage. Mais heureusement qu’il reste encore la version manga.

 

PRINCESS LOVER

Princess Lover

(épisodes 3 à 12 – fin)

Princess Lover, je n’en attendais pas grand chose, et j’ai finalement été bien agréablement surprise. Mais c’est le combo des dessins de Shugo Chara + le sosie de Saber qui aura eu raison de moi. Je ne regrette pour autant pas d’avoir suivi cette série, qui même si elle est loin d’être un chef d’oeuvre, m’aura au moins fait comprendre que anime harem ne rimait pas toujours avec grosse bouse, et que certaines séries à tendance fan service pouvaient très bien sortir du lot. Mention spéciale au héros, qui change un peu des éternelles loques ou pervers auxquels on a malheureusement habituellement droit dans ce genre de série.

Au final je ne sais pas trop quoi penser de la série, car les quelques petits épisodes complètements délirants ont été vite remplacés par du sérieux. Je retiendrai aussi la jolie réalisation, mais à cause de cette série je vais maintenant avoir du mal à suivre Shugo Chara…

 

SHUGO CHARA!! DOKI

760srxwb

(épisodes 55 à 102 – fin)

En parlant de Shugo Chara… La seconde saison s’est terminée, et tout ça pour apprendre 102 épisodes plus tard que le Big Boss de Easter n’était autre *spoil* qu’un petit garçon qui aimait un peu trop les pierres précieuses et tout ce qui brille. J’ai trouvé ça tellement anticlimatique et WTF que je ne peux qu’applaudir. *fin du spoil* Reste donc à savoir ce qui va se passer dans la troisième saison, qui commence samedi prochain.

Concernant cette seconde série, au départ je ne voulais pas la suivre à cause des épisodes dits bouche-trous, mais finalement je ne le regrette pas. C’est toujours aussi mignon à regarder et toujours aussi bon enfant, bien que tout comme pour la première série, je me demande sérieusement si certains épisodes s’adressent vraiment à leur public principal, à savoir les petites filles. Il y en a même sur Nico Nico Douga qui ont fait une compilation des scènes assez WTF des deux premières séries, mais ce qui n’est pas étonnant c’est que ces scènes concernent surtout le trio Amu-Ikuto-Tadase. Ce n’est pas du School Days, mais ça y ressemblerait presque : en tout cas je ne serai pas étonnée que Amu finisse par subir la même chose que Makoto, quand elle sera plus grande.

Bref, vivement la troisième saison (c’est reparti pour 51 épisodes, j’imagine).

 

SHANGRI-LA

shangri

(épisodes 2 à 24 – fin)

Cette série, je ne sais même pas pourquoi je l’ai regardée en entier. C’était assez pathétique, et il n’y a pas grand chose à sauver mis à part la bande-son (et les artworks officiels de Murata). En fait, j’ai vraiment été intriguée par cet anime, car je me demandais de quelle manière tout cela allait finir. Le début ne commençait pas trop mal, ça se suivait, même si il ne s’est finalement rien passé les douze premiers épisodes. Ce n’est réellement qu’aux trois quarts de la série que l’on apprend enfin les tenants et les aboutissants de ce beau petit monde, que l’on comprend qui fait quoi, et que l’intrigue avance un peu.

C’est également à partir de là que toute l’histoire est devenue un gros n’importe quoi absolument risible, avec des épisodes bourrés de révélations foireuses tirées par les cheveux, de plot twists mal amenés et bon nombre de choses bien WTF.  Et avec un final assez raté. Voilà pourquoi cette série est en fait un excellent divertissement en soi… Mais personnellement, je trouve que ca reste tout de même bien plus supportable que d’autres séries du studio, comme Dragonauts. Et je me demande quand même ce que vaut le roman original.

 

BAKEMONOGATARI

(épisodes 3 à 12 – fin)

Bakemonogatari a été la série que j’ai préférée suivre durant cet été. Non seulement c’est très agréable à l’oeil, mais en plus les histoires à tendance fantastique ainsi que les personnages sont intéressants. Surtout Senjôgahara Hitagi. Que j’ai aimé ce personnage. Même si le dernier épisode était censé être consacré à Tsubasa, ça ne m’aura absolument pas dérangée le moins du monde que ce soit centré sur Hitagi et Araragi. Et puis le final était beau.

