A l’inverse des séries de l’hiver dernier pour lesquelles je n’avais même pas écrit de premières impressions (manque de temps, flemme, puis au final manque de motivation), j’ai cette fois-ci décidé de reprendre en main cette tradition des impressions sur les débuts de saison.

J’ai essayé comme d’habitude d’au moins regarder plus loin que le premier épisode de toutes ces nouveautés, qui ne sont pas moins d’une petite trentaine. Et étant donné que je suis une grande curieuse (ou masochiste, au choix), j’ai voulu tout tester, sauf les suites de séries que je n’avais pas regardées ; car il est toujours possible de tomber sur une surprise.

Allez, c’est parti pour ces impressions, qui sont comme d’habitude complètement personnelles et 100% subjectives, et dépendent de mes goûts douteux en matière de japanim’.~

 

Yojouhan Shinwa Taikei ~ The Tatami Galaxy

Une série que j’attendais au tournant, et pour cause, c’est parce que Yuasa est derrière. Et que je ne suis qu’une sale fangirl de ce réalisateur. Pour une fois, il ne s’agit pas d’une création originale, mais d’une adaptation d’un roman, où l’on suit la vie d’un étudiant de fac qui repense à sa vie et tout ce qu’il a fait, après avoir rencontré un homme se disant être une divinité s’occupant des relations amoureuses. Un peu comme dans l’Effet Papillon, le héros revivra alors sans cesse les deux dernières années de sa fac, changeant à chaque fois quelques détails comme choisir un différent club, et ce dans le but d’améliorer son existence.

Un anime qui fait figure d’OVNI, avec pour le moment un premier épisode très introductif. La narration est extrêmement rapide et difficile à suivre, et la réalisation est typique d’un anime de Yuasa, avec tout ce côté psychédélique et différent des productions habituelles. Mais j’ai vraiment adoré, et je n’ai pas vu le temps passer en regardant cet épisode. J’espère que la suite ne décevra pas, mais il y a tout de même peu de chances. Il s’agit donc d’un anime très spécial qui ne s’adresse vraiment pas à tout le monde, comme ce fut le cas avec la précédente production de Yuasa à la télévision, Kaiba. Même si le premier épisode de ce dernier m’avait tout de même beaucoup plus impressionnée.

 

Saraiya Goyou ~ House of Five Leaves

Five Leaves

Cette année, la case horaire Noitamina diffuse pour la première fois deux séries à la fois : Yojouhan Shinwa Taikei, dont je viens de parler plus haut, et ce Saraiya Goyou, du studio Manglobe. Cet anime raconte comment un samouraï le maître Akitsu Masanosuke, n’arrivant pas à trouver de travail malgré son talent, deviendra le garde du corps de Yaichi. Ce dernier est le leader d’un groupe appelé « Goyou » (les cinqs feuilles), dont l’une des activités est de se faire de l’argent avec la rançon de gens qu’ils kidnappent.

Cette série est vraiment l’opposé de Yojouhan Shinwa Taikei : autant le premier a un rythme très rapide, autant Saraiya Goyou est lent. Je peux donc comprendre que l’on puisse s’ennuyer à mourir devant, mais de mon côté j’ai vraiment aimé, ne serait-ce que pour la bande-son, les décors, et pour le chara-design pour le moins original. Il est d’ailleurs très respectueux du manga original de Ono Natsume (publié en France chez Kana), qui avait également vu son manga Ristorante Paradiso adapté en anime. J’aime vraiment bien la série et je pense donc la suivre malgré son côté un peu mou du genou, mais je suis quand même surprise par le fait que cet anime soit aussi potentiellement slashable. :p

Pour finir, le premier épisode aurait fait un taux d’audience catastrophique pour un anime diffusé dans le cadre de Noitamina, en partie à cause de l’émission promotionnelle diffusée juste avant. C’est d’autant plus étrange, étant donné le succès qu’avait eu le stand de la série lors du dernier Tokyo Anime Fair.

