Anime - été 2017

Impressions sur les séries de l’été 2017 (1ère Partie)

C'est avec un petit peu de retard que débarquent mes habituelles impressions sur les nouveaux anime de l'été ! J'attendais cette saison estivale de pied ferme car plusieurs titres m'intéressaient beaucoup dans le lot ; cette saison est par ailleurs plutôt chargée tant au niveau des nouveautés que des suites, avec pas moins d'une cinquantaine de titres au total.

Cette première fournée d'impressions sera comme d'habitude un tour d'horizon de quelques titres en vrac, les avis qui suivent étant bien évidemment 100 % subjectifs !

Pour la liste des anime disponibles en simulcast en France pour cette saison, c'est par ici. Pour un guide des simulcasts au Japon, c'est par là.

 

Mahoujin Guru Guru

Magical Circle

Épisodes vus : 02/24

C'est une série que j'attendais beaucoup, car il s'agit d'un remake de ce bon vieux Mahoujin Guru Guru. La première adaptation en anime date tout de même de 1994, mais sa seconde saison est quant à elle plus récente puisqu'elle est sortie début 2000. Cette dernière proposait d'ailleurs un chara design un poil différent auquel personnellement je n'avais pas accroché, et je suis soulagée de voir que cette nouvelle adaptation adopte un style plus similaire à celui de la série de 1994.

Cet anime est donc une grosse parodie des RPG des années 80 et du début des années 90, notamment Dragon Quest. On y suit les mésaventures de Nike, un jeune garçon forcé de prendre le rôle de héros, et de Kukuri, la dernière descendante d'une ancienne tribu qui avait autrefois scellé le Roi Démon grâce à une magie à base de cercles magiques ("guru guru"). Le Roi Démon étant de retour, Nike et Kukuri vont s'embarquer dans une grande aventure dans le but de le vaincre.

C'est une série qui ne se regarde clairement pas pour son scénario, mais j'ai trouvé ce remake plutôt réussi, avec un côté rétro très plaisant. C'est bourré d'humour, de gags et de références à des situations vues et revues dans les RPG, et ça fait du bien de temps en temps des anime sans prise de tête de ce genre. Le générique de début, qui contient des séquences tirées des différents génériques des saisons précédentes en guise de clin d’œil, est lui aussi assez sympa. Mais il ne vaut pas le générique italien du Mahoujin Guru Guru de 1994, que je préfère même à la version japonaise.

Magical Circle
1994 vs 2017

C'est un anime qui ne révolutionnera pas le genre, mais il devrait plaire aux fans de vieux RPG et aux nostalgiques des séries des années 90, à condition de supporter son humour parfois un peu lourd. Je vais en tout cas suivre cette série en entier étant donné que j'ai beaucoup aimé ces premiers épisodes.

VERDICT : 

 

Kakegurui - Compulsive Gambler

Kakegurui

Épisodes vus : 04/12

Une nouvelle élève, Yumeko Jabami, débarque dans un établissement privé dans lequel les jeux d'argent décident du statut et de l'avenir des étudiants.

Kakegurui est également une série que j'attendais au tournant ; j'avais eu l’occasion de lire le premier volume du manga l'an dernier et j'avais beaucoup aimé : les paris et les jeux d'argent sont un thème que j'apprécie énormément, car ça donne souvent quelque chose de très sympa à suivre. L'anime est en tout cas fidèle au manga, avec ce côté qui rappelle à la fois Prison School (pour les déformations des visages, les personnages tordus et les situations abracadabrantesques dans une école) et Kaiji (pour le côté gambling avec des mises en jeu complètement démesurées).

C'est un gros délire parfaitement assumé, avec un côté bien barré et des situations très exagérées, notamment au niveau des personnages féminins qui ont l'air d'être assez souvent au bord de l'orgasme. C'est très stupide mais j'adore, et j'attends avec impatience chaque épisode : je trouve bizarrement l'anime plus prenant que le manga, mais c'est sûrement dû au rythme. Mon seul reproche ? La présence d'un personnage principal masculin qui ne sert strictement à rien.

Au passage, mention spéciale au joli générique de début, auquel a participé Sayo Yamamoto (Yuri on Ice, les génériques de Rage of Bahamut : Virgin Soul et Persona 5...).

Je vais donc bien évidemment suivre en entier cette série, que je trouve vraiment très très très divertissante ! (et sinon, à quand une adaptation en anime du manga Liar Game ?)

