On peut dire que cet IA/VT Colorful s’est fait longtemps attendre : annoncé début janvier 2014, sa sortie était initialement prévue pour le 31 juillet de la même année. Après plusieurs reports, c’est finalement un an plus tard presque jour pour jour, le 30 juillet 2015, que IA/VT Colorful débarque enfin au Japon sur Vita.

En ce qui concerne IA, je ne suis moi-même pas très familière avec les chansons de cette Vocaloid : sortie en janvier 2012, IA a été développée par 1st Place et créée en se basant sur des échantillons de voix de Lia. Oui, la fameuse chanteuse à qui on doit entre autres les génériques de Air, Clannad ~After StoryAngel Beats et, plus récemment, Charlotte. A noter qu’elle est également censée être la Vocaloid avec la voix la plus réaliste, mais je ne suis pas fan du son un peu trop nasal que l’on peut entendre lorsqu’elle tire sur les aigus.

Pour en revenir à IA/VT Colorful (VT signifant ici Visual Tracks), il s’agit donc du nouveau jeu de rythme mettant en scène une Vocaloid, après la série des Project Diva/Project Mirai et le moins connu Megpoid The Music sur PSP. Développé par Marvelous AQL, il a notamment été produit par Ken’ichiro Takaki, la tête pensante derrière la franchise Senran Kagura.

Mais cet IA/VT a visiblement connu bien des remous durant son développement, et s’il n’est sorti qu’une année plus tard c’est parce qu’il a eu droit à une refonte complète du système de jeu, la version finale étant assez différente de celle que l’on pouvait voir dans les premiers trailers et autres captures d’écran de 2014. Certains éléments du gameplay original pourtant mis en avant ont même été complètement abandonnés, notamment la possibilité d’utiliser le stick analogique pour faire bouger le curseur et « attraper » les notes avec.

Où se situe donc IA/VT par rapport aux jeux de rythme des autres Vocaloids ? Si en terme de gameplay on s’éloigne de celui des Project Diva, il est en revanche assez similaire à celui de Hatsune Miku – Project Mirai 2 sur Nintendo 3DS, mais en plus dynamique : tout comme ce dernier, les notes de IA/VT défilent sur une ligne qui bouge suivant le rythme de la musique.

La différence avec Project Mirai 2, où le joueur doit appuyer sur les boutons au fur et à mesure qu’ils apparaissent sur la ligne, est que dans IA/VT il faut appuyer sur le bouton affiché à l’écran une fois qu’il touche le curseur situé sur l’un des bords d’un plus gros cercle. Certains boutons colorés permettent également de faire monter une jauge spéciale utilisée pour le mode « Colorful », et ils peuvent être considérés comme l’équivalent des notes étoilées de Project Diva ou encore des notes arc-en-ciel de Project Mirai 2. La différence étant qu’il suffit ici d’appuyer sur n’importe quel bouton pour les valider… mais avoir le bon timing pour obtenir un « cool » est toutefois important si on veut remplir à 100 % cette jauge. Le mode « Colorful » est par ailleurs assez similaire aux zones techniques des Project Diva, dans le sens où cela permet notamment au joueur de booster son score.

J’ajouterai également qu’il n’y a rien de tactile dans IA/VT, tout se joue aux boutons et à la croix directionnelle, ce qui rend donc le jeu compatible à 100 % avec la Vita TV.

Personnellement, je trouve ce jeu moins « technique » globalement par rapport aux Project Diva (et surtout, il fait moins mal aux mains !), mais c’est peut-être parce que la marge d’erreur est très généreuse. Il est tout à fait possible de se tromper de touche mais de vite se rattraper en appuyant sur le bon bouton, et ce sans briser le combo, alors que dans Project Diva le joueur est tout de suite pénalisé : cela rend les enchaînements de notes rapides bien plus simples à compléter.

