Voici la suite de mes impressions tardives sur les nouveaux anime de ce printemps, avec une seconde partie qui devrait être normalement l’avant-dernière. Au passage, je suis finalement assez surprise (en bien) par certaines séries, qui de loin ne me faisaient pas plus envie que ça.

Et comme d’habitude, les avis qui suivent sont purement subjectifs~

 

Flying Witch

Flying Witch

Épisodes vus : 04/12

L’histoire en une phrase : le quotidien de Makoto Kowata, une jeune sorcière qui a quitté la ville de Yokohama pour vivre avec ses cousins dans la préfecture d’Aomori, et ce afin de parfaire sa formation.

Impressions : cet anime est adapté du manga du même nom, qui compte actuellement quatre volumes. Si l’histoire tourne autour d’une héroïne qui peut utiliser la magie, la particularité ici est que cette magie est intégrée de manière discrète et naturelle : elle n’est pas le point central exclusif de cet anime, qui se remarque surtout pour son atmosphère reposante. En fait, je trouve ce Flying Witch assez comparable à un autre anime mêlant « tranche de vie » et magie : Mahoutsukai ni Taisetsu na Koto (Someday’s Dreamers). Le tout avec un soupçon de Kiki la Petite Sorcière, notamment parce que dans les deux cas nous avons une héroïne qui doit quitter son foyer à partir d’un certain âge pour compléter son apprentissage de sorcière… tout en étant accompagnée d’un chat noir.

J’imagine que ceux qui s’attendaient à un véritable scénario doivent être déçus car ce n’est pas du tout ce que propose cette série, du moins ce n’est pas le cas avec ces quatre premiers épisodes (mais je doute que cela change). De mon côté je pensais m’endormir devant étant donné que j’ai du mal avec les anime de ce genre qui versent dans le iyashi-kei, mais finalement j’ai beaucoup aimé, et par certains côtés cela m’aura rappelé Natsume Yuujinchou. Je suis quand même surprise par l’âge de l’héroïne, elle est censée avoir 15 ans mais elle en fait au moins cinq de plus, et je trouve les personnages qui gravitent autour d’elle plus ou moins intéressants : Chinatsu est vraiment attachante, mais on ne peut pas en dire autant de certains autres personnages (surtout son frère, transparent au possible).

Flying Witch est au final un anime très calme qui devrait plaire aux amateurs de ce genre de série, et que de mon côté je vais suivre en entier. Ceux qui s’attendent en revanche à un titre avec une véritable intrigue ou à une pure comédie peuvent passer leur chemin.

Verdict : Smiley_like2

 

Bungō Stray Dogs

Bungou Stray Dogs

Épisodes vus : 03/12

L’histoire en une phrase : les aventures des membres d’une agence de détectives très spéciale où chacun possède un pouvoir surnaturel.

Impressions : en voilà une série vraiment agréable à l’œil et bien réalisée (merci le studio Bones), mais je crois bien que c’est la seule chose que j’en retiendrai. :D Cette adaptation d’un manga en neuf volumes toujours en cours de publication au Japon a la particularité de mettre en scène des personnages aux noms faisant référence à des écrivains célèbres (l’auteur ayant lui-même comme pseudo Kefka Asagiri…) et dont les pouvoirs sont liés à leurs œuvres, avec par exemple Osamu Dazai et sa capacité « la déchéance d’un homme », qui peut annuler tout autre pouvoir.

Concernant la série en elle-même, elle introduit très rapidement Atsushi Nakajima, un orphelin qui rejoindra une agence de détectives assez spéciale et à travers des yeux duquel le téléspectateur découvrira petit à petit l’univers de la série ainsi que ses personnages. Et ça aurait pu être sympa à suivre, mais… je n’ai pas du tout accroché. Là où j’ai eu le plus de mal, c’est au niveau de l’ambiance : au vu des premiers visuels je m’attendais en fait à un titre vraiment sérieux, alors qu’en fait pas du tout, il y a beaucoup d’humour. Et cet humour me gêne assez car les blagues sont non seulement lourdingues, mais en plus elles sont beaucoup trop présentes (et répétitives, comme Dazai et son obsession pour le suicide). Alors quand certains passages censés être beaucoup plus dramatiques et violents sont arrivés, je n’ai pas pu m’empêcher de rigoler. Et ça, ce n’est pas très bon signe.