VERDICT : 

 

Fate/Apocrypha

Fate/Apocrypha

Épisodes vus : 03/25

Fate est une franchise avec de très nombreux spin-offs : de mon côté, ça passe ou ça ne passe pas, mais j'ai vraiment eu du mal avec ce Fate/Apocrypha. Cette série prend place dans un univers parallèle à celui de Fate/stay night, avec une Guerre du Saint Graal entre deux factions opposées, l'invocation de 14 Servants et en bonus une Jeanne d'Arc qui va servir d'arbitre dans ce joyeux bazar.

J'ai tenu trois épisodes, principalement parce que j'ai trouvé ça bien bordélique ; j'ai surtout eu du mal avec les (trop) nombreux personnages, notamment Astolfo, et je n'accroche vraiment pas au scénario... C'est donc plutôt mal parti de mon côté. La réalisation est quant à elle tout à fait honorable sachant que cette fois-ci ce n'est pas le studio Ufotable derrière cette adaptation, mais A-1 Pictures. Finalement, ce Fate/Apocrypha m'a permis de me rendre compte que de toute la franchise "Fate", il n'y a que Fate/Zero que j'ai beaucoup aimé : le reste était soit "meh", soit correct sans plus, y compris le visual novel original que j'ai trouvé très lourd à lire (et encore, ça dépend des routes).

Je n'ai donc vraiment pas eu envie d'aller plus loin, d'autant plus que 25 épisodes sont prévus. Les fans de la franchise devraient quand même apprécier, je pense, mais de mon côté je passe mon chemin même si je reconnais que cette série a au moins le mérite de rentrer directement dans le vif du sujet.

VERDICT :  

 

Koi to Uso - Love & Lies

Koi to Uso

Épisodes vus : 03/12

CES YEUX. J'ai eu du mal avec le chara design au début, mais on finit par s'y habituer. Dans cet anime, le Japon a trouvé un moyen de lutter contre la baisse de natalité : à l'âge de 16 ans, chaque adolescent prend connaissance de la personne désignée par le gouvernement et avec laquelle il devra se marier et partager sa vie. Malgré cette loi, le héros de l'histoire, Yukari Nejima, révèle la veille de ses 15 ans ses sentiments à Misaki Takasaki, l'élue de son cœur.

J'ai voulu regarder cet anime parce que le thème m'intéressait, mais je crois que j'ai été un peu trop optimiste en pensant que ça allait être une série avec une approche intéressante des problèmes de natalité au Japon. Notamment à travers cette loi complètement tordue où chaque couple est déjà désigné d'avance et où la notion d'amour n'a plus lieu d'être : en fait, on se retrouve avec une bête romance et son triangle amoureux habituel. Même si le triangle amoureux est plutôt un carré, car le troisième épisode semble se pencher sur une question que je me suis posée : dans un monde où les couples sont imposés par le gouvernement dans le but de faire des enfants, que se passe-t-il pour les individus amoureux d'une personne du même sexe ? Malheureusement, je n'ai pas l'impression que c'est un aspect sur lequel l'anime va réellement se focaliser.

C'est une série qui peut être intéressante à suivre si on aime ce genre de romance, mais de mon côté je ne regarderai pas la suite : je n'ai pas été très convaincue, et le manga original étant toujours en cours de publication, la conclusion sera certainement frustrante... À noter au passage que ce dernier est également disponible en France chez Pika.

VERDICT :  

 

Katsugeki Touken Ranbu

Katsugeki Touken Ranbu

Épisodes vus : 02/??

Le studio Ufotable ne s'est pas occupé du Fate de la saison, mais on le retrouve à la place derrière cette nouvelle version de Touken Ranbu. Il s'agit de la deuxième adaptation en anime de la franchise, après Touken Ranbu : Hanamaru en octobre dernier. Le tout se base sur un browser game très inspiré de Kantai Collection qui semble viser à la fois un public féminin ainsi que les fans d'histoire du Japon et de sabres.

Le scénario de cette série se concentre sur la mission de deux sabres dotés d'une apparence humaine, Kunihiro et Kanesada : ils sont envoyés dans le passé afin de lutter contre l'Armée de Rétrogradation du Temps, cette dernière cherchant à changer le cours de l’Histoire. C'est plutôt joli à regarder, les scènes d'action sont réussies, mais... c'est tout. C'est assez lourd à suivre, avec trop d'informations balancées au téléspectateur, et l'abus de 3D tue la 3D. Si on arrive à rentrer dedans ça peut probablement être sympa à suivre, mais je n'ai vraiment pas du tout accroché.