 

Raibow – Nisha Rokubou no Shichinin

Rainbow

J’attendais pas mal ce Rainbow, parce que j’ai toujours eu une très grosse préférence pour les séries sérieuses, et qui s’éloignent des titres habituels diffusés à la télévision japonaise : la vie de gamins enfermés dans l’enfer carcéral du Japon des années 50, ça ne pouvait que me plaire. Mais malheureusement pour moi, ce n’est pas parce qu’un anime ne contient pas de moe-ecchi-loli qu’il en est par nature forcément meilleur.

Parce que j’ai vraiment eu un problème avec ces trois premiers épisodes, et ce problème, c’est ce côté poussif et artificiel. Ce qui m’aura gênée c’est le fait que l’on ne ressente pas les liens qui se sont nouent entre les personnages, donnant vraiment l’impression d’une relation artificielle et franchement peu crédible : en l’espace de deux épisodes, ces personnages qui ne se connaissaient pas vraiment deviennent les meilleurs amis du monde. On est jetés dans l’histoire, on n’a même pas le temps de connaitre les personnages et de s’attacher un tant soit peu à eux que l’anime nous bombarde de scènes censées être fortes au niveau des émotions, avec tous les clichés du genre qui vont avec ce type d’œuvre, en passant même par du pseudo-GAR et des larmes viriles. En fait, cet anime me donne l’impression d’être un ersatz des premiers tomes du manga Shamo/Coq de Combat, ne serait-ce que pour sa violence assez crue, mais en mille fois moins bien.

On va croire que j’ai détesté cette série à force d’en parler aussi négativement, alors que ce n’est pas le cas, même si cela reste une déception. Je vais même la suivre, histoire de voir vers quoi va se diriger le scénario, et si les personnages vont un peu sortir du stéréotype dans lequel ils sont enfermés. Sans compter que son aspect dramatique et le style du chara-design m’attirent beaucoup. Et puis pour une fois qu’on a quelque chose qui sort du lot et reste malgré tout divertissant, ce serait dommage de la bouder. Et pour finir, le manga est sorti en France chez Kabuto, avant d’être repris par Kaze Manga.

 

Jewelpet Twinkle☆

Jewel Pet Twinkle

Regarder Jewelpet Twinkle juste après Rainbow, c’est assez violent. Jewelpet Twinkle est par ailleurs la seconde saison de Jewelpet, mais elle peut être regardée indépendamment car ce n’est pas vraiment une suite, même si les thèmes sont identiques… un peu à la manière de la plupart des différentes séries de Pretty Cure.

Et je dois dire que le résultat est nettement plus buvable que la première saison : changement de chara-design, un scénario un poil plus consistent, et un côté enfantin nettement moins lourd. Je soupçonne également le staff d’avoir décidé de viser une partie du public otaku mâle d’un certain âge avec cette nouvelle saison… car il y a plein de petits trucs dans ces trois épisodes qui ne trompent pas. Y compris le changement de chara-design. Mais c’est peut-être parce que le réalisateur, différent de la première série, avait également travaillé sur l’adaptation de l’eroge Nanatsuiro Drops (le chara-designer est également le même dans les deux cas).

Pour le reste, ça reste mignon, bien meilleur que ce à quoi je m’attendais, mais je ne regarderai pas plus loin que ces trois épisodes ; ça vire un peu au viol cérébral tellement c’est niais. Niveau série de magical girl récente pour petites filles, je trouve que rien ne vaut un Shugo Chara! ou encore un Heartcatch! Precure.

 

Senkou no Night Raid

Night Raid

Cette série est la deuxième à être diffusée dans le cadre de Anime no Chikara, la nouvelle case horaire consacrée aux œuvres originales, et qui avait précédemment diffusé Sora no woto. On a là une histoire qui se déroule dans le Shanghai des années 30, se basant de loin sur des faits historiques. Des personnages qui ont des pouvoirs paranormaux qui dépendent du temps, des intrigues politiques… j’aurais bien voulu aimer cette série mais je n’ai franchement pas accroché du tout, et j’ai même trouve ça extrêmement soporifique.

