Voici les habituelles impressions sur les nouveaux anime de cet été qui arrivent, pour ne pas changer, avec du retard ! Cette saison estivale est plutôt chargée, avec tout son lot de nouveautés et de suites, mais je sens qu’à l’instar des anime de ce printemps je ne vais pas suivre grand-chose au final, du moins jusqu’au bout…

Pour cette première fournée d’impressions, voici quelques avis sur des séries qui ont comme particularité d’être des adaptations de jeux vidéo ou encore de visual novels. Comme d’habitude, ces impressions sont 100 % subjectives~

 

Danganronpa 3 : The End of Kibougamine Gakuen ~ Zetsubou-hen / Mirai-hen

DanganRonpa 3

Étant donné que je ne savais pas trop comment aborder ces deux séries, j’ai donc décidé de les regrouper. Danganronpa 3 a donc la particularité de se décliner en deux séries pour cet été :  Danganronpa 3 : Désespoir et  Danganronpa 3 : Futur. La différence ? L’arc « Désespoir » se situe avant les événements du tout premier jeu, mais en suivant cette fois-ci les personnages de Danganronpa 2 : il devrait normalement relater les événements qui expliquent comment ils sont devenus ce qu’ils sont dans ce second jeu. L’arc « Futur » se déroule quant à lui après les événements de Danganronpa 2 et se focalise sur les survivants du premier jeu, notamment Makoto Naegi, ainsi que la Future Foundation (« Services du Futur » dans la VOSTF…).

C’est bien entendu rempli de spoilers et ces deux séries ne parleront absolument pas à ceux qui n’ont jamais joué aux jeux, surtout le second, ou qui n’ont regardé que la série de 2013, qui retraçait (mal) les événements du premier Danganronpa. D’autant plus que Danganronpa 2 n’a jamais eu d’adaptation en anime, ce qui ne simplifie pas les choses. C’est donc un bazar sans nom et je ne recommande donc vraiment pas ces deux nouveaux anime aux nouveaux venus… A noter que les événements du spin-off Danganponpa Another Episode : Ultra Despair Girls sorti uniquement sur Vita n’ont pour le moment pas l’air d’être nécessaires sont finalement eux aussi importants pour la compréhension de ces deux anime, et que le futur troisième jeu New Danganronpa V3 : Minna no Koroshiai Shingakki ne devrait normalement pas avoir de lien non plus avec ces anime, d’autant plus qu’il se déroule dans une autre école… même s’il devrait être à la fois une suite et un nouveau jeu. Oui, c’est compliqué.

Pour en revenir à ces deux nouvelles séries, leur différence se retrouve également dans leur ambiance et leur ton. L’arc Désespoir est, comme son nom ne l’indique pas, pour le moment plus léger et réintroduit rapidement les personnages principaux personnages de Danganronpa 2. Mais cela ne va certainement pas durer étant donné que tout indique que le scénario va se focaliser sur le Twilight Syndrome Murder Case, un événement dont il est question à un moment dans Danganronpa 2. J’espère donc que cela deviendra un peu plus intéressant car pour le moment je ne suis que moyennement intriguée par ce Zetsubou-hen, mais d’un autre côté je ne suis pas non plus très fan du second jeu et de ses personnages (j’ai largement préféré le premier). Quant à l’arc Futur, je le trouve nettement plus intéressant : on y retrouve une ambiance plus sombre et sérieuse, Monokuma est de retour, et là encore les personnages se retrouvent prisonniers d’un survival game avec également un traître à la clé… Même si pour le moment j’ai l’impression que le scénariste trolle un peu les téléspectateurs. Petit détail intéressant, pour terminer : le sang dans l’arc Désespoir est rose fluo tandis que dans l’arc Futur il est rouge.

En tout cas, je compte suivre ces deux séries en entier, et j’espère qu’au final elles ne seront pas trop décevantes. Quant à savoir si elles seront nécessaires pour comprendre le futur jeu New Danganronpa V3, seul l’avenir nous le dira.