J'ai de mon côté trouvé cela ni très original, ni très passionnant à suivre, et je me suis presque endormie devant : je n'irai donc pas plus loin.

VERDICT :  

 

Youkai Apartment no Yuuga na Nichijou

Elegant Yokai Apartment Life

Épisodes vus : 03/??

Yuushi Inaba, un lycéen dont les parents sont décédés, cherche en catastrophe un nouveau logement. Il en trouve finalement un malgré son budget limité, mais le logement en question s'avère être habité par des youkai et autres créatures du folklore japonais.

Je me suis dit au départ que ça allait être une sorte de Natsume Yuujinchou du pauvre ; effectivement, le premier épisode ne m'a pas du tout emballée, mais j'ai trouvé les suivants bien plus intéressants et réussis, notamment le troisième, qui a une histoire assez sombre et légèrement traumatisante qui tranche avec le ton globalement bon enfant de la série. Cet anime a également un petit côté qui rappelle certaines séries des années 90, mais il est dommage que la réalisation ne soit pas terrible. Dommage également pour les personnages vraiment quelconques, y compris le héros de l'histoire, ce qui n'aide vraiment pas à s'intéresser davantage à eux. En fait, il n'y a rien de vraiment remarquable dans cette série, et c'est typiquement le genre de titre dont tout le monde aura oublié l'existence d'ici quelques semaines.

L'anime n'est pourtant pas si mauvais que ça, et le tout premier épisode est le seul que j'ai trouvé réellement inintéressant, mais je ne pense pas regarder la suite : c'est largement dispensable.

VERDICT :  

 

Aho Girl

Aho Girl

Épisodes vus : 03/??

Je n'avais pas prévu de regarder cette série à la base, le scénario ne m'inspirant pas du tout : il s'agit d'une suite de gags basés sur le quotidien d'une fille bête à manger du foin et de son ami d'enfance, qui passe son temps à être navré de sa stupidité. Et finalement, j'ai trouvé ça... très drôle ! Je plains quand même la doubleuse de l'héroïne, qui parle tout le temps et à toute vitesse de manière surexcitée (un peu comme Excel dans Excel Saga) : j'ai vraiment mal pour ses cordes vocales.

J'apprécie également beaucoup le protagoniste masculin, doublé par un Tomokazu Sugita en mode cynique, ce qui fait que j'ai eu l'impression de réentendre Kyon de Suzumiya Haruhi no Yuuutsu. Cela reste dans l'ensemble une série basée sur l'absurdité et le comique de situation, avec du pur humour japonais : les deux héros endossent littéralement les rôles de tsukkomi et de boke. J'avais peur que le tout ne soit très lourd, et certains gags le sont, mais au bout de trois épisodes j'accroche toujours autant. Heureusement tout de même que les épisodes ne durent que 12 minutes, car c'est très fatigant à suivre étant donné le côté hystérique de la série.

Ce n'est certainement pas le genre d'anime que je recommanderai à tout le monde, et il faut aimer ce style d'humour très con, mais j'ai de mon côté trouvé ma comédie de la saison. J'en redemande ! 

VERDICT :  

 

Isekai Shokudou ~ Restaurant to Another World

Restaurant to Another World

Épisodes vus : 04/??

Quand je vois le mot "isekai" dans le titre d'une série, j'ai plutôt tendance à me méfier, mais j'attendais quand même cet anime avec curiosité pour deux raisons : d'une part, c'est sur le thème de la nourriture, et d'autre part c'est basé sur un light novel aux illustrations signées Katsumi Enami, un artiste que j'aime beaucoup.

Cet anime raconte l'histoire d'un restaurant dont la porte apparaît une fois par semaine dans d'autres dimensions, donnant l'occasion aux habitants de ces mondes parallèles de s'y rendre afin de goûter à sa cuisine. C'est une série qui n'a pas vraiment de fil conducteur, si ce n'est que l'on suit à chaque fois deux petites histoires mettant en avant un personnage avec des problèmes ou une histoire particulière, et un plat qui va raviver des souvenirs ou encore apporter des réponses à ses questions.

Ce n'est pas extraordinaire, mais c'est incroyablement reposant : j'adore cette série, bien plus que je ne le devrais, d'ailleurs. Dommage que la réalisation soit aussi inégale, on peut passer d'un passage superbement animé à un plan super moche en quelques secondes, mais je remarque que les gros plans sur la nourriture sont quant à eux toujours réussis et super bien dessinés avec plein de détails. :D Les histoires sont quant à elles assez variées et plus ou moins intéressantes, mais pour le moment j'ai bien aimé celles avec la chasseuse de trésor, la princesse et enfin celle avec l'elfe vegan.

