Et voici la suite de mes impressions totalement subjectives sur les nouveaux anime de cet hiver. Etant donné qu’il y a quand même pas mal de nouveautés, je ne sais pas trop encore sur combien de billets tout cela va s’étaler (probablement 4 ou 5 au total). /o\

 

Boku dake ga inai machi

Boku dake ga inai Machi - ERASED

ÉPISODES VUS : 04/12

Plus connue sous le nom de Erased de par chez nous, cette série adapte le manga de Kei Sanbe publié actuellement chez Ki-oon. L’histoire se déroule en 2006 et nous fait suivre la vie de Satoru Fujinuma, un jeune adulte qui a le pouvoir de revivre certains moments, notamment lorsqu’un événement tragique doit se produire : il revit en boucle le même moment jusqu’à ce qu’il trouve ce qui cloche pour que le temps reprenne son cours normal (du moins d’après ce que j’ai compris dans l’anime, mais j’imagine que la description de son don doit être plus claire dans le manga). Suite à un incident, son pouvoir le projette dans le passé en 1988 dans son corps d’enfant, ce qui lui donnera l’occasion de rectifier certains événements étant donné qu’il se retrouve un mois avant l’enlèvement d’une de ses camarades de classe, Kayo. Il en profitera alors pour essayer de la sauver, et de trouver qui est le mystérieux assassin à l’origine de bien de ses problèmes.

Très bien réalisé et vraiment très prenant, Boku dake ga inai machi est l’un de mes gros coups de cœur de cette saison. Nous avons ici une véritable course contre la montre, le héros devant essayer de sauver Kayo avant la date fatidique de sa disparition. Le problème est qu’il reste un adulte enfermé dans un corps d’enfant, donc cela ne lui facilite pas la tâche ; c’est également intéressant de le voir revivre son enfance avec ses souvenirs et ses connaissances d’adulte. N’ayant pas lu le manga, du coup je me pose des tas de questions suite à ces premiers épisodes : comment fonctionne exactement le pouvoir du héros (parce que pour le moment, ça me rappelle beaucoup un principe similaire dans le jeu Ghost Trick) ? Est-ce que ce dernier est « condamné » à revivre toute son enfance puis son adolescence depuis les années 80, ou bien arrivera-t-il d’une manière ou d’une autre à retourner en 2006 ? Va-t-il pouvoir changer le futur de certaines personnes ? Et surtout, d’où vient son pouvoir ?

L’anime est vraiment très intrigant, ça faisait longtemps qu’une série ne m’avait pas autant tenue en haleine chaque semaine (bon, pas si longtemps que ça en fait, la dernière fois remonte à Parasite en 2014). En tout cas on s’attache très vite à ces personnages et à la petite Kayo, que l’on a envie de voir sortir indemne. Et au passage, un film live est également déjà prévu au Japon pour mars 2016.

VERDICT :  Smiley_like3

 

Hai to Gensou no Grimgar

Hai to Gensou no Grimgar

ÉPISODES VUS : 03/12

Cette adaptation d’un light novel de 2013 est une série que j’attendais avec curiosité car elle semblait proposer quelque chose de différent tout en se basant sur le thème vu et revu du groupe d’individus enfermé dans une sorte de monde rappelant un MMORPG. Hai to Gensou no Grimgar nous fait suivre ici un petit groupe d’adolescents qui se réveille un jour dans une sorte de tour située dans un monde mystérieux (mais s’agit-il d’un univers issu d’un jeu vidéo ou bien d’un simple monde de fantasy ? L’anime ne nous le dit pas). Ils ignorent comment ils sont arrivés là et gardent de vagues souvenirs de leur monde : ils se souviennent par exemple de ce qu’est un téléphone portable, mais se demandent quelques instants après ce que c’est et pourquoi ils pensent à cela. Le problème toutefois est qu’ils sont des adolescents tout ce qu’il y a de plus normal et qu’ils ne savent pas se battre : la série semble donc surtout se focaliser sur leur quotidien et, plus généralement, leur survie dans ce monde étranger.

