Après avoir parlé du tout premier Tokimeki Memorial, voici maintenant une petite présentation de Tokimeki Memorial 2. Et oui, comme je suis une grande fan de cette série de dating sim, je vais parler dans ce blog des différents titres de la saga.

Sorti en 1999 sur PlayStation, ce deuxième volet possède une ambiance qui tranche assez avec le tout premier Tokimeki Memorial : ici tout est absolument déjanté, les couleurs sont très vives, le chara-design nettement plus moderne, et il y a encore plus de mini-jeux et d’événements.

Le jeu est d’ailleurs absolument énorme (cinq CD contre un seul pour le premier !), et se déroule cette fois-ci dans une autre ville, au lycée Hibikino. Le but est toujours de recevoir une confession, mais cette fois-ci non pas sous un arbre mais sous le clocher de l’école, toujours le jour de la remise des diplômes…

image23

Comme dans chaque Tokimeki Memorial, le joueur incarne un jeune étudiant. Ici, le personnage principal est de retour dans sa ville natale, et vient tout juste de rentrer au lycée Hibikino. L’introduction du jeu (jouable, et qui constitue le tout premier CD) se déroule dans le passé et nous narre comment votre personnage passait ses journées à jouer avec son amie d’enfance, Hikari Hinomoto. Inséparables, les deux enfants devront malheureusement se séparer car votre personnage devra déménager dans une ville lointaine.

Des années plus tard, vous voilà de retour dans votre ville natale, et le jour de la rentrée scolaire une jeune fille vous percute par maladresse : il s’agit bien évidemment de votre amie d’enfance, Hikari, qui vous reconnaît tout de suite. Le but du jeu sera, durant les trois années que vous passerez au lycée, de conquérir le cœur de Hikari. Mais il se peut que parmi les filles du lycée que vous fréquenterez, une autre fille vous plaise plus que votre amie d’enfance… C’est au total 13 personnages féminins, qui offrent autant de fins différentes, que l’on peut conquérir. Y compris sa prof principale, ainsi que trois personnages cachés : la sœur jumelle de l’un des personnages, une fille travaillant comme livreuse, et une artiste d’un cirque ambulant.

image28

Pour le reste, il n’y a quasiment pas de différences avec l’ancien Tokimeki Memorial, le système de jeu est exactement le même : il y a toujours les statistiques à augmenter et les éternelles phases de dialogue avec les bonnes réponses à choisir. La difficulté du jeu a même été revue à la baisse, les « bombes » se faisant nettement plus rares, et il est très facile d’obtenir la fin avec Hikari dès la première partie vu qu’elle a déjà des sentiments envers le joueur. De plus, on peut toujours compter sur ses amis (virtuels) pour connaître le numéro de téléphone des différentes filles.

L’une des nouveautés est le EVS (Emotional Voice System), qui donne la possibilité à quelques personnages de prononcer le nom du joueur ! Malheureusement, cela prend tout de même 13 blocs sur une carte mémoire… L’autre nouveauté intéressante est le premier CD qui constitue donc le prologue et qui a malgré tout son importance, car vous pourrez y découvrir l’enfance de la plupart des personnages féminins.

image32

C’est en tout cas un jeu très vivant et avec énormément d’humour (et de drame, aussi), mon personnage préféré étant d’ailleurs Kaori, la déprimée de service au lourd secret qui ne vient presque jamais au lycée. Des trois principaux volets de Tokimeki Memorial c’est mon préféré, même si j’ai tout de même passé beaucoup plus d’heures sur le premier.

Ce jeu met en tout cas vraiment de bonne humeur, de par sa fraîcheur, son côté très coloré et ses personnages énergiques. Dommage que Konami ne fasse plus de dating sims de ce genre… Et pour finir voici le générique de début, assez kitsch mais très entraînant et bien dans le ton du jeu.

Write A Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.