Vivement les trois derniers épisodes, qui devront normalement être diffusés sur le net. Je ne rajouterai rien de plus sur la série, si ce n’est qu’elle mérite  vraiment d’être vue, et que les différents génériques de début sont également tous plus intéressants les uns que les autres. Mais ma préférence va au générique de fin, avec ses dessins signés Hajime Ueda, l’auteur du manga de Furi Kuri.

 

SUZUMIYA HARUHI NO YUUUTSU – SAISON 2

Haruhi 2

(épisodes 3 à 14)

Que dire sur cette seconde série de Haruhi, qui aura bien fait couler de l’encre sur le net. Après le « trollage » avec l’arc Endless Eight pour lequel j’ai  quand même eu le courage de regarder chaque épisode en entier (finalement, j’aurais dû regarder tous les épisodes en même temps, j’avais un peur pour la suite : car autant le concept est intéressant, autant le résultat est quand même bien ennuyeux pour le pauvre téléspectateur (ou internaute en occident, hum).  Mais même si j’ai bien aimé les épisodes sur le tournage des épisodes des Aventures de Mikuru, ça ne m’aura franchement pas autant passionnée que la toute première saison. Mais ce qui m’aura vraiment gênée, c’est la K-onisation des personnages, et qui je trouve ne va pas vraiment avec le style de la série.

Ce n’est pas avec cette « saison » qui ne ressemble vraiment pas à une seconde saison que j’ai retrouvé ce qui m’a fait adorer la première série, même si au final je ne peux pas dire que je n’ai pas aimé (heu… et KyoAni ne devait pas animer la « disparition de Suzumiya Haruhi »  ?).

 

UMI MONOGATARI ~ ANATAGA ITEKURETA KOTO

Umi Monogatari

(épisodes 4 à 12 – fin)

Une série bien mignonne, pour laquelle je n’attendais rien, et certainement pas quelque chose du niveau d’un Princess Tutu ou d’un Kaleido Star. Ce n’est clairement pas la meilleure série de Jun’ichi Satou, mais ça se suit sans trop de mal, même si le mélange entre le tranche de vie et le style magical girl est au départ assez déroutant.

C’est rempli de bons sentiments, mais à l’instar de Shugo Chara, je n’ai pas non plus trouvé ça spécialement niais. Le scénario n’est franchement pas bien original non plus, mais la manière dont tout est amené a le mérite d’être même un peu plus subtil que d’habitude. Au final j’ai quand même bien aimé cette série assez reposante, même si l’héroïne ne fut au bout du compte qu’un pot de fleur rempli de bons sentiments, à la manière d’une Belldandy.

 

SPICE & WOLF – SAISON 2

spicy-wolf

(épisodes 3 à 12 – fin)

Une seconde saison qui m’aura un tout petit moins interessée que la première, probablement parce qu’il s’agit plus ou moins de la même chose mais avec l’effet de découverte en moins, et surtout avec beaucoup moins d’événements importants. Dommage également que la réalisation ait été aussi inconsistante, mais pourtant avec  le studio Brain Base je m’attendais à mieux.

Tout l’intérêt de la série repose quand même sur le personnage de Holo, mais j’espère bien qu’il y aura une troisième saison, car terminer la série ainsi me laisse quand même plus que dubitative…

 

EVANGELION: 01 – YOU ARE (NOT) ALONE

eva

(film)

Et oui, un intrus dans le lot. Surtout que j’ai vu le film en juillet dernier lors du Festival Fantasia à Montréal, donc ça date. Mais se retrouver dans une immense salle de cinéma, presque aussi grande que celle dédiée à la projection des films primés au Festival d’Annecy, bourrée de monde à un point tel que j’ai dû regarder le film assise sur les escaliers, sans les aléas de ce qui a semblé rendre chaotique la diffusion du film dans certaines salles en France, ça avait quelque chose d’EPIC.

