Nous sommes en janvier, c’est donc l’heure de mon bilan personnel de l’animation japonaise pour l’année précédente ! Un bilan comme d’habitude très subjectif, qui sert également un peu de conclusion à mon bilan de la décennie 2001-2010, pour lequel j’avais volontairement omis l’année 2010.

 

Coups de cœur de 2010

Je regroupe ici les séries que j’ai regardées du premier au dernier épisode et qui se sont terminées en 2010, sans forcément avoir débuté cette année-là. En revanche, et contrairement à l’année dernière, je ne ferai pas de classement complet de toutes les séries vues, ni même de classement tout court : j’ai préféré organiser le tout sous forme de catégories.

Panty and Stocking with Garterbelt

Panty and Stocking with Garterbelt

Panty et Stocking sont deux sœurs qui doivent affronter des fantômes, qui sont ici des âmes humaines qui n’ont pas trouvé le repos. Anges déchus, leur but est de retourner au Paradis, mais leur vie sur Terre va vite se compliquer… Cette production du studio Gainax est quand même bien plus qu’une simple version japonaise des dessins animés américains dont elle emprunte le style, les Supers Nanas (Powerpuff Girls) en tête. Si j’avoue qu’au départ j’aimais bien mais sans plus à cause de l’humour un peu trop pipi-caca, c’est à partir du sixième épisode, où arrivent de nouveaux antagonistes, que j’ai commencé à vraiment apprécier la série. Je garde un très bon souvenir de certains passages (le clip musical façon MTV, le troll du dernier épisode…), et cet anime me manque déjà un peu : ça fait du bien de temps à autre des productions de ce genre qui sortent des sentiers battus.

Shiki

Shiki

Une série plus conventionnelle que celle citée plus haut, et sur le thème des vampires. Malgré une réalisation inégale et des coupes de cheveux toutes plus improbables les unes que les autres, j’ai beaucoup aimé cette histoire d’horreur dans un village paumé, même si la deuxième partie vire un peu à la caricature en en faisant un peu trop pour montrer le côté sombre des êtres humains. C’est en tout cas une série qui m’aura tenue en haleine du début à la fin, mais certains passages un peu gores sont tout de même à déconseiller aux âmes sensibles.

Tatami Galaxy

Yojouhan Shinwa Taikei – The Tatami Galaxy

Si je devais choisir un anime à retenir pour 2010, c’est bien The Tatami Galaxy ; non pas par pur fangirlisme envers Masaaki Yuasa, dont j’apprécie beaucoup les œuvres, mais vraiment parce que la série m’a vraiment séduite. On suit ici la vie d’un étudiant en troisième année à l’Université de Kyoto (ayant moi-même étudié dans cette fac lors d’un échange scolaire au début des années 2000, ça m’a fait plaisir de retrouver exactement les mêmes lieux !), et des conséquences sur son existence de ses différents choix. L’originalité ici étant que les épisodes vont raconter tout cela à travers plusieurs univers parallèles, véritables reflets de ses choix et de ses échecs. C’est en tout cas un anime assez particulier au style graphique peu commun, avec en prime une réalisation qui peut lui donner l’impression d’être assez pompeux. Personnellement, j’ai beaucoup aimé, mais ce n’est clairement pas pour tout le monde. Et surtout, il faut aimer les séries très bavardes !

The Book of Bantorra

Tatakau Shisho – The Book of Bantorra

Je ne sais toujours pas quoi penser de cette série tellement elle est… spéciale. Cette adaptation d’un light novel se déroule dans un monde où lorsqu’un être humain meurt, un livre en pierre retraçant toute sa vie prend forme. Des archivistes aux pouvoirs magiques, qui travaillent à la grande Bibliothèque de Bantorra, sont chargés de protéger les souvenirs des défunts qui s’y trouvent désormais. L’une des plus puissantes archivistes et aussi vice-directrice de la Bibliothèque, Hamyuts Meseta, doit cependant faire face à une secte qui chercher à s’approprier le pouvoir de ces livres.

Il y a un univers vraiment très original et quelque chose de différent de ce à quoi on peut s’attendre dans un anime, notamment au niveau de son déroulement (il n’y a ici aucun scrupule à faire mourir un personnage principal, par exemple) et des différentes réactions de ses personnages, le tout étant découpé en arcs qui ne sont pas forcément de qualité égale. Malgré la réalisation très moyenne, on tient là un anime qui se suit sans problème et où je ne savais jamais vers quoi allaient se diriger les épisodes : j’ai d’ailleurs rarement vu une série aussi peu prévisible et sortant des sentiers battus, et c’est ce qui fait tout son charme.