VERDICT :  Zetsubou-hen :  Smiley_meh  /  Mirai-hen :  Smiley_like1

 

Rewrite

Rewrite

Il s’agit donc du Key de la saison, mais sans Jun Maeda derrière. Et pour être franche, je n’ai absolument rien compris à ce qui se passait dans cet anime ! \o/ Si les différents résumés parlent d’écologie, l’histoire tourne pour le moment autour de Kotarō Tennōji, un lycéen intéressé par le paranormal qui va rejoindre le club d’occultisme de son école. Il y a aussi une histoire avec un étrange fantôme qui aime bien s’immiscer la nuit dans sa chambre pour le mordre (?), et le tout semble baigner dans le surnaturel. En fait, c’est surtout très surréaliste, et je trouve qu’il est difficile de faire le tri entre ce qui est réel ou non.

Je n’ai jamais fait le visual novel non plus, même si ce dernier m’intriguait depuis pas mal de temps parce qu’il me semble que Ryukishi07 est derrière l’une des « routes » du jeu. Concernant les adaptations en anime des autres œuvres de Key, j’avais quand même beaucoup aimé Kanon et surtout Clannad (mais nettement moins Air). Et les autres ? Et bien je n’ai pas tenu plus de deux épisodes face à Little Busters !, et Planetarian j’en parle plus bas. Si je prends également en compte les autres projets liés au studio comme Angel Beats ! et Charlotte, j’avais trouvé le premier sympa sans plus et je n’ai jamais pu terminer le second, que je n’ai pas du tout aimé. Et Rewrite, dans tout ça ? Et bien ça va finir comme Little Busters !, avec un abandon dès les premiers épisodes. Pourtant il me semble que ce visual novel est assez réputé, mais je me suis vraiment ennuyée sur ces trois premiers épisodes qui m’ont donné l’impression de durer une éternité. J’ai trouvé également trouvé le tout premier épisode, d’une durée de 40 minutes, très pénible à suivre tellement ça ne m’a pas du tout intéressée. J’ai quand même persévéré, mais non, je n’accroche vraiment pas : rien ne m’intéresse, tant au niveau des personnages que de l’histoire.

De toute manière, adapter un visual novel de plusieurs heures en seulement 13 épisodes n’est jamais une bonne idée, même s’il semblerait ici que l’anime ait opté pour une « route » inédite qui n’existe pas dans le jeu. Je me lancerai donc peut-être un jour dans le visual novel, sauf que cet anime ne me donne même plus envie de l’essayer… Il y a vraiment beaucoup trop de points obscurs, et ça aurait peut-être été utile par exemple d’expliquer dès le départ que le héros possède un pouvoir (celui de « réécrire » les parties de son corps, comme se donner la possibilité de courir plus vite), car pour le moment tout est vraiment trèèèès vague. Ou peut-être est-ce beaucoup plus clair dans le visual novel ?

L’anime en lui-même n’est pas non plus spécialement impressionnant, visuellement parlant. Et là j’aurais tellement aimé que Kyoto Animation soit derrière plutôt que le studio 8bit (que l’on retrouvait derrière l’adaptation de Grisaia), peut-être qu’ils auraient fait quelque chose qui donne au moins envie d’être regardé, et qui ne donne pas l’impression de n’être qu’un bonus pour ceux qui connaissent déjà l’histoire. De mon côté cela ne m’a donc pas du tout donné envie et je cherche encore l’intérêt de la chose après ces premiers épisodes, qui personnellement m’ont plus endormie qu’autre chose. Les fans de l’œuvre originale devraient toutefois y trouver leur compte.

VERDICT :  Smiley_bored

 

Planetarian : Chiisana Hoshi no Yume

Planetarian

Après Rewrite, voici donc une adaptation en cinq épisodes d’un autre visual novel du studio Key, mais sous forme d’ONA (anime diffusé directement sur le net). J’ai regardé avec crainte les premiers épisodes, et à ma grande surprise… j’ai beaucoup aimé ! Cet anime, qui est une sorte de huis clos se déroulant dans un futur apocalyptique, est vraiment simple mais touchant.

Le studio d’animation David Production signe ici une adaptation tout à fait honnête, mais à vrai dire Planetarian est une œuvre largement plus facile à adapter que Rewrite étant donné qu’il s’agit à la base d’un kinetic novel (visual novel sans choix avec une seule fin) plutôt court. C’est par ailleurs en regardant le premier épisode que j’ai décidé de commencer en parallèle le visual novel en question qui traînait dans mon backlog, et j’ai trouvé intéressant de voir que ce dernier est bien plus clair sur certains points, notamment sur ce que pense le personnage principal Kuzuya/Junker, ce qui n’est pas forcément très explicité dans cette adaptation.

