S’il y a bien un type de personnage que j’apprécie tout particulièrement dans l’univers de l’animation japonaise et du manga, ce sont les yandere. Oui, ces jeunes filles (ou garçons) d’apparence très gentille qui sont en fait plutôt mentalement instables et peuvent se révéler être de véritables psychopathes, leur folie étant liée à leur obsession pour un autre personnage (qui est la majorité du temps le ou la protagoniste). À ne d’ailleurs pas confondre avec les yangire, qui peuvent péter un câble pour toute autre raison : Rena de Higurashi no Naku Koro ni en est sûrement le meilleur exemple.

On peut déjà trouver depuis quelques années des produits alimentaires basés sur les tsundere, les maids, voire même les magical girls. Mais c’est en 2009 qu’a débarqué la yandere pie, que j’ai enfin pu acheter le week-end dernier : j’ai toujours eu du mal à mettre la main dessus !

Ce n’est bien entendu qu’une boîte contenant des gâteaux, mais j’aime bien son illustration. On la doit à An Inugahora, et le personnage en lui-même qui sert de mascotte s’appelle Manami Kurokawa. Une version mâle devrait également bientôt sortir, ainsi qu’une seconde édition avec une nouvelle yandere.

Mais que se passe-t-il une fois que l’on retire les petits gâteaux de la boîte ? Et bien on peut lire un message de la part du personnage, qui demande si on les a bien tous mangés sans en laisser une miette… On a d’ailleurs même droit en cadeau à un petit encart avec une illustration de l’héroïne !

En fait, le gâteau en lui-même est une sorte de biscuit similaire à un palmier ; je me demande pourquoi ça s’appelle « pie », du coup… Parce que ça n’a pas vraiment le goût d’une tarte (ni la forme, d’ailleurs). Et encore moins de la tarte à la fraise.

Yandere Pie

Bref, ça reste tout de même une bien jolie petite boîte que je garderai en souvenir. À noter que la même société, Coade, avait également sorti il y a quelque temps des Oyaji Moe Pie, mais je n’en ai jamais trouvé… dommage.

8 commentaires

  1. Avatar

    Miam. Pas trop de maux de ventre, après dégustation ?

    Dommage que la « tarte » ne soit pas franchement appétissante, ça ne mérite pas d’avaler volontairement une dose d’arsenic (ou une aiguille ?).

  2. Avatar

    Le produit en lui même est un peu décevant, c’est rien de plus qu’un palmier fourré à la fraise… Y avait quand même mieux à faire pour un gâteau fait par une nana dont l’amour dépasse toutes les bornes de l’entendement et de la logique humaine.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.