Ces trois premiers épisodes ne m’ont donc pas énormément intéressée, que ce soit au niveau des personnages ou encore de l’intrigue : c’est dans le fond très très très classique et déjà vu et revu. Seule la superbe réalisation sauve cette série, mais pas vraiment le reste à mon avis (et encore moins l’humour). En bref, ça se laisse regarder, mais de mon côté je n’ai pas du tout accroché.

Verdict :  Smiley_meh

 

Macross Δ

Macros Delta

Épisodes vus : 05/??

L’histoire en une phrase : huit ans après les événements de Macross Frontier, la galaxie est menacée par un mal mystérieux appelé « Var Syndrome », qui peut être seulement guéri par le pouvoir du chant.

Impressions : ce Macross Delta se déroule donc chronologiquement huit années après Macross Frontier. Et l’anime Macross Frontier a été diffusé au Japon en 2008, soit également huit ans auparavant : c’est un petit détail assez inutile, mais cela m’a fait sourire. Concernant l’anime en lui-même, je m’attendais à largement pire au vu des retours sur les réseaux sociaux, mais finalement la série est plutôt divertissante et reste dans la continuité de ce que proposait Macross Frontier, tout en suivant une évolution finalement logique déjà amorcée via Macross 7 (ainsi que les nombreux spin-offs de la franchise). Donc pas de grosse surprise à ce niveau-là, si ce n’est que l’aspect très « magical girl » des idols m’a au départ assez rebutée et fait un peu peur (« I think Kawamori is gone full George Lucas, instead that his Jar Jar Binks are friggin magical girls », comme l’a écrit un internaute sur les forums de MyAnimeList).

La série se concentre notamment sur Freyja Wion, une jeune fille qui souhaite rejoindre le groupe d’idols des Walküre, dont le chant peut neutraliser les effets du Var Syndrome. Ces dernières sont épaulées par l’escadron Delta, qui regroupe des pilotes de Valkyries, et que notre héros, Hayate, rejoindra. Je reste par ailleurs un peu intriguée par Hayate, qui me donne surtout l’impression pour le moment d’être juste « là » tellement je le trouve inintéressant comme protagoniste. Et je suis également déçue au niveau des chansons pour le moment, aucune ne m’ayant vraiment marquée lors de ces cinq premiers épisodes.

Quant au reste, et bien comme dit plus haut je trouve la série vraiment divertissante et c’est tout ce qui compte, surtout quand on ne la prend pas au premier degré : entre les passages bizarres comme l’idol Mikumo qui admire les étoiles à poil en se posant des questions hautement existentielles, Hayate qui fait du breakdance avec son mecha ou encore les antagonistes très clichés, je m’amuse assez devant chaque épisode. Certains points m’intriguent également (la brève longévité des habitants de la planète Windemere, l’identité de la mystérieuse personne qui a fait découvrir la musique à Freyja, les mystères qui entourent Mikumo…), et au final je me demande vers quoi tout cela va évoluer.

Pour le moment je continue donc de suivre la série, que je ne trouve pas déplaisante, même si objectivement ce n’est pas terrible non plus. Et puis les références aux anciennes séries sont sympas, même si ironiquement cela m’a fait penser à Kabaneri of the Iron Fortress à cause du style de Haruhiko Mikimoto. :’) A noter pour finir que Harmony Gold bloque toujours les droits d’exploitation de la série en Occident : ce Macross Delta n’est donc pas licencié en dehors du Japon (ce qui expliquerait peut-être pourquoi les futurs Blu-ray et DVD japonais vont sortir avec des sous-titres en anglais…).

Verdict : Smiley_lulz

 

CoCO & NiCO

CocoNico

Épisodes vus : 05/39

L’histoire en une phrase : le quotidien de deux chatons, CoCO et NiCO, qui font de leur mieux pour devenir de véritables princesses.

Impressions : un anime mignon avec des chats, rien de plus, rien de moins. Les épisodes ne durent qu’une minute et mettent à chaque fois en avant les bêtises causées par les très maladroites CoCO et NiCO. Et à l’instar d’un Tom et Jerry, les humains sont présents dans cette série mais on ne voit que leurs jambes.

Si j’ai voulu regarder cet anime, c’est en fait pour une raison toute simple : le character designer original des deux chatons n’est autre que Akemi Takada ! Ce dont j’étais déjà à peu près sûre car le design de CoCO et NiCO me rappelait énormément celui de Posi et Nega, les deux chatons extraterrestres de Creamy Mami. Au final, cet anime certes mignon comme tout n’en reste pas moins largement dispensable, et quitte à suivre une série sur le thème des chats je trouve Chi’s Sweet Home nettement plus intéressant. Comme les épisodes sont toutefois très courts, peut-être que je regarderai tout.