Fullmetal Alchemist Brotherhood

Fullmetal Alchemist – Brotherhood

La version 2009 de Fullmetal Alchemist s’est achevée en 2010, d’où sa présence dans ce classement. Il est en tout cas très difficile de parler de cette série sans la comparer avec celle de 2003 ; si la première sortait des sentiers battus en offrant un scénario original avec des épisodes marquants ainsi qu’une très bonne réalisation, cette nouvelle série plus proche du manga pour davantage plaire aux fans fait quand même nettement plus shōnen. J’ai en tout cas beaucoup aimé malgré le nouveau chara design et les premiers épisodes assez redondants, qui sont par ailleurs vite expédiés et donnent l’impression que le staff est parti du principe que l’on a déjà vu la série de 2003. Mais une fois que l’on entre dans le vif du sujet (c’est-à-dire les chapitres du manga qui n’avaient jamais été adaptés à l’époque), c’est un véritable régal.

Princess Jellyfish

Kuragehime – Princess Jellyfish

Kuragehime est une histoire sympathique et qui a un petit côté très shōjo rétro que j’ai beaucoup apprécié ; on suit pendant onze épisodes les mésaventures de Tsukimi, une jeune fille peu féminine et timide qui a une passion un peu trop débordante pour les méduses. Elle intègre un dortoir à Tokyo dans le but de devenir artiste, mais les autres résidentes sont toutes des otaku… Ce n’est pas très original en soit mais c’est plutôt bien raconté, et c’est surtout très drôle. Dommage tout de même que certains personnages tombent un peu trop dans la caricature, mais au final j’ai passe un très bon moment avec cette série, dont mon seul regret est son faible nombre d’épisodes. Heureusement, il y a le manga !

 

Les bonnes surprises

B Gata H Kei – Le genre de série que je n’attendais pas du tout au tournant : et pour cause, avec un scénario tournant autour d’une lycéenne vierge dont le but est d’avoir des rapports sexuels avec 100 garçons, on on aurait pu penser que cela allait dévier vite fait vers le fan service ecchi du plus mauvais goût, alors qu’en fait pas du tout. C’est une comédie étonnamment assez mignonne qui m’a laissée une bonne impression.

Heartcatch Precure – La série finissant dans peu de temps, je me permets de la glisser dans ce bilan de 2010. C’est en tout cas la seule série de Pretty Cure qui m’aura vraiment intéressée au point de me lancer enfin dans la saga, en grosse partie grâce à son chara design. Par contre j’attends moins Suite Precure, la nouvelle saison…

Working!! – Ce n’est pas du tout mon genre de série à la base (on suit le quotidien d’employés dans un café-restaurant), mais j’ai vraiment apprécié. Même si malheureusement l’histoire se focalisait un peu trop souvent sur Inami et son allergie aux hommes ! En tout cas, j’ai trouvé ça sympa sans être non plus transcendant, avec un générique de début qui rappelle un peu celui de la série Azumanga Daioh.

Kuroshitsuji II – Ayant été déçue par la première série je n’attendais rien de cette suite, alors quelle ne fut pas ma surprise de voir qu’il y avait enfin un scénario sans épisodes bouche-trous et sans personnages (trop) lourds, avec en prime une sensation de gros troll tout le long : visiblement, les fans du manga original ont détesté. Personnellement, j’ai adoré ! Je retiens également sa fin, assez spéciale, qui fait vraiment très bad end.

 

Les séries sympas, mais sans plus

Otome Youkai Zakuro

Otome Youkai Zakuro – Une série basée sur un manga de Lily Hoshino qui se laisse regarder, et même si j’ai aimé le côté épisodique, j’ai moins aimé lorsque le scénario est arrivé dans les derniers épisodes tellement ça ne brillait pas par son originalité. Certains personnages sont tout de même de sacrées têtes à claques, Susukihotaru la première.

Kami no mizo shiru sekai / The World God Only Knows – Autant j’ai beaucoup aimé le premier et le dernier épisode, autant le reste ne m’aura que moyennement intéressée. Surtout l’arc dédié à Kanon, en fait. Cela reste tout de même un anime plutôt sympa et pas très prise de tête.

