C’est l’automne, les nouvelles séries ont commencé en ce début du mois d’octobre, donc pour ne pas faillir à la tradition voici les habituelles impressions sur toutes ces nouveautés. En général j’attends qu’au moins les trois premiers épisodes soient diffusés, mais si je commence cette première fournée d’impressions assez tôt c’est parce que pour certaines séries on sait déjà à quoi réellement s’attendre au bout de deux épisodes.

Tout comme pour les séries de cet été, je vais séparer mes impressions en plusieurs billets pour éviter d’écrire un long pavé indigeste. J’ai là encore voulu jeter un œil à toutes les nouveautés, sauf bien évidemment les suites de séries que je n’avais pas suivies, qui sont pour cette saison assez nombreuses (une petite vingtaine, tout de même). Et j’espère m’en sortir car le nombre de nouveautés est énorme. /o\

Comme d’habitude, les impressions qui suivent sont 100 % subjectives et n’engagent que moi (et mes goûts douteux).

 

Kamisama Minarai : Himitsu no Cocotama

Kamisama Minarai : Himitsu no Cocotama

ÉPISODES VUS : 02/??

IMPRESSIONS : et je commence ce premier tour d’impressions par un anime mignon tout plein destiné avant tout aux petites filles. Et non, je n’ai pas honte. :D Ce projet cross média que l’on doit à Bandai raconte l’histoire de petites divinités douées de pouvoirs magiques, les Cocotama, qui naissent des objets qui sont utilisés avec grand soin par leur propriétaire. Kokoro Yotsuba va faire la connaissance de Lucky Tama, l’un de ces petits êtres étranges, qui est né d’un de ses crayons de couleur qu’elle gardait depuis l’âge de trois ans. L’existence des Cocotama devant être secrète, Kokoro doit (littéralement) signer un contrat avec Lucky Tama et en prendre soin, sinon il risque de disparaître. D’autres Cocotama rejoindront l’héroïne, le but de ces derniers étant de devenir des divinités à part entière car pour le moment ils ne sont que des apprentis.

Pour un anime purement commercial conçu dans le but de vendre des jouets, ce Himitsu no Cocotama est une très bonne surprise. L’histoire m’a fait penser à une sorte de mélange entre Shugo Chara (dans les deux cas on a des petits êtres qui naissent à partir d’un œuf, ont des pouvoir et sont liés à l’héroïne) et Mirmo de pon! (une série où un petit lutin sort d’une tasse et promet de réaliser le souhait de l’héroïne), avec un zeste de Hamtaro.

C’est peut-être très enfantin mais j’ai trouvé les deux premiers épisodes bien plus divertissants et touchants que certains autres premiers épisodes de séries de cet automne que je ne nommerai pas. :p J’hésite toutefois à suivre ou non cet anime : ça risque de s’étaler sur de très nombreux épisodes, et j’ai déjà beaucoup de retard sur d’autres séries ; donc même si c’est sympa comme tout, ce n’est pas dans mes priorités.

VERDICT :  Smiley_cute

 

Young Black Jack

Young Black Jack

ÉPISODES VUS : 02/??

IMPRESSIONS : passons d’un anime mignon à quelque chose d’un peu moins joyeux avec Young Black Jack, une série se déroulant à la fin des années 60 qui raconte la jeunesse de Kuroo Hazama, avant que ce dernier ne devienne le célèbre Black Jack. Cet anime se base en fait sur le manga du même nom, qui est d’ailleurs actuellement en cours de publication en France chez Panini.

Si au niveau graphismes le design de Black Jack peut choquer et faire un peu peur aux puristes (même si ça aurait pu être pire) et que le générique de début ne donne franchement pas envie, j’ai tout de même trouvé le contexte dans lequel tout cela se déroule intéressant, la situation sociale du Japon dans les années 60 n’étant pas un thème très souvent abordé. Dommage que le côté racoleur laisse un arrière-goût amer, au point de me demander si finalement le public féminin ne serait pas le véritable public cible de cette série, mais j’ai tout de même trouvé le premier épisode relativement divertissant. Quant au second épisode, le plot twist final m’aura quand même bien fait rigoler. :’) J’ai cependant eu la mauvaise idée de me procurer le premier volume du manga par pure curiosité et pour comparer, et là je me suis rendue compte que l’anime est en fait complètement censuré : dans le premier épisode, par exemple, Hazama doit sauver un jeune garçon en reconnectant les nerfs de ses membres, et on ne voit pas grand-chose ; dans le manga, on montre carrément son bras et sa jambe arrachés. Certains éléments du scénario sont également nettement mieux amenés et mieux mis en en scène dans le manga, et même les graphismes m’ont nettement moins choquée par rapport à l’anime.

Dans les deux cas c’est une série que je trouve un peu étrange et qui se veut sérieuse malgré le côté relativement WTF des miracles chirurgicaux du héros, mais je préfère encore suivre le manga que regarder l’anime. Et puis quitte à regarder une série sur Black Jack, je pense que rien ne vaut les OAV de Dezaki.