Ça faisait plaisir de voir autant de personnes dans une salle de cinéma regarder ce film d’Evangelion, le plus amusant étant la toute fin lorsque s’est fait entendre un immense « Oooooooh » de déception au moment où les mots « A suivre » se sont affichés à l’écran. Concernant le film en lui-même, je  l’ai beaucoup aimé : peut-être parce que je n’ai pas revu la série depuis sa diffusion en VF sur Canal +, et donc que je ne pouvais pas trop faire de comparaisons. En tout cas, ce film m’a redonné envie de revoir la série. J’ai donc vraiment adoré, et j’attends vivement la sortie en occident au cinéma des prochains films.

 

COOKING IDOL AI! MAI! MAIN!

cookingidol

(épisodes 6 à 50)

J’ignore si le 50ème épisode était le dernier, la logique voulant que ce soit 52, mais dans tous les cas c’est le genre d’émission qui fait qu’il n’y aura pas vraiment de fin. La partie live de Cooking Idol était la plus intéressante, la version animée n’étant que très moyenne et dotée d’un scénario presque aussi honteux que celui de Moegaku. La version live en revanche donnait très faim, car chaque jour on a eu droit à une petite recette de Main.

Chaque semaine était en fait dédiée à un thème, et cette dernière semaine était consacrée à tout ce qu’a appris Main depuis le tout début, afin de préparer un bento… Bref, que la série soit finie ou non ne changera pas grand chose à mon avis dessus, car entre le 1er et le 50ème épisode la formule n’aura pas change d’un iota, au point d’être même devenue un peu trop répétitive. Mais en tant qu’amatrice de cuisine japonaise un peu bizarre, j’ai quand même bien aimé.

 

22
Poster un Commentaire

avatar
22 Fils de commentaires / Comment threads
0 Réponses aux fils / Thread replies
0 Followers
 
Commentaire avec le plus de réponses
Fil avec le plus de réactions
19 Nombre de personnes à avoir réagi
ExelenNi3tzsche le SublimeIchikyoAlaeffararthemis89 Dernières personnes à avoir réagi

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S'abonner  
plus récents plus anciens
Me notifier des
oro77
Invité
oro77

Pou Haruhi, je suis un peu déçu, je me suis arrêté en cours. Je commence à douter de l’intérêt de cette seconde saison …

Pour Tokyo Magnitude,
J’étais peut être trop dedans, j’ai compris qu’au dernier épisode… du coup ça m’a bien choqué lol

Pour Evangelion, le second opus est encore mieux ! J’ai hate de sa sortie DVD/Bluray.

Sphax
Invité
Sphax

Je dois dire que je me suis sentie dans la même situation au niveau de « Umineko », le fantastique semble s’intensifier tout d’un coup et c’est un peu surprenant…
SI tu aimes la cuisine « live », es-ce que tu apprécie également le show  » cooking with the dog » sur Youtube ?
Un exemple ici:
http://www.youtube.com/watch?v=-Cv5LsqKUXc
 »Good luck in the kitchen ! » :D

Kitsune-san
Invité

Oh, ça fait du bien de lire ta prose et tes impressions après tant de temps ^^ !
En plus, n’ayant pas du tout touché aux animes de l’été par un manque flagrant de temps cet été justement, ton article plus celui de Kao vont me permettre de faire déjà un petit tri = D !
Et bon courage pour gérer ton temps par rapport à ton boulot ^__^

neokenji
Invité
neokenji

« un jour je trouverai bien le temps de voir Full Metal Panic ;_;  » Y

D’accord pour Requiem for the Phantom, on apprécie quand même malgré l’orientation bizarre prises par les évènements une fois les 13 premiers épisodes passés.

neokenji
Invité
neokenji

Flûte, ma main a glissé, si tu peux supprimer tout ça, j’ai pas pu développer comme je le voulais ^^

Zali L. Falcam
Invité

La S2 de Haruhi est un magnifique exemple de trollisme marketing, du jamais vu depuis la première fin d’Evangelion.