C'est une série qui met de bonne humeur (et qui donne faim !), mais qui peut endormir ceux qui ont du mal avec les titres sans réel scénario ou qui n'en ont rien à faire du foodporn. Par certains côtés, cet anime est même assez similaire à Bartender, voire Wakako-zake, et j'accroche beaucoup : je regarderai tous les épisodes. (et cette série me donne envie de voir une adaptation de Dungeon Meshi !)

VERDICT :  

 

Les recalés de cette première fournée

Comme d'habitude, je mets ici les séries pour lesquelles je me suis arrêtée en plein milieu du premier épisode parce que je n'ai pas du tout aimé, ainsi que les titres courts qui ne font que quelques minutes et pour lesquels je n'ai vraiment pas accroché non plus.

Hina Logi ~ From Luck & Logic : un spin-off de Luck & Logic, que je n'avais pas du tout aimé. Cette nouvelle série mignonne et colorée se prend nettement moins au sérieux, ce qui fait que ça se suit un peu plus facilement, mais à part ça ce n'est pas trop mon truc. Les amateurs d'anime colorés avec des pseudo-magical girls devraient apprécier.

Skirt no Naka wa Kedamono Deshita. : l'anime olé olé de la saison, racontant l'histoire d'une étudiante qui rencontre une autre fille lors d'une soirée, sauf que la fille en question est en fait un garçon qui aime se travestir. J'ai regardé par curiosité malsaine : je pensais que ça allait être comme Souryo to Majiwaru Shikiyoku no Yoru ni du printemps dernier, mais ici ça vire carrément au hentai. :'D

Knight's & Magic : l'histoire d'un employé de bureau fan de mecha qui meurt et se réincarne dans un monde de type fantasy où il a la possibilité de devenir pilote de robot géant. J'ai tenu dix minutes devant : trop d'ellipses, tout va trop vite, et sincèrement le scénario ne m'intéresse pas du tout sachant que le héros est un véritable Gary Stu.

 

La seconde partie des impressions arrivera (peut-être) en fin de semaine~

 

Poster un Commentaire

14 Commentaires sur "Impressions sur les séries de l’été 2017 (1ère Partie)"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens
gemini
Invité

Je n’ai pas testé toutes les séries de cette première partie, mais celles que je regarde je suis globalement d’accord. Je crois qu’il s’agit de la première saison où je suis autant de titres simultanément, là où je n’en avais carrément regardé pendant la précédente.

Isekai Shokudou est pour l’instant mon coup de cœur de la saison, un anime reposant et un peu étrange comme je les aime. Les épisodes sont trop courts, j’en voudrais plus !
Kakegurui est complètement barré, avec un générique sublime. La tournure des événements m’a un peu décontenancé, je ne m’y attendais pas ; j’espère toutefois que la série va repartir sur des rails plus positifs, car là, l’héroïne passe pour une grosse masochiste.
J’avoue ne toujours pas avoir regardé la série d’origine pour Mahoujin Guru Guru, donc je découvre avec cette nouvelle version. C’est (très) lourd, mais ça passe. Celle d’origine était déjà comme ça ?
Je regarde Fate/Apocrypha mais c’est clairement la moins bonne série Fate à ce jour. La première avait comme gros défaut d’avoir des Masters en carton dont la plupart n’en avaient pas grand chose à faire du Graal, là où Fate/Zero était plus sérieux avec de meilleurs Servants et donc plus réussi. Fate/Apocrypha c’est le bordel, avec des Servants qui révèlent leur identité secrète au premier type qui passe, des personnages qui changent de sexe pour avoir le quota féminin – ça passait avec Saber car le scénario arrivait à le justifier et car il s’agissait alors d’un cas unique – et un camp dont les Masters sont allés faire les poubelles pour trouver leurs Servants (hormis Lancer et Saber).

Gen\'
Invité

Je connaissais pas Mahoujin Guru Guru mais le principe de la série me rappelle l’épisode génial Ame Quest III de Hare + Guu (qui était peut-être déjà une référence à Mahoujin Guru Guru ?). Et je pensais à tort que c’était des épisodes courts, du coup ça pique ma curiosité, j’ai un faible pour l’humour lourdingue :3

J’ai par contre beaucoup de mal avec Kakegurui. On voit bien que la réa est aux petits oignons et l’op de Sayo Yamamoto est cool mais j’ai beaucoup de mal avec les tendances SM de la série, ça me donne juste l’impression gênante d’entrer dans les kinks de quelqu’un d’autre et ça me laisse de marbre. Je trouve personnellement les jeux de domination dangereux, ou au mieux désagréables, et ça ressemble pas mal à un harem de dominatrix. C’est une mode ces derniers temps avec Bakemonogatari ou Prison School j’ai l’impression.