VERDICT :  Smiley_disappointed

 

Lupin III (2015)

Lupin the 3rd - Part IV

ÉPISODES VUS : 03/24

IMPRESSIONS : sans compter les spin-offs et les téléfilms, cette nouvelle série signe le grand retour de Lupin III à la télévision, près de trente ans après la série précédente. Et si je n’ai jamais été une très grande fan de Lupin III (j’aime bien, sans plus), j’ai de suite accroché à cette nouvelle série, qui garde un petit charme rétro et est superbement réalisée. Si le premier épisode était tout de même très léger et servait surtout à introduire le personnage de Rebecca Rossellini, j’ai trouvé que la série adoptait un ton un peu plus sérieux dès le second épisode, et des trois premiers épisodes que j’ai regardés le premier était finalement le moins « bon ».

C’est vraiment le genre de série sans prise de tête, tout à fait accessible au néophyte qui n’aurait rien vu de la franchise, et qui fait un bien fou à regarder entre toutes ces adaptations de light novels. Je le qualifierai même d’anime pour les gens qui n’aiment pas les anime, voire d’anime pour ceux qui sont un peu blasés par la production actuelle.

Au passage, je me demande pourquoi il n’y a pas de simulcast pour ce nouveau Lupin III (bon, Himitsu no Cocotama non plus mais c’est moins grave :p) ? Je regrette un peu de ne pas avoir suivi la diffusion italienne, du coup, vu qu’ils sont déjà bien en avance étant donné que l’anime a commencé en août dernier chez eux, le projet étant une collaboration entre le Japon et l’Italie. En tout cas, ce nouveau Lupin III est rudement sympa et je compte bien suivre toute la série.

VERDICT :  Smiley_like3

 

Neko Nanka Yondemo Konai.

Neko Nanka Yondemo Konai

ÉPISODES VUS : 02/12

IMPRESSIONS : cet anime suit l’histoire d’un boxeur professionnel qui, après avoir subi une blessure l’empêchant de continuer ce sport, décide de se reconvertir en mangaka. Sa vie changera le jour où, un soir d’hiver, son grand frère recueille deux petits chatons abandonnés : Kuro et Chin.

Cet anime se base en fait sur le manga du même nom, inédit en France. Il existe cependant une autre version de la même histoire, Kurogō, et dont le manga est quant à lui bel et bien sorti chez nous sous le titre Kuro, un cœur de chat. La différence est que dans ce dernier l’histoire est racontée du point de vue des chats, tandis que l’autre manga, celui que cet anime adapte, est raconté du point de vu des êtres humains. Et plus particulièrement de celui des deux frères.

L’anime en lui-même est assez mignon à condition d’aimer les chats, et j’aime beaucoup le style utilisé qui donne une sorte de rendu pastel. A noter aussi que les épisodes sont très courts (moins de deux minutes) et qu’une adaptation en film live devrait voir le jour au Japon en janvier prochain. Vu la faible durée des épisodes, je pense tout suivre, même si ça ne vaut clairement pas Chi’s Sweet Home.

VERDICT :  Smiley_like1

 

Hacka Doll – The Animation

Hacka Doll

ÉPISODES VUS : 02/13

IMPRESSIONS : en voilà une série dont je n’attendais absolument rien, mais qui au final remplit parfaitement son rôle de pur divertissement. A la base il s’agit d’une véritable application pour smartphone sortie en 2014, et dont le but est de fournir des informations sur tout ce qui touche à la culture otaku tout en permettant de faire le tri : anime, mangas, jeux vidéo, seiyuu… En mai dernier a débarqué la version web de ce service, puis finalement c’est en octobre qu’est arrivé l’anime (avec au passage une adaptation en manga).

Ce dernier reprend le principe de base de l’application originale, avec ici trois héroïnes qui en sont la personnification et doivent aider les gens qui font appel à leur service, ce qui les matérialisent littéralement. Le problème ici est que ces Hacka Dolls ne sont pas très douées, et cela causera quelques situations comiques sur lesquelles joue la série (qui tourne d’ailleurs principalement autour de cet humour bien débile auquel il ne faut pas être trop allergique). Chaque épisode a l’air de vouloir tourner autour d’un thème : dans le premier les héroïnes viennent en aide à une fujoshi tandis que le second tournait autour du monde des idols. Avec par ailleurs une animation tellement à la rue pendant leur démonstration musicale que je serais presque tentée de dire que c’était volontaire. :p

Hacka Doll est donc une petite série sans prétention très colorée et assez bien réalisée dans l’ensemble (merci le studio Trigger). Heureusement que les épisodes ne durent qu’environ sept minutes, car si ça avait été plus long je n’aurais probablement pas tenu jusqu’au bout. En tout cas je n’en attendais absolument rien et j’ai donc été plutôt agréablement surprise : pour le moment, je pense continuer toute la série.

VERDICT :  Smiley_like1

 

Poster un Commentaire

avatar

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S'abonner  
Me notifier des