Axel Terizaki
Invité

Chouette, un post d’Exelen, ça me rappelle que je devrais commencer à rédiger mon test de Dream C Club…

Je suis surtout d’accord avec ta vision de Princess Lover: pas extraordinaire mais la série m’aura fait passer quelques bons moments, et elle sortait clairement du lot avec des personnages sympatoches (même Seika, c’est dire.)

X4713R
Invité

Umineko :
« notamment tout ce qui concerne le comportement de Maria qui n’a pas l’air de vraiment surprendre sa famille »
Si si, ils s’interrogent et ce comportement est un peu expliqué (à mon avis il doit y avoir une autre raison) dans l’épisode 1 du jeu (qui correspond au premier arc de l’anime).

Je suis complètement passé à côté de Bakemonogatari, je devrais peut-être réparé ça…

X4713R
Invité

>réparer.
F*ck.

Sirius
Invité

C’est sûr que ça doit faire un choc de voir les OAVs de Phantom après la série. Ils étaient vraiment ratés et heureusement que la série met mieux en évidence un scénario assez bon. Pour Spice & Wolf 2, j’ai vraiment du mal tellement je trouve ça chiant après 10 épisodes. Si j’étais pas raide dingue d’Horo… =)

Et Tokyo Magnitude, je trouve « l’effet » bien foutu et tout se passe au bon moment avec les bons indices! La tranche de vie, recherche de soi, traumatisme qui finit par l’emporter sur le documentaire servi au départ.

Inuki
Invité

Bake doit faire 15 épisodes non? En tout cas la série reste une franche réussite et Hitagi a clairement une classe folle ^^.
Pour Zan je dois dire que j’aime plus que la saison 2. Dommage que Kaere soit autant en retrait par rapport aux autres quand même.

Concernant TM 8.0, je rejoins ton avis. La fin du 10 aurait pu être bien mieux amené. Mais le 11 était vraiment bien fait niveau émotions.

Je trouve quand même que Teppei reste un bon obsédé. Le passage de l’onsen a bien cassé son minimum de classe pour moi.

Je me mettrais à Phantom une fois que j’aurai fini Samurai Champloo je pense ^^.

Lu-sama
Invité

Mais-mais-mais ?! Mais c’est quoi ces gens qui critiquent TM8.0 ?? Vous z’avez pas de petit frère hein c’est pour ça !
Non sérieusement, lorsque je répondrai à des questions comme « quel personnage d’anime vous ressemble le plus ? » je saurai quoi répondre. Merci BONES, je peux enfin m’identifier à ce meeeerveilleux personnage qu’est Mirai (dire que j’étais comme ça il y a quelques années encore, ça fait peur…).

Phantom ça reste excellent, j’ai du mal à trouver la fin (puisque l’anime a été licencié aux US et que j’aime pas le streaming) mais je la trouverai par tous les moyens. Ça faisait 5 ans que Bee Train ne nous avez pas pondu une merveille pareille (depuis Madlax en fait).
Et LOL pour les OAVs, l’image fait peur (je veux voir Lizzie maintenant >_<).

Tiens ça m’étonne que tu aies aimé Umi Monogatatri, j’aurais parié que tu aurais abandonné avant la fin… O_o

Et l’image de Chi que tu as mise est magnifique. x)

Patchouli
Invité
Patchouli

Je ne partage absolument pas ton point de vue pour Zan Sayonara Zetsubou Sensei, qui, comme tu le fais remarquer, n’est pas comparable avec Bakemonogatari (pas forcément dans le sens que tu soutiens, si on devait mettre un ordre).

Visuellement toujours aussi magnifique (d’ailleurs si quelqu’un aurait un site listant les images complètes des plans en 3 étapes, je suis preneur), les onomatopées prononcées faisant leur effet, les thèmes abordés décrivant toujours avec cet humour si particulier les situations de la vie courante, le cocktail est toujours aussi efficace !
Certes, on peut lui reprocher un manque de recherche sur le plan artistique, mais finalement, ce n’est pas plus mal, même si l’on peut (je suppose) avoir l’impression d’avoir une adaptation bête et automatique du manga.