Le contexte historique me gêne un petit peu (mais que pensent les anime-fans chinois d’un tel anime ?), mais je note tout de même l’effort de cohérence de la part du staff au niveau des langues utilisées, car il n’est pas rare d’entendre les personnages parler mandarin ou encore russe. Et pas qu’un peu.

Cela reste tout de même une série plutôt complexe à suivre je trouve, et après trois épisodes je ne sais toujours pas vraiment qui est qui et qui fait quoi : la faute principalement à une série pour le moment aussi passionnante qu’un épisode de Derrick, ce qui fait que j’ai décroché rapidement. Je n’ai donc vraiment pas tellement aimé cet espèce de mélange entre Canaan et Darker than Black, et je vais en rester-là.

 

Kaichou wa maid-sama!

Maid-sama

Il s’agit d’une adaptation d’un shoujo manga (qui sortira en mai prochain chez Pika), ce que l’on ne devine pas forcément du premier coup, à cause du titre. L’originalité de cette série est que l’héroïne, Misaki, cache un secret qu’elle n’aimerait vraiment pas que son lycée découvre : pour subvenir à ses besoins elle travaille à temps-partiel dans un  maid café. Et ça, ça casserait un son image, d’autant plus qu’elle a la lourde tâche d’être présidente du conseil des étudiants.

J’avais lu il y a un certain temps les premiers volumes du manga, qui m’avait donné l’impression d’être un énième shoujo sans saveur, et c’est un peu l’impression que j’ai eue pour pour cet anime. D’autant plus que je ne supporte pas vraiment l’héroïne, parce qu’elle me rappelle un peu celle de Special A

Je suis également un peu déçue que le secret de Misaki soit découvert après même pas cinq minutes du premier épisode, et que la couleur verte des uniformes tue autant les yeux dans l’anime. Pour le reste j’ai trouvé ça un peu lourd au niveau de la comédie : « sympa mais sans plus », c’est que je retiendrai, mais pour ma part je n’irai pas plus loin que ces deux premiers épisodes. Et pendant ce temps-là je peux toujours me gratter pour avoir ma seconde saison de Skip Beat. ;__;

 

Uragiri wa Boku no Namae wo Shitteiru

UraBoku

Encore une adaptation d’un shoujo manga, et où l’on sent venir de loin le BL. Ou pas. En lisant le scénario je pensais que ça allait être comme dans Night Head Genesis, avec un héros qui peut ressentir les émotions des personnes en les touchant, et qui possède également des pouvoirs paranormaux qu’il a du mal à contrôler. Mais en fait cela ressemble plus à du Angel Sanctuary : un héros efféminé qui possède  en lui l’âme d’une fille, un mystérieux bishounen qui lui sert de gardien, une guerre contre des démons, un côté gothique assez marqué… L’anime donne également l’impression d’être un peu inspiré des œuvres de Clamp, notamment X.

Les deux premiers épisodes de cette série sont vraiment une introduction,  et seul le troisième commence un peu à faire avancer les choses, et à éclaircir quelques points du scénario. Pas très original dans l’ensemble, un peu étrange parfois, c’est aussi un peu mou, mais pour avoir ma dose de bishounen (dont un doublé par Koyasu Takehito, fufu), je serais prête à voir la suite… tant que cela ne devienne pas vite imbuvable et trop angsty, et que l’intérêt reste constant tout au long des 24 épisodes.

 

Ichiban ushiro no Dai Maou

Ichiban Ushiro no Daimaou

L’histoire de base de cet anime est simple : dans un monde où la magie fait partie de la vie quotidienne, Akuto Sai, un lycéen qui souhaite contribuer à la société en intégrant le clergé, apprend que dans le futur il sera en fait le roi des démons.