Baka to Test to Shoukanjuu – Une autre comédie sympa, où pour une fois l’humour ne se repose pas que sur des clins d’œil à d’autres séries. Mais avec du recul je me dis que c’était franchement très moyen.

Arakawa Under the Bridge

Arakawa Under the Bridge (saisons 1 & 2) – Ce n’était pas vraiment une série que j’attendais au départ, le studio Shaft étant parfois assez inégal dans ses adaptations de mangas, mais cet anime était assez amusant, notamment grâce à ses personnages tous plus loufoques les uns que les autres. Au bout du compte, je n’en garde pas un souvenir mémorable, d’autant plus que les gags ne font pas toujours mouche, mais je ne regrette pas de l’avoir suivi.

Seikimatsu Occult Gakuin – C’était vraiment sympa au départ, mais rapidement c’est devenu du gros n’importe quoi, les scénaristes s’étant probablement rendus compte en cours de route qu’ils n’avaient plus beaucoup d’épisodes pour développer leur histoire. Résultat, un beau gâchis, alors que ça avait pourtant bien commencé.

Durarara! – Le problème avec Durarara! est que j’ai vraiment adoré le début et que j’ai trouvé la première partie très bonne. Mais la seconde partie plombe un peu le tout : j’ai trouvé ça terriblement soporifique à suivre et pas très intéressant… Tant pis.

 

Les déceptions

Ookami Kakushi

Ookami Kakushi – Un gros ratage de la part d’un projet qui est une collaboration entre Ryūkishi07 (Higurashi, Umineko…) et Peach-Pit aux illustrations originales. J’ai en tout cas rarement vu un anime aussi ridicule et mauvais, avec des personnages absolument pas crédibles et surtout inintéressants : le seul truc bien, c’est le générique de début.

Sora no Woto – Un anime doté d’un univers intéressant qui n’est malheureusement pas vraiment développé ; j’avoue que je me suis presque endormie devant cette série, qui possède malgré tout de jolies musiques. En tout cas, je n’en retiendrai pas grand chose.

 

Les petits plaisirs coupables

Amagami

Amagami SS – Une série qui aura fait fondre mon cerveau et que parfois j’avais même un peu honte de regarder, à cause de son héros et de ses fétichismes bizarres (embrasser le derrière d’un genou, un nombril, ou imaginer que sa copine est un bol de ramen… pourquoi pas). Bref, un anime stupidement drôle.

Highschool of the Dead – J’ai surtout suivi la série pour sa bonne réalisation étant donné que j’ai quasiment détesté tous les personnages, surtout féminins, qui ne servent à rien. Je retiendrai de cet anime la fameuse scène du bullet time à la Matrix avec des seins, car il fallait quand même oser le faire. En tout cas, je ne cache pas que dans l’ensemble, c’était quand même super divertissant !

Yumeiro Pâtissière – J’ai regardé principalement la série pour ses gâteaux et son utilisation désastreuse de la langue française ; ça reste dans l’ensemble assez gentillet, avec une héroïne qui cache un talent pour la pâtisserie, et ça ne vole pas bien haut. Il y a tout de même un petit quelque chose qui fait que j’ai aimé la suivre chaque semaine.

Angel Beats – Une série qui m’a vraiment donné l’impression d’avoir été écrite au jour le jour, avec parfois des épisodes « dramatiques » sur des personnages que l’on ne connait que depuis un épisode voire même depuis 5 minutes pour certains. Forcément, ça donnait un résultat un peu bizarre, mais dans l’ensemble j’ai quand même bien aimé suivre la série, qui est un sacré ascenseur émotionnel.

 

Les séries abandonnées (ou pas)

The Betrayal Knows My Name

Uragiri wa boku no namae wo shitteiru – Sous ses faux airs de Angel Sanctuary à cause de son scénario qui en est plus qu’inspiré, on se retrouve ici avec un titre assez mou qui penche du côté du Boy’s Love sans forcément y basculer complètement. C’était un peu trop niais et angsty par moment donc j’ai arrêté au bout de quelques épisodes (il y en a 24), mais peut-être qu’un jour je finirai la série, car son thème de la réincarnation m’intéresse. Et puis c’est plutôt joli.

Kimi ni Todoke – Un anime très mignon et agréable qui se laisse regarder sans problème, mais j’ai fait un gros blocage sur les personnages principaux, vraiment trop surréalistes. Pour le moment je me suis arrêtée aux douze premiers épisodes, mais peut-être que je finirai par tout regarder un jour.