La différence tout de même avec Project Diva est qu’il est impossible d’échouer dans IA/VT ; se tromper très souvent durant une chanson n’a véritablement aucune conséquence, à part donner à la fin un rang et un score très bas : la chanson ne s’arrêtera pas et continuera jusqu’au bout, ce qui est très appréciable pour ceux qui souhaitent s’entraîner un peu. Il n’y a également que trois niveaux de difficulté ici, contre quatre pour les derniers Project Diva : Facile, Normal et Difficile.

Un autre aspect de ce jeu qui peut être considéré comme de la difficulté artificielle est le problème des couleurs similaires utilisées pour les touches de la croix directionnelle et celle des boutons ; il est donc facile de se tromper lorsqu’il se passe un peu trop de choses à l’écran. Heureusement, il existe plusieurs rhythm skins (à débloquer) qui permettent de changer la couleur de ces boutons, la plus utile étant celle que l’on obtient en atteignant le niveau 31 : la skin « cute » (c’est son nom), qui donne aux touches de la croix directionnelle un fond blanc, ce qui permet de les différencier plus facilement et rend les enchaînements de notes nettement moins compliqués.

Le jeu débloque de nouvelles chansons au fur et à mesure que le « niveau » du joueur augmente, les points obtenus à la fin d’une chanson pouvant être considérés comme des points d’expérience servant à augmenter ce dernier. Bien entendu, obtenir un rang élevé à chaque chanson donne plus de points, et débloquer l’intégralité des chansons (sans compter les DLC) demande d’atteindre le niveau 30. Les niveaux servent aussi à déverrouiller des costumes et des skins, le maximum étant le niveau 99.

IA/VT est par ailleurs un jeu très riche comprenant pas moins de 60 chansons, ce qui est tout de même élevé pour un jeu de rythme : habituellement, cela tourne plutôt autour de la trentaine/quarantaine. En dehors du mode de base qu’est le Free Play, il y a également de quoi faire avec entre autres le Daily Play qui propose une chanson au hasard avec une mission à réussir pour obtenir des points bonus, un mode My List Play qui permet de jouer à la suite trois chansons de son choix, le mode Step Up Play qui est un enchaînement de chansons avec à chaque fois des missions à réussir… En revanche je n’ai pas trop touché au mode Online, qui permet de mettre son score en ligne et de voir celui des autres joueurs.

Les chansons de base du jeu sont essentiellement tirées des albums IA/01-BIRTH- et IA/02-COLOR-, et si certaines reprennent des clips existants, il y en a toutefois des inédits en 3D mettant en scène IA. Et c’est un peu au niveau de ces clips que IA/VT fait pale figure à côté des Project Diva.

Les clips sont très différents de ce dernier dans le sens où ils sont nettement moins marquants : si on ignore tous ceux qui existaient avant la sortie de ce jeu et donc tirés directement de Nico Nico Douga et Youtube, j’ai été assez déçue par les nouveaux clips crées spécialement pour IA/VT. Ceux qui utilisent le modèle en 3D d’IA ne sont ni très jolis ni très inventifs, et c’est même souvent bien trop vide et un peu mou. Après avoir été gâtés par Project Diva on ne peut être que déçu, mais d’un autre côté cela a un avantage : au moins, le joueur n’est pas trop déconcentré par le clip. Il est d’ailleurs également possible de diminuer la luminosité de ce dernier afin de mieux voir les notes, ce qui est très appréciable.

Si les clips peuvent décevoir, en revanche j’ai trouvé l’interface utilisateur vraiment réussie : c’est clair, simple et dynamique, que ce soit au niveau des menus ou encore lors du mode Colorful, qui explose littéralement de couleurs.

L’autre point qui m’a un peu déçue, mais qui finalement ne dérange pas tant que ça, concerne les costumes : beaucoup d’entre eux sont en fait les mêmes, mais avec une couleur différente. Si certains sont plutôt réussis, d’autres ne sont en revanche vraiment pas terribles et rappellent les pires vêtements de Megpoid The Music. Ils ne sont pas très nombreux (une vingtaine sans compter les variantes et les DLC), mais le nombre de chansons permettant de les utiliser étant limité, ils sont finalement peu utiles. D’autant plus que IA ne bouge pas énormément durant les clips, ce qui ne met pas trop en valeur ces costumes.