Verdict :  Smiley_cute

 

Big Order

Big Order

Épisodes vus : 03/10

L’histoire en une phrase : un cataclysme a ravagé la planète dix années auparavant, suite à la réalisation du vœu de notre héros qui avait souhaité la fin du monde ; depuis ces événements, des êtres dotés d’un pouvoir spécial, les Orders, ont fait leur apparition.

Impressions : ah, Big Order. On doit ce magnifique chef-d’œuvre à l’auteur de Mirai Nikki, et le manga est actuellement publié en France chez Casterman. Oui, un « chef-d’œuvre » car cet anime a dépassé toutes mes espérances au niveau de sa nanardise. Mayoiga peut aller se rhabiller, le véritable anime de cette saison qui se veut être très sérieux mais qui fait plus rigoler qu’autre chose, c’est en fait celui-ci !

Dans le monde de Big Order, les vœux peuvent se transformer en pouvoir. Les Orders sont donc des êtres dotés de ce pouvoir, et un groupe d’Orders souhaite que Eiji soit leur leader parce que ce dernier est responsable de la catastrophe qui a ravagé la planète il y a dix ans. Evidemment, Eiji possède également un super-pouvoir spécial, c’est-à-dire la possibilité de contrôler quiconque se trouve sur son « territoire ». Il doit de plus se coltiner Rin, la yandere de service qui a pour but de le tuer, mais qui est désormais sous son emprise grâce à ce fameux pouvoir. Les trois premiers épisodes m’ont fait me demander ce que j’étais en train de regarder parce que c’est tellement du n’importe quoi que ça en devient très drôle : il y a quand même un passage avec une fille qui tombe enceinte instantanément quand le héros touche son ruban, et qui tout à coup est sur le point d’accoucher. WTF. Le coup du missile nucléaire lancé sur le Japon par les Nations Unies juste pour arrêter un adolescent est pas mal aussi dans son genre, surtout vu tout ce que cela implique. Bref, c’est tellement du n’importe quoi bourré d’incohérences que je suis sûre que la petite sœur malade du héros sera en fait le grand méchant de la série. :’)

J’étais au départ tentée de suivre la série rien que pour le lulz, mais je me suis dit que finalement ça ne vaut pas la peine que je perde mon temps à la regarder, même si seulement dix épisodes sont prévus. Parce que là, on touche quand même le fond (et je ne sais pas ce que fume l’auteur du manga, mais ça doit être de la bonne).

Verdict :  Smiley_lulz

 

Seisen Cerberus : Ryuukoku no Fatalité

Seisen Cerberus

Épisodes vus : 01/??

L’histoire en une phrase : un terrible dragon sème la destruction sur son passage et notre héros souhaite le vaincre pour de bon afin de venger la mort de ses parents.

Impressions : il s’agit d’un projet cross média, mais un peu à retardement : il y a donc eu le jeu sur mobile en 2011, le manga en 2013 et enfin l’anime cette année. Un anime par ailleurs plutôt mauvais, malgré la présence originale d’un héros assez imbu de lui-même, le tout se déroulant dans un monde de type fantasy très générique avec une histoire qui s’annonce bourrée de clichés et des personnages peu intéressants. Et cette série étant visiblement réalisée avec (très) peu de moyens, on ne peut donc pas dire qu’il y ait grand-chose qui joue en sa faveur.

En bref : je n’ai absolument pas eu envie de voir la suite, et j’ai même eu du mal à terminer le premier épisode. A oublier et à ranger aux côtés de l’autre ratage de la saison, Endride.

Verdict :  Smiley_hate

 

Joker Game

Joker Game

Épisodes vus : 05/12

L’histoire en une phrase : les mésaventures de plusieurs espions japonais aux quatre coins du monde, dans un passé fictif se situant quelques années avant la Seconde Guerre mondiale.

Impressions : cette série, c’est un peu le Senkou no Night Raid de 2016, ne serait-ce que pour son thème similaire (une agence secrète qui emploie des individus peu ordinaires, le tout se déroulant une dizaine d’années avant la Seconde Guerre mondiale). Mais les similitudes s’arrêtent là, Senkou no Night Raid versant plus dans le fantastique, tandis que Joker Game se veut plus réaliste.