L’anime avait donc personnellement tout pour me plaire… mais en fait ce ne fut pas vraiment le cas. Le problème est que l’on tient là un concept intéressant et une série vraiment très jolie à regarder, mais malheureusement on a droit à des personnages irritants et surtout il faut supporter des discussions passionnantes sur le tour de poitrine des filles ou encore sur le fait de savoir si elles portent des sous-vêtements. Et franchement ça casse beaucoup la poésie du truc, surtout pour un anime qui se veut être un peu plus réaliste que la moyenne, tellement ça ne colle tellement pas et que cela ne sert absolument à rien ici : on a quand même dans le même épisode un personnage un peu traumatisé pour avoir avoir tué un monstre mais qui pense ensuite à espionner les filles pendant qu’elles prennent leur bain.

C’est vraiment dommage parce que l’anime est superbement réalisé, mais personnellement je n’accroche pas du tout, j’ai eu l’impression de voir une série qui veut être sérieuse en essayant de proposer quelque chose de mature, mais qui se plante lamentablement. Et j’imagine qu’il va y avoir des pertes dans le groupe histoire de pimenter le tout, certains personnages ayant quand même un gros death flag qui plane au-dessus de leur tête. En tout cas je n’irai pas plus loin que ces trois premiers épisodes, qui m’ont largement suffit.

VERDICT :  Smiley_dislike

 

Kono Subarashii Sekai ni Shukufuku wo !

Kono Subarashii Sekai ni Shukufuku wo !

ÉPISODES VUS : 03/12

Cet anime, c’est un peu l’anti-Grimgar. Nous avons donc ici une série avec un scénario de base un peu similaire, à savoir un garçon qui débarque dans un monde inconnu qui semble sortir tout droit d’un RPG. Notre héros, Kazuma Satou, est en fait un NEET/otaku/hikikomori qui meurt bêtement en sauvant une fille qui allait se faire écraser, alors que la fille ne devait pas mourir à la base : il se voit donc proposer une seconde chance par la déesse Aqua (c’est moi ou le scénario de départ est le même que celui de Yu Yu Hakusho ? :’D). Il a donc la possibilité de se réincarner dans un monde de fantasy menacé par le Roi des Démons, mais avant cela il peut choisir ce qu’il veut emmener avec lui : son choix porte sur Aqua, qui se retrouve donc obligée de le suivre. Or il s’avère qu’en fait notre héros se débrouille plutôt bien dans ce tout nouveau monde, alors qu’Aqua est en fait un boulet un peu inutile (pour le moment).

Cet anime est donc une grosse parodie de séries du genre et elle ne se prend absolument pas au sérieux, ce qui est très plaisant. Les personnages sont tous plus inutiles les uns que les autres et le héros se demande comment il va s’en sortir avec de tels bras cassés, comme par exemple la magicienne qui ne peut utiliser qu’un seul sort surpuissant une seule fois par jour. Au niveau de la réalisation, on retrouve le studio Deen derrière donc le résultat n’est pas terrible, mais on peut dire que cela se rattrape au niveau du visage et des expressions ; et personnellement je préfère le chara-design de l’anime à celui du light novel : dans ce dernier on a des illustrations certes jolies et colorées mais quand même bien génériques et absolument sans aucune originalité, je trouve.

Cette série est donc l’un des anime les plus débiles de la saison, et sincèrement entre Hai to Gensou no Grimgar et celui-ci, et bien je préfère largement ce Kono Subarashii Sekai ni Shukufuku wo : au moins, les personnages sont attachants et il y a une véritable alchimie entre eux. Et surtout, ça n’essaye pas de se prendre au sérieux. C’est un anime très largement dispensable dont tout le monde oubliera l’existence d’ici quelques semaines, mais il reste divertissant et sans prise de tête ; en tout cas je pense continuer à le suivre pour le moment, en espérant que le délire soit assumé jusqu’au bout.