Cet anime suit donc à la lettre le visual novel et nous plonge au cœur d’une petite histoire se déroulant sur une Terre dévastée où l’humanité est sur le point de s’éteindre, le héros découvrant par hasard dans l’une des nombreuses villes autrefois mises en quarantaine un planétarium ; mais il découvre également au passage le robot qui s’en occupe, Yumemi Hoshino, cette dernière y résidant depuis plusieurs décennies. N’étant pas vraiment au courant de l’état actuel du monde et de la planète, l’histoire joue surtout sur le contraste entre les deux personnages principaux, avec d’un côté un Kuzuya cynique qui cherche à survivre dans ce monde mais n’a jamais vu les étoiles à cause de la pluie mortelle qui tombe en permanence, et de l’autre côté une fille robot innocente qui est heureuse d’avoir enfin son premier visiteur depuis 30 ans dans son planétarium. Et comme entre temps j’ai fini le visual novel vu qu’il est très court, j’ai donc hâte de voir comment le cinquième et dernier épisode adaptera cette fin. A noter que la durée des épisodes varie entre 13 et 20 minutes et que le tout sera suivi d’un film en septembre, Planetarian : Hoshi no Hito, qui devrait quant à lui se baser sur des histoires courtes, si je ne dis pas de bêtises.

Planetarian est en tout cas un titre intéressant que l’on pourra trouver soit touchant soit ennuyeux, et même si le personnage de Yumemi peut au départ rebuter (un robot d’apparence mignonne comme tout qui trébuche quand elle marche, ça peut en faire fuir plus d’un), elle est heureusement bien plus intéressante qu’elle n’en a l’air. Vivement le dernier épisode !

VERDICT : Smiley_like2

 

Scared Rider Xechs

Scared Rider Xechs

 

Cet anime est l’adaptation d’un otome game sorti sur PS2 en 2010, puis plus récemment en 2015 sur Vita sous le nom de Scared Rider Xechs Rev.. L’histoire se concentre sur un groupe spécial, les Scared Rider, qui se bat contre une menace représentée par les Nightfly O’Note. Mais cette unité de combat, surnommée Scared Rider Xechs, est en fait la sixième, les cinq premières ayant été anéanties.

Composée de jeunes hommes, cette unité sera dirigée par Akira Asagi, notre héroïne qui n’apparaît ici que dans les toutes dernières minutes du premier épisode, l’anime nous introduisant à la place un personnage original qui n’existe donc pas dans le jeu : une jeune fille blonde qui ne sert pas à grand-chose et dont on ne sait pratiquement rien (et dont le nom m’échappe également, mais je me demande si elle en a un ?).

Allons droit au but : j’ai trouvé ce Scared Rider Xechs très mauvais. C’est une sorte de Kamen Rider un peu bizarre pas vraiment intéressant, et surtout très ridicule. Le genre d’anime qui sera vite oublié d’ici quelques semaines, un peu à la manière d’Endride au printemps dernier. L’otome game en lui-même a toutefois l’air assez spécial et donne l’impression d’aller à fond dans certains délires, ce qui se ressent légèrement dans ce premier épisode étant donné que visiblement les aliens n’attaquent pas très souvent nos héros, donc ces derniers ont formé pour s’occuper un groupe de musique.

En bref, cet anime ne s’annonce pas des plus passionnants, tout le jargon bien spécifique et le manque d’explications n’aidant pas, et je n’ai même pas eu envie de dépasser le premier épisode.

VERDICT : Smiley_nope

 

Tales of Zestiria the X

Tales of Zestiria the X

Adaptation du RPG du même nom qui nous fait suivre la quête de Sorey, un « berger » élu dont la tâche est de purifier le monde de la « malveillance », sorte de force maléfique qui prend naissance dans le cœur des hommes et peut les transformer en monstre.

Tales of Zestiria ayant été l’une de mes grosses déceptions au niveau des jeux vidéo pour l’année 2015, je n’attendais donc pas spécialement cet anime au tournant. Et pourtant cette adaptation s’annonce plutôt intéressante, tout simplement parce qu’il ne s’agit pas d’une simple adaptation littérale vu le nombre de changements plus ou moins importants : il y a visiblement ici une véritable réécriture du scénario et des événements, ce qui n’est pas plus mal car certains personnages ont maintenant la possibilité d’être davantage développés. Même Alisha, personnage plutôt fade et lisse dans l’oeuvre originale, me donne ici l’impression d’avoir une personnalité bien plus marquée et développée en l’espace de quatre épisodes (en prenant en compte l’épisode zéro) qu’en quarante heures de jeu.