Joker Game possède également une certaine particularité qui ne plaira pas à tout le monde : il n’y a pas de scénario à proprement parler. La série est en fait découpée en épisodes qui mettent à chaque fois en avant un espion dans un pays différent (Japon, France, Angleterre, Chine…), ce qui forcément aura déçu ceux qui s’attendaient à une véritable intrigue. Les épisodes en eux-mêmes sont assez inégaux, et l’anime se veut sérieux : il n’y a donc pas une once d’humour. De mon côté, mon avis est un peu mitigé après ces cinq premiers épisodes… Il s’agit d’une série certes visuellement très soignée et dotée en prime d’une bande-son signée Kenji Kawai, mais cela n’en reste pas moins plutôt classique et sans prise de risque. C’est surtout au niveau des histoires individuelles que j’ai été un peu gênée, parce que ces dernières ne sont pas forcément de qualité et possèdent parfois un côté un peu trop « forcé » (une amnésie temporaire, c’est tellement pratique !) ; il est même également dommage que la plupart des épisodes semblent tourner autour d’une même idée, c’est-à-dire l’existence d’un traître dans l’entourage de chaque espion. D’ailleurs, en parlant d’espions, j’ai vraiment du mal à les différencier tellement ils se ressemblent tous, mais ça me rassure de voir que je ne suis pas la seule.

Au final il s’agit d’une série que normalement j’aurais dû adorer car c’est tout à fait mon genre, mais je suis pour le moment un peu déçue. Peut-être parce que j’en attendais trop ? Ce n’est pas non plus mauvais pour autant et c’est largement plus intéressant qu’une bonne partie des séries de ce printemps, donc pour le moment je compte la suivre en entier. En espérant que les épisodes de la seconde moitié de la série soient mieux ficelés.

Verdict :  Smiley_disappointed

 

12-sai. ~ Chicchana Mune no Tokimeki

12sai

Épisodes vus : 01/??

L’histoire en une phrase : une série sur la puberté et le passage de l’enfance à l’adolescence.

Impressions : c’est de l’arnaque : cet anime est en fait un remontage des OAV déjà sorties en 2014 et 2015 avec simplement des scènes inédites en plus ! Petit coup de gueule à part, 12-sai est une série mignonne comme tout adaptée du manga du même nom et dont le tout premier tome est sorti en France chez Glénat le mois dernier. Je n’ai pas lu ce dernier mais j’ai eu l’occasion de jouer au tout premier jeu sur Nintendo 3DS, une dating sim pure et dure qui adapte également l’histoire des principaux personnages féminins en y apportant quelques changements.

Pour en revenir à l’anime, on suit ici les mésaventures de Hanabi et ses amies, leurs soucis et leurs premiers émois amoureux : outre le thème original, il vaut mieux également faire partie du public visé, cela passe mieux. De mon côté je ne continuerai pas la série étant donné qu’il s’agit donc de la même chose que les OAV.

Verdict : Smiley_cute

 

Tanaka-kun wa itsumo kedaruge

Tanaka-kun wa itsumo kedaruge

Épisodes vus : 05/12

L’histoire en une phrase : le quotidien d’un lycéen qui a deux de tension.

Impressions : une très bonne surprise. Je n’avais pourtant pas du tout aimé le premier épisode, que j’avais trouvé extrêmement chiant (n’ayons pas peur des mots) : je m’étais dit qu’un anime « tranche de vie » avec un personnage aussi léthargique qui passe son temps à dormir, le tout s’étalant sur des épisodes d’une vingtaine de minutes, n’allait pas être très passionnant… et le premier épisode m’avait confortée dans cette idée-là. J’ai tout de même voulu persévérer, et la série est heureusement devenue nettement plus intéressante dès le second épisode. Puis le troisième est arrivé, et là j’ai été conquise : cinq épisodes plus tard, cet anime est même devenu l’un de mes préférés de cette saison.

La raison pour laquelle j’aime beaucoup cette série je ne la dois donc pas à son personnage principal, qui me laisse assez indifférente (quoique, ça fait plaisir de voir enfin un héros qui a la flemme de manger du poisson parce qu’il faut enlever les arêtes), mais plutôt à ses personnages secondaires, qui sont à mon avis mille fois plus intéressants (la petite Miyano est adorable <3). C’est d’autant plus grâce à ces personnages que l’humour de la série ne tourne pas uniquement autour du manque d’énergie de Tanaka-kun, ce que fait malheureusement le tout premier épisode, même si cet aspect-là est toujours présent pour créer des situations cocasses. Bizarrement, l’humour de la série me rappelle également celui de Working!!, mais c’est peut-être parce que Miyano me rappelle un peu Popura.