VERDICT :  Smiley_lulz

 

Ojisan to Marshmallow

Ojisan to Marshmallow
ÉPISODES VUS : 04/12

Ojisan to Marshmallow est un court anime qui ne dure qu’une poignée de minutes et qui est une adaptation du web manga du même nom publié sur le site de Pixiv. Il met en scène un employé de bureau fan de marshmallows et une collègue amoureuse de lui qui le tourne en bourrique tout en jouant là-dessus. Du moins dans les trois premiers épisodes, le quatrième étant assez différent.

Beaucoup ont l’air de trouver cet anime « mignon », mais personnellement j’étais un peu mal à l’aise durant certains passages parce qu’utiliser le harcèlement sexuel comme moyen humoristique (notamment dans les deux premiers épisodes), et bien c’est quand même un peu moyen. Mis à part cela, l’anime se laisse suivre, mais comme il n’a pas l’air de proposer grand-chose à part l’amour démesuré du personnage principal pour les marshmallows, je vais m’arrêter là (et puis j’ai horreur des marshmallows…).

VERDICT :  Smiley_meh

 

Shoujotachi wa Kouya wo Mezasu

Shoujotachi wa Kouya wo Mezasu

ÉPISODES VUS : 04/??

« Encore un anime sur la création d’un visual novel », je m’étant dit en lisant un résumé. J’ai donc regardé le premier épisode sans grande conviction, et je l’ai même trouvé très moyen vu qu’il ne se passe rien de réellement intéressant jusqu’à la toute dernière minute. La réalisation n’est pas terrible, le chara-design des personnages est très classique, on sent le manque de moyens, mais j’ai quand même continué avec le second épisode. Et là, j’ai bien plus accroché. En fait, c’est similaire à Saenai Heroine no Sodatekata, mais j’ai largement préféré ce Shoujotachi wa Kouya wo Mezasu. Et de très loin.

La différence ici est que l’anime parle davantage de la création d’un visual novel et que l’on apprend réellement des tas de petits trucs, avec également des anecdotes sur le monde des doujin games en général. Et ça, je ne l’ai jamais ressenti dans Saenai (du moins dans les cinq premiers épisodes, je n’ai jamais eu envie d’aller plus loin). L’histoire avance également plutôt rapidement : le héros doit ici recruter des membres pour la création du visual novel, et l’équipe est déjà au complet dès le troisième épisode ; tout ce que j’espère est que la série va continuer à se focaliser sur le thème du visual novel plutôt que les éventuelles romances peu intéressantes concernant les protagonistes.

C’est un anime intéressant mais largement dispensable tout de même, à moins de s’intéresser à la création de visual novels, et son gros problème est sa réalisation abominable. C’est plutôt moche, ce qui est assez dommage car pour une fois on tient une série d’apparence très générique qui raconte réellement quelque chose. De mon côté je compte la suivre pour le moment, même si je ne l’attends pas non plus spécialement avec impatience chaque semaine. A noter pour finir qu’un visual novel de ce Shoujotachi wa Kouya wo Mezasu doit également  sortir en mars 2016 au Japon sur PC (et ce ne sera pas un eroge, ça change), suivi par un manga en avril prochain.

VERDICT :  Smiley_like1

 

Koukaku no Pandora

Koukaku no Pandora

ÉPISODES VUS : 02/??

Koukaku no Pandora est à la base un manga écrit et illustré par Kōshi Rikudō, le créateur d’Excel Saga, le tout basé sur une idée de Masamune Shirow. Il se déroule dans un futur lointain et tourne autour de Nene, une jeune fille au corps cybernétique qui fait la connaissance de la scientifique Uzal et son cyborg Clarion, Nene se prenant immédiatement d’affection pour cette dernière.