Densetsu no Yuusha no Densetsu – Si malgré son titre la série n’a rien d’une comédie, les intrigues politiques vraiment légères et les personnages dont je n’avais pas grand-chose à faire m’ont donné une grosse impression de vide. Abandonné au bout de 12 épisodes, sans trop de regrets.

 

L’année 2010 en vrac

  • Personnage préféré de l’année : Cure Moonlight (Heartcatch Precure). Une Pretty Cure plus âgée que les trois autres héroïnes de la série, et dont j’aime beaucoup le style du design mais aussi le caractère.
  • Le personnage tête à claques de l’année : Kirino (Ore no Imouto ga Konna ni Kawaii wake ga nai). Je n’ai pas vu beaucoup d’épisodes de OreImo, mais cela m’aura suffit pour me dégoûter en peu de temps de ce personnage vraiment très irritant.
  • La meilleure coupe de cheveux : Kaoru (Amagami SS). Si Kaoru est surnommée « sexy hair » sur certains sites et autres blogs, ce n’est pas pour rien. C’est d’ailleurs pour cela que c’est ce personnage qui m’intéressait le plus avant de regarder la série. :D
  • La pire coupe de cheveux : la majorité du casting de Shiki ! Dans le lot, c’est probablement la coupe de cheveux de Kyoko qui m’a le plus traumatisée. Mais en fin de compte, on s’y habitue à ces étranges coupes de cheveux, et on n’y prête plus vraiment attention dans l’anime (quoique…).

Shiki - coupes de cheveux

  • L’œuvre la plus virile : Redline. Un film incroyablement dynamique et superbement bien réalisé. Un véritable plaisir pour les yeux.
  • Le prix du WTF : Mudazumo Naki Kaikaku – Legend of Koizumi. Des OAV qui adaptent un manga complètement déjanté mettant en scène différents dirigeants politiques de la planète qui règlent leurs comptes en jouant au mah-jong.
  • La série dont je n’ai regardé que les génériques  : Hanamaru Kindergarten. J’avoue, je n’ai regardé que les génériques de fin, que j’ai trouvés plus intéressants que l’anime en lui-même (pas fan, désolée).
  • Le titre dont j’aimerais voir une suite : Cat Shit One – The Animated Series. Cet anime diffusé sur internet aurait visiblement besoin d’un appui financier pour pouvoir sortir d’autres épisodes, mais cela arrivera-t-il un jour ? Je l’espère.
  • Le clone de l’année : Ryouko (Ōkami-san to Shichinin no Nakamatachi) et Taiga (Toradora). Je n’ai vu qu’un seul épisode de ces deux séries, mais je n’ai pas pu m’empêcher de faire le rapprochement. Et visiblement je ne suis pas la seule.

Ryouko (Ōkami-san to Shichinin no Nakamatachi) et Taiga (Toradora)

 

Voilà donc pour le bilan de 2010, et pour lequel je n’ai pas vraiment insisté sur les différentes sorties au niveau des OAV, films, etc. En tout cas, merci à ceux qui auront lu jusqu’au bout !

17
Poster un Commentaire

avatar

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S'abonner  
Les plus récents Les plus anciens
Me notifier des
Tetho

Pour le clone j’aurais mis Aroui et Yuri perso.

Faust

Du peu que j’ai vu en 2010, je suis plutôt d’accord avec toi !

*tampon approbateur*

Tinky

« J’y avais pensé aussi, mais je me suis dit que ca aurait été trop facile~ »

Parce que ton autre comparaison n’est pas facile ? :o

Sinon bon bilan, c’était sympathique. La seul moment où j’ai failli péter mon écran d’ordinateur c’est quand tu as dit des bêtises sur Hanamaru Kindergarten. D:

raguy
raguy

Dans les animes 2010, comme tu n’en parles pas, je citerais la nouvelle série de Cobra que j’avais bien aimé de bout en bout .

The Drig Overmind

Meuh … La pâtissière des rêves et des couleurs c’est trop bieng :< !
Pour Kimi no todoke … je préfère le mangassesses …

Hikaru-san
Hikaru-san

Le prix de la pire coupe de cheveux est largement mérité .

nicolassan
nicolassan

Pour Kimi ni todoke, c’est domage que tu ai bloqué, l’ambiance est vraiment magique même si on a tous envie de les cre…

J’ai aussi adoré B Gata H Kei qui m’a tellement fait rire qu’il aurait mérité sa place dans le top , non ?