Je ne pensais pas que la série allait virer autant dans le fan service ecchi et le harem, car j’imaginais qu’il y aurait un plus d’action que cela. Je n’ai en tout cas pas spécialement aimé, mais ça se laisse regarder. Rien de très original en tout cas : c’est à réserver aux amateurs de anime harem baignés dans un univers de magie, avec des tas de filles qui s’intéressent au héros.

Le point qui m’intrigue tout de même est de savoir si le héros est réellement le roi des démons, sans parler de son côté schizophrène. Même si je doute que ce soit réellement développé dans la série, surtout avec si peu d’épisodes… A noter que la série est également diffusée en version avec et sans censure, à l’instar de Seikon no Qwaser.

 

B Gata H Kei

B GATA H KEI

En voilà une série fan service qui change un peu, car pour une fois, le personnage pervers, c’est l’héroïne : Yamada est une lycéenne de 15 ans, vierge de son état, qui veut à tout prix avoir des relations sexuelles avec 100 garçons d’ici la fin du lycée… Et malgré son thème plutôt tendancieux, j’ai pourtant trouvé la série nettement moins ecchi que ce à quoi je m’attendais, s’apparentant bien plus à une sorte de comédie romantique.

Je suis moi-même surprise d’apprécier cette série, parce que ce n’est franchement pas le genre d’anime que je regarde habituellement : le fait que le personnage principal soit une fille y est pour beaucoup, ce qui fait que l’on évite le cliché du héros masculin énervant et tête à claque, sans parler du côté harem qui est donc ici inexistant. Je trouve en tout cas cet anime très rythmé et très divertissant, le seul souci étant que les gags finissent par devenir lourds, mais pour le moment j’aime bien.

Une série qui ne vole pas bien haut, mais qui est au moins divertissante, avec un staff qui semble savoir ce qu’il fait. Je pense tout regarder, et je n’ai même pas honte. :p

 

Saikyou Bushouden – Sangoku Engi

Sangoku Engi

Une série qui est l’adaptation de l’Histoire des Trois Royaumes, et qui est une co-production entre la Chine et le Japon. Le style des dessins fait d’ailleurs un peu occidental, et me rappelle certaines  co-productions franco-japonaises. La série a de plus déjà été diffusée en Chine l’an passée, et était inédite au Japon jusqu’à ce mois d’avril.

J’ai trouvé les trois premiers épisodes vraiment corrects, mais cela reste un peu difficile à suivre, d’autant plus que je ne suis pas très familière avec les Trois Royaumes. Pourtant ce début est très accrocheur, plutôt épique, et avec tout ce qu’il faut comme action pour tenir en haleine. Mais je crois que pour avoir des fansubs, on pourra toujours se gratter… d’ailleurs j’en profite pour citer quelqu’un sur les forums de MAL, qui résume bien le fond de ma pensée : « I can’t believe people are subbing Shin Koihime Musou and none actually bothers to sub the actual 3 Kingdoms anime. Just disgusting. ». Je verrai si je regarderai la suite, car 52 épisodes c’est bien long…

 

SD Gundam Sangoku Den Brave Battle Warriors

SD Gundam

Et voici une autre série basée sur l’Histoire des Trois Royaumes… je l’ai regardée sans trop de conviction, d’autant plus que le seul SD Gundam que j’avais regarde avant, SD Gundam Force, ne m’avait pas laissée de bons souvenirs. Mais ici, c’était largement au-delà de mes espérances : ce n’est pas non plus génial, mais au moins ça se regarde, et pour une série destinée aux petits garçons, c’est tout à fait correct. C’est même suffisamment GAR au point de voir des robots qui lâchent des larmes viriles sous fond de soleil couchant, et ça permet au moins de connaitre l’histoire des Trois Royaumes sans se prendre la tête.