L’anime a un côté assez particulier qui me rappelle les productions de la fin des années 90/début des années 2000, où ce genre de série assez énergique et colorée était très présent. Rappelant effectivement Excel Saga ou encore Puni Puni Poemi, Koukaku no Pandora était un anime que j’attendais avec curiosité, mais malheureusement pour lui il n’est pas dirigé par Shinichi Watanabe, au contraire des deux autres séries. L’héroïne est exaspérante, le fan service de mauvais goût n’aide pas non plus (Clarion est une androïde qui a un bouton spécial dans un endroit « stratégique », comme Chii de Chobits) et les combats assez bordéliques encore moins ; il y a pourtant un fond intéressant mais j’ai eu l’impression que son auteur a voulu coller le plus de fétichismes possibles dans sa série. :’)

Je n’ai vraiment pas accroché, et quitte à voir une série complètement déjantée autant regarder Excel Saga, qui est à mon humble avis un anime bien plus intéressant et délirant.

VERDICT :  Smiley_nope

 

Sekkou Boys

SekkouBoys

ÉPISODES VUS : 03/12

Pour continuer avec les concepts bizarres, cet hiver nous avons droit à Sekkou Boys, un anime qui raconte les mésaventures d’une ancienne étudiante en école d’art, Miki Ishimoto, qui en a ras-le-bol de voir des sculptures et des statues à longueur de journée. Elle décide alors de lancer sa carrière dans une toute autre direction et se retrouve manager d’un groupe d’idols… composé de bustes.

C’est un anime aux épisodes qui ne durent que sept minutes environ et c’est plutôt sympa sans être non plus spécialement transcendant, d’autant plus que les bustes sont doublés par des seiyuu qui ont la cote (Tomokazu Sugita, Daisuke Ono, Jun Fukuyama…), ce qui donne à cet anime un côté encore plus WTF. Et puis je m’amuse assez à suivre le quotidien de cette pauvre Miki qui essaye tant bien que mal de se débrouiller avec ce groupe d’idols hors normes. A noter que le premier volume du manga sortira en février 2016, et que des chapitres sont disponibles sur le site officiel.

VERDICT :   Smiley_lulz

 

8
Poster un Commentaire

avatar

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S'abonner  
Les plus récents Les plus anciens
Me notifier des
chadow_91

Je suis content que tu a aimé Boku dake ga inai machi. C’est un anime que j’avais commencé et regardé quelques épisodes(4-le maximum) juste après Life is Strange. Je l’avais choisis un peu au hasard à cause de l’image sur les nouveaux animes d’hivers(normalement j’en écoute des « passés date^^ »), je me disais « Oh, un truc relaxe et normal » ça va faire du bien après tout ça et…..encore des voyages dans le temps. Ouai!!!…Puis en le regardant j’ai bien aimé et j’ai hâte de voir la suite. Pour la série live(c’est rare que j’en écoute) celui-ci à l’air bien fait. Je comprends juste pas comment le personnage principal a fait pour tasser le camion super lourd vers lui en attrapant le chadail de la personne dedans. Je suis désolé, mais il a une force monstrueuse pour quelqu’un de normal. Aussi, je ne fais pas confiance à l’enseignant(personnalité caché). Je suis sûr q’ Airi Katagiri(présent) et Kayo Hinazuki(passé) se connaissent ou sont dans la même famille(les 2 ont les cheveux/yeux bruns….comme pleins de monde^^). Ou sinon Kayo est en vie dans le présent et avait changé son nom en Airi pour commencer une nouvelle vie(je déconne, soyons sérieux). Les autres animes que tu as parlé, je ne les ai pas vus(encore).