Pour en revenir aux chansons en elles-mêmes, je les trouve bien trop « calmes » pour un jeu de rythme ; c’est peut-être parce que c’est ce style de musique colle le mieux à IA, mais ça manque quand même un peu de pêche pour un jeu de ce genre. J’ai toutefois beaucoup aimé Shooting Star, issue du premier DLC, et qui aurait vraiment mérité d’être dans le jeu principal. Il y a aussi Re;Birth que j’aime bien, Chiri Chiri Juusou qui me reste bizarrement souvent en tête même si le clip (que ce soit l’original ou celui du jeu) rend un peu épileptique, Inner Arts qui sert de générique d’ouverture, Kimi no koto ga suki de gomen nasai parce que l’histoire que le clip raconte est à la fois amusante et mignonne, et j’ai également un petit faible pour Yuugure no Shinsou.

Un petit mot sur les DLC, pour finir : je trouve qu’ils arrivent bien trop vite. Le jeu est sorti il y a seulement trois semaines et nous en sommes déjà au troisième pack de DLC, chacun d’entre eux comprenant quatre chansons et des costumes pour 1 200 yens (ou 300 yens par chanson, si on veut acheter ces dernières séparément).

Shooting Star <3

Je pense qu’ils auraient dû attendre un peu car c’est bien trop proche de la sortie du jeu, et même les sorties entre chaque pack de DLC ne sont vraiment pas assez espacées… De mon côté je n’ai pris que le premier pack (qui contient aussi un thème pour la Vita), mais je l’ai un peu regretté car sur les quatre chansons disponibles il n’y a que Shooting Star que j’ai beaucoup aimé. Du coup je n’ai rien pris du second pack et j’ai seulement acheté Perverse Love Rock! du troisième pack (une chanson très chouette, au passage), mais je ne pense pas en prendre d’autres car cela risque de revenir cher.

Au final, IA/VT Colorful est un titre qui souffre peut-être de la comparaison avec les Project Diva, mais il n’a pourtant rien à lui envier. Malgré son développement chaotique qui lui aura coûté son système de jeu original, le résultat final est plus que satisfaisant, surtout au vu de la concurrence sur la même console : même s’il ne marquera pas autant les mémoires que les jeux mettant en scène Hatsune Miku, IA/VT Colorful est un jeu de rythme tout à fait honnête et très rafraîchissant.

IA/VT Colorful - Fanart

(source)

Note : le jeu empêchant de prendre des captures d’écran (la fonctionnalité est bloquée), tous les screenshots de cet article ont été pris par mes soins via un boîtier de capture externe.

3
Poster un Commentaire

avatar

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S'abonner  
Les plus récents Les plus anciens
Me notifier des
Wilfried
Wilfried

J’ai exactement le même ressenti sur le jeu, les musiques (trop calmes même si Doukei du dernier DLC est géniale), les modules dispensables (je ne prend même pas la peine de les changer, on a pas cette identité qui se dégage dans chacun d’eux) et les DLC qui arrivent en nombre beaucoup trop vite donnant une impression de jeu tronqué alors que le nombre de musique est déjà conséquent (normal quand on reprend la plupart des PV).

Même si cela n’explique pas l’absence de « See the lights » qui était dans la vidéo de présentation du jeu. Je l’aurais mauvaise s’il la sorte en DLC (pour l’instant j’en ai pris deux dont « Shooting star » que j’apprécie beaucoup aussi :D).

Je trouve que c’est une manière agréable de découvrir IA :) Le jeu reste cool bien que trop facile.

Après je préfère Project Diva pour ses musiques avec des PV plus travaillés, plus rapides avec plus de Vocaloid différents (IA j’aime bien mais pas 60 musiques d’affilées) et son gameplay terriblement addicitif. J’ai le réflexe de faire O et flèche droite quand je vois deux O à la suite ^^ ».

Bref bonne pioche en attendant Project Mirai DX sur 3DS et le futur Project Diva F sur Vita qui devrait être annoncé sous peu (le concours d’illustration étant ouvert à ce que j’ai compris).