Akubahn
Invité

Moi aussi je suis fan de Kakegurui. La réalisation est magnifique (si on oublie les certains jeux de cartes en 3D). De plus les personnages totalement psychédéliques sont exquis à suivre dans leurs délires narcissiques. Cependant je suis surpris de voir que cette adaptation transpire le désir sexuel à chaque plan. L’oeuvre d’origine n’est pas vraiment dans ce registre là (du moins pour les 2 premiers tomes). De mon point de vue, ça dénature complètement l’ambiance recherchée, mais peut être que les autres tomes sont plus délurés.

Ah Fate/Apocrypha… Je kiffe !
J’adore car moi, pour le coup, je déteste Fate/stay night. Je vomis cette oeuvre du plus profond de mon être (peut être pas autant que One piece quand même). Et comme ce spin off est totalement différent, je m’y suis essayé et je ne regrette pas. Enfin on a des personnages originaux qui nous épargnent des situations pompeuses et vide de sens. De plus on a droit à une intrigue sans principe manichéen ; adieu Saber avec tes principes de fille ultra cruche !

Quand je lis :  » l’abus de 3D tue la 3D » pour Katsugeki Touken Ranbu ; j’aimerai tellement que tout le monde soit comme toi Exelen. Quitte à faire de la 3D autant faire TOUT en 3D, mais là ça ne ressemble à rien… Et bordel que c’est nul. Cette oeuvre originale est un molar craché à la gueule du public féminin. Ces dernières années, je remarque qu’Ufotable est entrain de sombrer dans mon estime.

Pour Isekai Shokudou, j’aime l’ambiance, mais j’ai vraiment peur du syndrome petites histoires… Je ne vois pas vers quoi va s’orienter l’intrigue principale et cela me dérange beaucoup. Du coup j’ai arrêté de le suivre à partir du troisième épisode.

Encore merci pour ce papier Exelen et il me tarde de savoir ce que tu as pensé de l’adaptation de « Made in Abyss » en animé (le meilleur de cet été selon moi).

Inuki
Invité

Exactement le même avis pour Kakegurui. Vrai que le héros est plus qu’inutile. Je pensais qu’il servirait au moins à canaliser l’addiction de Yumeko mais non.
Par contre c’est plus l’ending qui m’a marqué j’avoue :b. Mais l’opening est très stylisé il faut reconnaître.

Trop de Fate tue t’il Fate? En ce qui me concerne ça fait un bon moment que j’attendais de voir notre héroïne nationale animée donc je suis satisfait à ce niveau. Ensuite on a un peu de mal à s’y retrouver avec tous les persos introduits mais je présume que c’est normal. Sinon oui ça aurait cool qu’ufotable soit à la réalisation mais je présume que c’était impossible vu qu’ils sont encore sur Heaven’s Feel.

Pour Katsugeki Touken Ranbu, ufotable prouve encore sa virtuositéau niveau de la réalisation. A part ça j’accroche pas vraiment. Les persos sont fades, l’histoire abracadabrantesque et les musiques inexistantes.

Isekai Shokudou est assurément la bonne surprise de cette saison estivale. Ca me rappelle Bartender avec l’absence de fil conducteur mais on se régale quand même ^^. Les divers clients sont tous attachants et leurs histoires intéressantes à découvrir. Juste un peu plus de Dragon Queen serait sympa ^^.

En résumé une saison assez moyenne quand même. J’ai seulement 10 séries au compteur dont 4 de la saison précédente.

Yomigues
Invité

La cure des animes de cet été ne m’a pas plu du tout…… seul le nouveau Fate m’a intéressé et je rejoins totalement ton avis, putain je n’accroche pas: trop de personnages sont présents ! Ca sent le bâclage côté développement, mais comme je ne regarde rien d’autre et que je suis curieux…. je vais les continuer. En effet, A-1 picture fait du bon taf d’une façon général, le changement de studio ne m’a pas choqué. Par contre qu’est-ce qui te fait moins aimer les autres licences de Fate ? Car y a en effet des spin-off pourris, par contre je trouve que les adaptations des routes sont réussis, surtout Unlimited Blade Works. ++

wpDiscuz