Pour résumer, cet anime que j’ai failli abandonner à cause de son premier épisode est finalement devenu l’un de mes titres favoris de cette saison, et j’en suis la première surprise : je le suivrai en entier avec plaisir.

Verdict :  Smiley_like3

 

Sousei no Onmyouji – Twin Star Exorcists

Twin Star Exorcist

Épisodes vus : 02/50

L’histoire en une phrase : Rokuro, un collégien qui ne souhaitait pas vraiment devenir exorciste, se retrouve contraint de se battre aux côtés d’une autre exorciste, Benio, afin de lutter contre des esprits semant la terreur.

Impressions : et je termine ces impressions avec une autre série qui m’aura assez surprise (en bien), même si personnellement je n’ai pas tellement accroché. En fait, au vu des images promotionnelles, je ne sais pas pourquoi mais j’étais persuadée que ce Twin Star Exorcists allait être un énième anime harem bourré de fan service ecchi, donc quelle ne fut pas ma surprise de voir qu’il s’agissait en fait d’un pur shōnen (adapté du manga du même nom publié actuellement chez Kazé, et dont j’ignorais totalement l’existence).

Les deux premiers épisodes servent en fait essentiellement d’introduction, mais ils ne m’ont pas donné envie de regarder plus loin : cela s’annonce très très très classique et les personnages ne m’ont pas vraiment intéressée. Ce n’est pourtant absolument pas mauvais, et la représentation de Magano, l’univers parallèle d’où s’échappent les monstres, est plutôt jolie et très stylée, d’autant plus que la série est dans l’ensemble pas trop mal réalisée.

Il s’agit d’un anime qui devrait donc plaire aux fans du genre qui n’ont pas peur de se retrouver en territoire connu, mais malheureusement je pense que ce pur shōnen risque de passer un peu inaperçu étant donné qu’il y a tout de même Boku no Hero Academia en face. De mon côté, je ne le suivrai donc pas, n’ayant pas été très convaincue par ces premiers épisodes.

Verdict :  Smiley_meh

 

La prochaine (et dernière ?) fournée d’impressions devrait arriver normalement la semaine prochaine, voire un petit peu plus tard~

Macross Delta - fanart

Freyja Wion par 佐喜ハジメ (Pixiv

7
Poster un Commentaire

avatar
3 Fils de commentaires / Comment threads
4 Réponses aux fils / Thread replies
0 Followers
 
Commentaire avec le plus de réponses
Fil avec le plus de réactions
4 Nombre de personnes à avoir réagi
CetaisInukiExelenDexter Moca Gâteau Mystère Berewecke Winachtsbredele Dernières personnes à avoir réagi

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S'abonner  
plus récents plus anciens
Me notifier des
Dexter Moca Gâteau Mystère Berewecke Winachtsbredele
Invité

Dit il y avait pas une série d’OAV comme 12 Sai en 2008 ? parce j’avais entendu parler d’un shojo très similaire à propos de jeune fille de 12 ans vivant leurs premier émois amoureux ainsi que leurs changement physique mais peut-être que je me trompe.

Cetais
Invité
Cetais

Pas en 2008, mais il y a une série d’OAV.
http://myanimelist.net/anime/23579/12-sai

Inuki
Invité

Le premier épisode de Macross m’a fait peur donc j’ai préféré arrêter. Je sais que la musique a toujours été un élément central des séries mais j’ai pas du tout été convaincu là. Peut-être une erreur de ma part sur le coup mais bon.

Pareil pour Joker Game. C’est totalement décousu et du coup on ne s’attache pas aux espions qui sontà peine présentés. Mais d’un autre côté ce sont des personnes qui « abandonnent » leurs identités donc c’est compréhensible.

Bungo assez lourdingue avec son humour et les deux protagonistes mais la réalisation fait que je continue. N’empêche j’aimerais bien revoir la sœur rapidement.

J’aurais pas mieux dit pour Big Order. L’auteur ne sait même pas casser la tête pour le design du duo principal. Sans compter le repompage du Geass de Lelouch. Ca se prend pas du tout (à moins que ce soit trop) au sérieux heureusement.

Flying Witch à voir plus tard donc.

Cetais
Invité
Cetais

Juste un petit détail à changer: Twin Star Exorcist est prévu pour 50 épisodes.

Et juste avec les deux premiers épisodes, il est évident que c’est rempli de contenu superflus comparé au manga. Surtout le personnage de Kinako, il sert à rien et il est plus énervant qu’autre chose.