Bref, je passe tout de même mon chemin car c’est très enfantin, et voir les gentils Gundams taper les méchants Zaku à longueur d’épisode ne m’intéresse pas vraiment.

 

Arakawa Under the Bridge

Arakawa Under the Bridge

Le nouveau Shaft de la saison, et qui relève le niveau après un Dance in the Vampire Bund assez moyen. Même l’humour parfois random me fait plus penser à du Gag Manga Biyori qu’à du Shaft habituel, sans compter que je trouve la réalisation un tout petit peu plus « classique ».

Il s’agit donc d’un véritable OVNI, où l’on suit les mésaventures de Kou,  un garçon qui rencontre la mystérieuse Nino, qui vit sous un pont, déclare être de Vénus, et a des amis bizarres. Cette dernière lui sauvera la vie, mais n’aimant pas être endetté envers quelqu’un, le héros demande à Nino ce qu’elle souhaite… et cette dernière répond qu’il devienne son petit ami. Il sera donc obligé de vivre avec elle, sous un pont.

Le récit reste original et absurde, mais dans le bon sens du terme. Adapté du manga du même nom de Nakamura Hikaru, cette dernière a tout de même l’air d’être spécialisée dans les titres à tendance WTF… Je trouve en tout cas l’anime vraiment amusant, bien plus que les autres productions du studio. Avec une Nino doublée par une Maaya Sakamoto, ce qui ne gâche rien. Quant au héros, production Shaft oblige, il se retrouve donc obligatoirement doublé par Hiroshi Kamiya. Une bonne surprise pour ma part, et que je continuerai à regarder.

 

Kiss x Sis

Kiss x Sis

Après les OAV sorties il y a presque deux ans, voici la série TV de Kiss x Sis. Je voulais y jeter un œil par curiosité, mais pour une série ecchi cela reste bien moyen, et ca n’évite pas les petits problèmes de gravité inhérents au genre (mais pourquoi le  héros tombe toujours la tête la première sur la culotte d’une fille lorsqu’il trébuche sur elle ?). Et on va dire qu’il en faut pour tous les goûts, mais ces histoires de sœurs jumelles un peu perverses, ça ne m’intéresse pas vraiment, sans parler du héros qui est vraiment détestable à souhait.

Je savais pertinemment à quoi m’attendre en regardant cette série,  mais c’est encore pire que dans les quelques bribes de souvenir qu’il me restait de l’OAV. J’ai tout de même regardé les deux premiers épisodes, à croire que je pousse mon masochisme assez loin…  Je me demande tout de même à quoi ça sert de sortir une version TV de cette série, vu tout ce que cela implique au niveau de la censure. Bref, inutile de préciser que je n’ai pas aimé, et je compte sur Helia pour faire un rapport de lobotomie sur cette série animée. :p

 

Angel Beats

Angel Beats

En voilà une série totalement WTF, et qui était attendue au tournant parce que c’est du Key et que Maeda (Kanon, Air…) est au scénario. Et aussi parce qu’il est difficile de ne pas penser à une certaine déesse en voyant le personnage principal féminin, Yuri.

En fait, la série n’est vraiment pas ce à quoi je m’attendais, je prends donc plutot ça comme une parodie d’anime, tellement c’est du gros n’mporte quoi bordélique avec un scénario qui semblerait presque écrit au jour le jour. A un point tel que je me demande comment tout cela va se finir tellement c’est imprévisible. Il y a quand même quelques passages joliment réalisés (notamment les concerts), mais cela reste un peu inégal, et je n’aime pas vraiment le chara-design. Le reste est intriguant, entre ces lycéens qui sont morts et décident de se rebeller contre Dieu, combattent un ange appelé « ange » (duh), font des concerts et des parties de base-ball, et ont des guildes sous terre qui produisent des armes.