Pour le personnage traumatisé dans Hai to Gensou no Grimgar, l’espionnage des filles était peut-être ça seule façon d’oublier temporairement son regret d’avoir tué quelqu’un?^.^ En même temps c’est un running gag de plein d’animes, même si prendre le sujet plus sérieusement aurait été bien(avec quelque blague, mais plus réaliste). C’est vrai que le début de Kono Subarashii Sekai ni Shukufuku wo ! ressemble beaucoup à Yu Yu Hakusho(j’avais lis les premiers chapitres dans d’anciens Shonen Jump, quand on les recevais encore en physique). Je pourrais même dire que le fait que le personnage pouvais emmener 1 chose fait penser à Oh My Goddess! ou il avait un voeu et l’a pris pour ramener la déesse^_^. Tu peux être sûr que Shoujotachi wa Kouya wo Mezasu je vais le regarder au complet. J’aime bien quand l’animation est bonne(qui se démarque des autres ou est juste bien fluide), que les plans soient biens faits ou que techniquement c’est merveilleux, mais si l’histoire est précise/intéressante/originale/avec des thèmes différents et des personnages attachants, la technique m’importe peu ex. Genshiken! ou Ping Pong the animation qui était vraiment différent. C’est comme Shirobako qui rentrais assez bien dans ses sujets et représentaient d’une bonne manière ce qui se passait derrière un studio d’animation, mais j’aurais vraiment aimé qu’ils soient encore plus technique et profond dans leurs propos(pour la 3D, le dessin, le doublage et même celui du son qui n’a duré qu’une partie d’un épisode). J’avoue que cela aurait pu être chiant pour d’autres personnes si ça l’aurait été trop, mais moi c’est vraiment ce que j’aime(me prendre la tête, mais pas toujours).

C’est bien que tu espace tes impressions sur plusieurs parties, c’est plus facile de commenter sur moins d’informations à la fois(contrairement à mon commentaire). J’ai pris le temps de regarder tes anciens billets, le nombres de commentaires devaient être plus difficile à gérer(^_^’). J’avais déjà lu sur ton site de mémoire(au moins il y a un an?) que tu allais regarder Selector Infected/spread WIXOSS. Quand je l’avais écouté et fini il y a environ 8-9 mois, je trouvais que ça ressemblais à Angelic Layer avec des cartes et j’avais aimé(j’en ai un souvenir un peu flou). Je voudrais avoir ton avis(si tu t’en souvient encore ou vue/fini il y a pas trop longtemps) sur l’anime. Je pense qu’un film va arriver dans pas longtemps. Je vais arrêter pendant quelques jours d’écrire des commentaires(ce n’est pas la cause soyez rassurés), c’est la deuxième migraine de plusieurs jours que j’ai ce mois-ci et je ne peux même plus regarder mes artbooks sans y penser ou même jouer. Je vais faire de mon mieux pour prendre l’air régulièrement plus et bien dormir(ma lacune/misère). Le nombre d’animes par année sera toujours incroyable. Bon sang, si seulement j’aurais plusieurs vies/1up sous ma manche =D.

Nihi
Nihi

Comme d’habitude c’est un plaisir de lire tes impressions, merci :)
Bon courage pour la suite, tu dois voir un paquet de daubes quand même :p

angelkappa
angelkappa

Je te rejoins sur ton avis de Grimgar et je trouve ça dommage de faire du fan service et des dialogues creux, c’est vraiment dommage :/ Parce que tout les reste de l’anime est vraiment beau que se soit les décors ou la musique. Dire que j’attendais beaucoup de Ranta vu son seiyu et je suis déçue de son traitement :/ Je pense suivre jusqu’à la fin mais j’en attends pas grand chose.

Boku Dake est aussi mon gros coup de cœur de la saison, même si je n’ai vu que le premier épisode :3 Je ne sais pas si je vais attendre la fin de la série ou la rattraper, mais j’ai vraiment hâte de voir la suite. Dommage qu’il n’y a pas beaucoup de séries de ce genre, ça nous change des innombrables séries adaptant des LN.

Pour Ojisan, j’étais aussi mal à l’aise pour les raisons que tu cites. Mais ça ne prend pas beaucoup de temps donc je pense continuer.

Sekko Boys dès l’annonce de la série je savais qu’elle serait WTF, mais je n’imaginais pas que la manager était une ancienne étudiante d’art XD En tout cas le premier épisode était vraiment bon, ainsi que les suivants. C’est vraiment une idée que seul les japonais peuvent créer :3