C’est une affaire de gout tout cela, personnellement c’est pour cela que je viens ici, chez Toi, c’est pour découvrir des chefs d’oeuvre que j’aurais loupé.

bises et long blog,
nico

Axel Terizaki

Aaaah Redline, tu l’as vu aussi. J’avais qu’une hâte en sortant de la salle de ciné c’était de le revoir ^^

Angelkappa

Je suis d’accord pour les séries que j’aie vu comme Tatamy Galaxy, à part que je l’aie trouvé très répétitif par moment, et aussi Bantorra que j’aie bien apprécié.

Pour kuroshitsuji II je suis d’accord elle est bien supérieure à la première saison et la fin m’a beaucoup plu. Par contre je déteste les nouveaux persos surtout Hannah >< Pour les autres séries comme shiki et toute les séries de simulcast de chez kaze, je vais les regarder cette année. Pour Shiki les coupes de cheveux ne me dérange pas, je dois être immunisé vu que je regarde YU-Gi-Oh XD Par contre P&S j'en suis au 6 et j'ai aimé que cet épisode, la suite est dans le même genre ou comme les autres épisodes ? Car j'aime bien la réalisation mais niveaux perso/humour j'aime pas xD donc si c'est pareil que le début je drop.

Inuki

Un bilan un peu plus light que l’an dernier mais toujours intéressant. Dommage qu’il manque Katanagatari dans tout ça.

Pour Kimi ni Todoke je pensais que t’avais tout regardé vu tes commentaires dessus à l’époque.

Kirino est effectivement un sacré boulet >_>.

Sirius

J’ai un peu été décontenancé par ce qui est passé sur noitaminA cet hiver finalement. Pour Shiki, la trame est terriblement lente à se mettre en place et plutôt que d’accroitre la tension, c’est un calvaire avant les scènes trash qui font tout l’intérêt du show à la fin. Enfin les coupes de cheveu aussi comme tu l’as remarqué.

Quand à Kuragehime, j’étais assez décontenancé par la fin plutôt brutale de la petite aventure mais on mettra ça au crédit du format imposé.

Sinon Arakawa c’était sympa une saison mais c’est devenu vraiment chiant car la seconde n’allait visiblement nulle part en ressortant les mêmes ficelles. Tellement lourd que j’arrivais même plus à fantasmer sur Nino…

Je partage ton plaisir coupable pour Amagami SS, sûrement parce que les VN c’est ma big marotte actuelle et que le héros est un as pour trouver le point G. Pis la coupe de cheveux de Kaoru déchire tout.

Et je comprendrai JAMAIS ce mépris pour la pauvre Kirino et je suis RAGE parce que personne n’ose apprécier K-ON alors que Ui est la « best imouto ever » pour la moitié de la planète.

*S’en va bouder dans son coin.*

Tinky

« Et je comprendrai JAMAIS ce mépris pour la pauvre Kirino »

Pareil.
Elle me fait tellement penser à ma sœur (les mimiques, l’attitude, etc) que je trouve le personnage vraiment bien réussi !

Kalahan

Baka to Test to Shoukanjuu j’avais bien aimé parce que c’est tout débile et puis certains passages qui me rappellent des potes un peu loser comme le 1/16è de ramen pour économiser des sous XD
Sinon pour les « surprises » je susi entièrement d’accord, à part Heartcatch Precure que je ne connais pas, j’essayerai de me renseigner ^^

gabi
gabi

perso j’ai bien apprécié angel beats après même si c’est vrai que le développement est court (seulement 13 épisodes) je trouve que c’est très bien comme ça sinon on s’ennuierait et puis je trouve que la fin justifie a elle seule de le voir

ReActif
ReActif

Dans le genre clone, les personnages principaux de Lovely Complex et de Bakura ga Ita… Perso ca m’a choqué.

Angel beats! a une fin qui justifie de le voir même si je suis d’accord, j’aurai tant aimé une histoire plus construite, et en savoir plus sur tous les personnages, ca sent la coupe drastique de scénario.

ElKaizer
ElKaizer

Tatami Galaxy c’est le genre d’anime dont tous le monde louent les qualités dans les bilan de l’année 2010 mais où on en entend jamais parler en dehors, c’est fort dommage.