Je me demande donc vraiment vers quoi le scénario va se diriger, et si il y aura une réelle conclusion au terme de ces 13 épisodes. Ce qui est sûr c’est que je vais tout regarder, parce que c’est tellement du n’importe quoi que ça en est divertissant.

 

K-ON!!

K-ON!!

Suite directe de la première série, où nos héroïnes se retrouvent toutes dans la même classe. C’est toujours aussi moe, toujours aussi reposant et relaxant, mais toujours aussi rempli de néant. Vu que ça a l’air d’être la même chose que la saison précédente, je n’irai pas plus loin que les deux premiers épisodes, car j’ai bien peur que cela ne tourne un peu trop en rond. Et puis le générique de début est franchement inaudible, on dirait que c’est chanté par un chipmunk. :x

Je n’ai en tout cas vraiment pas grand chose à dire sur la série : ça reste un anime reposant, assez joli à regarder, mais bon sang qu’est-ce que c’est vide… la suite sera donc sans moi.

 

Heroman

Heroman

En voilà un anime aux premiers épisodes rafraîchissants, malgré une trame des plus bateaux : Joey, un adolescent, récupère un robot cassé qu’il répare, et le nomme Heroman. Une nuit d’orage, un éclair frappe le jouet, qui lui donne vie… entre temps, une race extra-terrestre décide d’envahir la Terre : ce sera donc à Joey et Heroman de défendre la planète.

C’est série est basée sur une idée de Stan Lee, et est réalisée par le studio Bones : c’est bien fichu, j’adore le chara-design (sauf celui du héros, trop efféminé), ça ne se prend pas la tête, mais pourtant je me vois mal regarder ça à la longue. D’une part parce que ce n’est pas mon style de série, d’autre part parce que je crains que le nombre d’épisodes ne soit assez élevé, au final. Sans parler du côté plutôt générique, qui risque de très vite me lasser.

N’étant pas fan de super-héros/comics américain, ça n’aide pas non plus, mais je ne serai pas surprise de voir la série débarquer dans peu de temps aux États-Unis, tant le concept s’y prête facilement. Ça m’aura donc laissé une bonne impression, car sans être extraordinaire cela reste  une bonne production pour le public auquel elle se destine, mais je préfère en rester là.

 

Hime Chen! Otogi Chikku Idol Lilpri

Little Princesses

Une nouvelle série de magical girls, celle-ci se concentrant sur trois héroïnes : Ringo, Reira et Natsuki. Ces trois petites filles sont en fait les Idol Princesses, mais elles sont également les incarnations de Blanche-Neige, Cendrillon et Kaguya-hime, trois princesses qui ont disparu du Monde des Fées… Elles doivent donc se transformer en idole pour rassembler des Happiness Tones grâce à leurs chansons, ce qui pourra sauver le Monde des Fées…

Je ne vais pas y aller par quatre chemins : la série est plutôt médiocre dans son genre, et est extrêmement répétitive, au point d’utiliser la MÊME chanson à chaque épisode. Et utiliser de la CG lorsque les héroïnes sont transformées n’était peut-être pas une bonne idée, surtout avec une CG aussi moche, du même niveau qu’un Gokujou!! Mecha Mote Iinchou. Bref, à oublier, car il n’y a pas grand chose à sauver là-dedans.

 

Mayoi Neko Overrun !

Stray Cats Overrun

Encore un anime bateau, avec l’histoire d’un lycéen qui travaille dans une pâtisserie, gérée par sa sœur. Un jour, cette dernière ramène une mystérieuse fille appelée Nozomi, et dont la coupe de cheveux ressemble à des oreilles de chat.

Comédie légèrement ecchi, quand même un peu meilleure que ce à quoi je m’attendais, mais néanmoins générique. Utiliser le cliché de la meilleure amie d’enfance tsundere qui est amoureuse du héros, ça devrait être interdit. :-( Et heureusement qu’elle n’est pas doublée par Kugimiya Rie, parce que ça aurait été la totale. Cela reste classique mais efficace pour qui aime le genre, et assez mignon ; en tout cas, je vais passer mon chemin.