D’un autre côté, mes problèmes avec le RPG original étant principalement au niveau du gameplay, du système de combat et du rythme de l’aventure, je ne pouvais pas trouver cette adaptation en anime ratée… Et si de nombreux éléments du scénario original m’ont toujours fait tiquer, c’est en fait là-dessus que j’attends de pied ferme ce Tales of Zestiria the X, qui aura donc ainsi peut-être l’occasion de développer certains personnages complètement inutiles (coucou Symonne) ou encore de mieux gérer deux gros points qui m’ont personnellement énormément gênée dans le jeu original : l’évincement assez brutal d’Alisha du scénario et la manière dont Rose rejoint définitivement l’équipe.

Les quelques changements sont pour le moment les bienvenus, que ce soit le festival de Damelac qui ressemble enfin à une véritable fête,  ou encore pourquoi et comment Alisha  s’est retrouvée dans le temple près du village de Sorey, ce dernier point n’étant pas montré dans le jeu. Je me demande toutefois jusqu’où iront les changements au niveau des événements étant donné la présence de Velvet dans le générique de début, cette dernière étant l’héroïne du futur Tales of Berseria qui devrait sortir dans quelques jours au Japon. D’autant plus que Tales of Zestiria the X sera découpé en deux saisons, la seconde partie devant arriver non pas cet automne mais cet hiver.

Au niveau de la réalisation, l’anime est très joli à regarder et est plutôt bien animé, ce qui n’est pas très surprenant car on retrouve derrière le studio Ufotable, qui avait déjà signé les cinématiques du jeu. Et pourtant, après l’adaptation de God Eater, j’avais un peu quelques craintes. En bref, je trouve donc cette adaptation pour le moment assez intéressante et même meilleure que le jeu en lui-même (c’était pas bien dur ;p), et je vais continuer ne serait-ce que pour voir les éventuels prochains changements par rapport au scénario, mais aussi pour voir ce que cela donnera avec l’arrivée des autres personnages (notamment Edna). Cet anime est donc pour le moment une bonne surprise, mais en revanche le manque d’explications ainsi que les nombreux personnages qui ne sont pas vraiment présentés risquent peut-être de poser problème à ceux qui n’ont jamais fait le jeu…

VERDICT : Smiley_like1

 

18
Poster un Commentaire

avatar

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S'abonner  
Les plus récents Les plus anciens
Me notifier des
Bahn
Bahn

Remarque: Pour celles et ceux qui ne veulent pas se faire « spoil » ne lisez pas mon commentaire.

Planetarian : Chiisana Hoshi no Yume
Un des rares que je n’ai pas encore vu.

Scared Rider Xechs
Un des rares que je n’ai pas vu volontairement.

Tales of Zestiria the X
Je ne suis mais franchement pas emballé par cette adaptation animé. Ufotable baisse sérieusement dans mon estime depuis qu’ils ont décidé de mettre des images de synthèse partout. Elles sont hideuses. Un passage, mais juste choquant, c’est durant l’épisode 1 où Sorey monte une falaise pour voir de loin le temple… Sa démarche est complètement hasardeuse sur cette texture dégueulasse qui recouvre la modélisation de cette falaise digne de l’ère PS2.
Non franchement faut qu’ils arrêtent les conneries. Certes ils ont une très belle animation sur les persos, mais uniquement à ce niveau, tout le reste c’est de l’acide sulfurique versée sur les yeux…
C’est dommage car pour avoir fait le jeu, l’histoire de ce Zestiria est bien meilleure que celle d’un Xillia, Graces ou Vesperia.

Rewrite
Ah Rewrite…
Tu n’as pas idée Exelen de comment je suis heureux de lire ton avis. J’ai exactement le même ressenti que toi sur cette adaptation animée et sur Little Busters. C’est nul, il n’y a pas d’autres mots. La réalisation est tout juste correcte (putain mais ce poulpe crabe en 3D qui ne ressemble à rien en fin d’épisode) et les personnages sont creux. C’est vraiment un supplice de voir autant de clichés Key balancés comme ça au visage, sans se soucier de leur crédibilité. C’est quoi cette péronnelle de Kotori ?! C’est quoi ce pseudo Sasuke qui joue encore le rival du héros ?! Non mais sérieusement, s’ils n’ont plus d’imagination, qu’ils refassent Air Tv, Kanon ou Clannad.