L’opening quant à lui est magnifique graphiquement, c’est un vrai régal visuel et je signale au passage que ton lien pointe vers une autre video. La musique est peut-être moins marquante que celles des génériques précédents, elle n’en reste pas moins agréable et entrainante, et on se met naturellement à la chantonner.

Enfin voilà, ZanSZS est pour l’instant ma série préférée de 2009, en attendant la prochaine saison ~

L'Hikikomori
Invité

Très bel article.

Je ne connaissais que peu de séries parmi celles-ci et pour résumer, ça m’a donné envie de découvrir de nouvelles animes qui semblent prometteuses. Pour certaines, ça m’a enlevé mon petit a priori de départ, du coup, je risque aussi de les regarder :p

J’avoue qu’une journée de 48H serait le bienvenue T_T

neo6630
Invité
neo6630

suis-je le seul a avoir remarqué que la saison 2 de haruchi ! avait un gout de déjà vu & répétitif avec les épisodes 3 a 9 !!!
ca ma pris 3 jours pour les finir…
j’avais l’impression que je me trompais a chaque fois d’épisode en regardant le même!! je ne pouvait spoiler la série en regardant les suivant pour vérifier !
heureusement , j’ai finir par arriver au epi 10
mais les séquelles de la boucle temporelle sont encore la !
j’ai la forte impression d’avoir déjà vu ce site quelques part ailleurs sur le net! et ce sujet 72 fois ! avec au moins 15 ou 18 variations différentes !!!!

Oyashiro
Invité

Pour Umineko, je te conseille vivement d’arreter l’anime et de te mettre completement aux sound novel (et reprendre l’anime après).

Tu vas bêtements te gacher les surprises et les moments épiques du jeu avec la mise en scène foireuse, le fan service de merde, les personnages dont on ne voit qu’une facette d’eux, tous les oublis et j’en passe…

Non cet anime d’umineko est un gros gâchis, car le sound novel n’a absolument rien a encier a higurashi, au contraire même, alors que niveau adaptation Higurashi s’en sortais mille fois mieux qu’umineko.

Sinon je suis assez d’accord avec toi sur les animes de l’été (même si je ne les ai pas encore fini, maudite rentrée), princess lover qui est bien mieux que je le pensais, umi monogatari qui est une série très sympa, Bakemonogatari qui est juste génial et Zan SZS qui m’emballe moins que les autres saisons D=…

arthemis89
Invité

Je n’ai regardé que Tokyo Magnitude 8.0 parmi ses animés, c’est d’ailleurs tes impressions qui m’ont donné envie de le découvrir. Je n’ai pas été déçus, j’ai adoré et j’ai versé ma petite larmiche à la fin également.
Je te remercie donc d’en avoir parlé car ce sera sans doutes l’un des dessins animé qui m’aura le plus touché (et je suis encore sous le choc!) et je ne pourrais jamais assez le conseiller.

Alaeffar
Invité
Alaeffar

Pour ton interrogation sur la fin de Requiem for the Phantom, et en évitant de trop en dire pour pas spoiler les autres…

Observe bien la fleur lors du gros plan, n’y a-t-il rien qui manque ? Je te rappelle aussi qu’ils sont en Mongolie, et ces fleurs ont une caractéristique bien connue.

Sinon c’est clair que la fin a fait couler beaucoup d’encre virtuelle, mais si ça peut te faire estimer le VN un peu plus, la fin de la route d’Elen dans le jeu se terminait juste avant cette ‘toute fin’ de l’anime, d’où le mécontentement des fans. Quoique vu que Nitroplus ont donné leur accord, ça peut tout à fait être considéré comme canon.

Ichikyo
Invité

En parlant d’umineko
Hourra, le visual novel va enfin arriver en France (si ce n’est pas déjà fait avec Lux Pain, Time Hollow et les like d’Ar Tonelico 1 et 2 dans la Cosmosphere etc…)
et c’est Higurashi qui arrivera en Francais \o/.

Sinon plus serieusement, y’a aussi quelque chose de marquant dans Umi monogatari et c’est bien sa musique, vivement son OST (un bon tas de tracks Pianos comme Aria)