Danganronpa 3 (Zetsubou-hen/Mirai-hen)
Je suis un peu dans le même ressenti que toi, mais contrairement à toi, j’attends beaucoup de l’arc Zetsubou. En effet, pour ma part, le jeu Danganronpa 2 m’a marqué au fer rouge, bien plus que le premier opus. Ce bouquet final révélant le Neo World Program qui essaye de faire revenir à la raison tous les Ultimate Despairs et cet Hajime qui fusionne avec l’IA de Chiaki pour battre l’IA de Junko; ce moment juste exceptionnel de Visual Novel que j’ai vécu…
Bref, tout ça pour dire qu’en savoir un peu plus sur eux, me rend assez fou, surtout quand j’ai vu que Chiaki était bien réelle. Pour rappel, c’est censé n’être qu’une IA créée par Alter Ego. Force est de constater qu’une Chiaki en chair et en os a bien existé….
L’arc Mirai lui commence sans temps mort, ce qui le rend plus intéressant dès le début. Après globalement, il faut reconnaître que la réalisation reste assez limitée. Mais globalement, je ne boude pas mon plaisir et je reste très optimiste pour la suite.

J’attendrai la suite de tes impressions pour parler des autres animés.
@+ et merci pour tout ça.

Cetais
Cetais

Danganronpa 3 était l’anime que j’attendais le plus cette saison.
Sans aller trop loin dans les spoilers de Mirai-hen sorti il y a quelque jour, je peux dire que Ultimate Despair Girls est assez important au scénario, maintenant.
… Dommage que je n’y ai pas encore joué; les joies d’être pauvre et d’attendre sa sortie sur Steam.

Inuki

Bizarrement plus le temps passe, moins les adaptations de vn de Key sont réussis je trouve. Little Busters tenait encore la route en omettant très peu de choses (Umau!). Mais Rewrite se tire une balle dans le pied dès le début avec seulement 13 épisodes. Le jeu est vraiment long (plus que Little Busters selon moi) et faire un mix des routes des héroïnes impossible. Bref ça sent le gros plantage comme je le pensais dès l’annonce de cette adaptation. Dire que Lucia est tellement classe dans le jeu.

Planetarian valait le détour pour son final.

Pour Danganronpa, il faut voir Zetsubou avant Mirai c’est ça?

Cetais
Cetais

Au moins Planetarian semble être plus réussi que Rewrite, eh. (ça doit être à cause du studio d’animation! :P)

Pour Danganronpa, c’est assez simple. Tu écoute un épisode de Mirai, puis un de Zetsubou.
Il faut par contre que tu ai vu/joué à la trilogie de jeu de la série avant l’anime (si ce n’est pas fait)
(Ultra Despair Girls est assez important, mais pas autant que 1/2)

Necrelia
Necrelia

* SPOILERS DANGANRONPA *

Pour ce qui est du spin-off Ultra Despair Girls, ça va surtout dépendre du traitement des prochains épisodes mais il est clair que le titre risque d’avoir beaucoup d’importance dans l’ensemble global de la saga ainsi que pour la compréhension de Mirai-hen vu l’épisode 4 (c’était même déjà quasi-sur rien qu’avec une scène du premier épisode). Le « Another Episode » dans le titre peut porter à confusion mais il faut savoir que les Danganronpa sont écrits au fur et à mesure sans objectif précis de suite.

Pour ce qui est du sort de Chiaki Nanami dans Zetsubou-hen, c’est aisément devinable à partir de l’épisode 2 (Danganronpa/zero et le chapitre 6 de Danganronpa 2 aident pas mal également).

* FIN DES SPOILERS *

Par contre qu’est ce qui t’as fait préférer le premier jeu au second ? L’histoire / les twists / les personnages sont pourtant beaucoup plus travaillés dans le 2 que dans le 1 (même si ce dernier reste très appréciable quand même).

Et pour l’ordre de diffusion c’est bien Mirai-hen puis Zetsubou-hen et non l’inverse (ça se voit rien qu’avec les premiers épisodes de toute façon).