A noter tout de même que l’originalité de cette série est d’avoir un réalisateur différent à chaque épisode (même si je n’ai pas vu de différences entre le premier et le second, mais bon…).

 

Giant Killing

Giant Killing

Quand on parle d’anime sur le foot-ball, on pense irrémédiablement à Captain Tsubasa et à ses terrains de quinze kilomètres de long. Les anime sur le foot relativement sérieux se comptent sur le doit d’une main, et c’est d’autant plus rare d’avoir une série qui se focalise davantage sur le monde professionnel que sur les compétitions de lycée. Et encore plus sur les séries qui sont narrées en ayant comme point central le  manager plutôt que les joueurs.

Le héros est Tatsumi, un entraîneur qui est allé en Europe où il a réussi à mener vers la gloire une petite équipe. De retour à Tokyo, il devient l’entraîneur de l’East Tokyo United. Seulement, le retour de Tatsumi au Japon n’est pas forcément bien pris. En fait, cette série me fait plus penser à une sorte de spin-off improbable de Captain Tsubasa, où Roberto aurait été le héros. Mis à part cela, l’anime possède une réalisation correct et un chara-design pour le moins original, sans parler d’une intrigue relativement intéressante.

Une très bonne surprise pour ma part, d’autant plus que je n’aime pas spécialement le foot, mais il n’y a plus qu’à espérer que l’intérêt soit maintenu à la longue.

 

Hakuouki

Hakuouki

Hakuouki, c’est l’adaptation de l’otome game (jeu de drague pour fille) de Idea Factory du même nom, sorti sur PS2, PSP, DS, et bientôt sur PS3. Ayant partiellement fait la version PS2 et étant sur le point d’entamer la version DS, j’étais plus qu’impatiente de voir l’adaptation de ce visual novel en anime.

Se déroulant à la fin de l’ere Meiji, la série met en scène les fameux shinsengumi. L’histoire commence avec l’héroïne qui vient à Kyoto afin de chercher son père, un médecin, mais qui se retrouvera très vite mêlée à une affaire des plus complexes, mêlant deux groupes de shinsengumi, dont un qui a volé un élixir appelé ochimizu, élixir donnant une force surhumaine à quiconque le boit, mais en contrepartie le rend complètement assoiffé de sang (non, ce n’est pas un spoiler), point qui sera sûrement dans peu de temps dans l’anime.

Pour une adaptation d’otome game, je trouve ça tout à fait potable : on est loin des adaptations des otome game de Koei, à commencer par la série des Angélique. Mais pour une première adaptation d’un jeu de ce genre  de chez Idea Factory, ca aurait pu être bien pire, d’autant plus que le staff n’est pas vraiment composé de débutants : on a même droit au réalisateur de Terra e et Itazura na Kiss. Ce n’est en tout cas pas aussi beau que dans le jeu original, mais les design de l’anime restent néanmoins superbes, et certaines scènes sont directement tirées des CG. Après il faut aimer les bishounen et les histoires qui prennent leur temps pour démarrer.

 

Working!!

Working!!

Et pour terminer ces impressions sur les séries du printemps, voici un petit anime qui ne paye pas de mine, mais que j’aime bien. Semblable à de la tranche de vie, on y suit le quotidien des employés d’un family restaurant situé à Hokkaido, notamment à travers les yeux de Takanashi Souta, un lycéen qui vient de commencer à y travailler.

En tout cas j’aime bien le design, je trouve ça mignon, et surtout ça a tendance à me mettre de bonne humeur. Et puis j’adore le personnage de Kyouko, la manager qui ne fiche absolument rien. Je vais en tout cas suivre toute la série. J’ajouterai aussi que le générique de début me rappelle beaucoup celui de Azumanga Daioh, pas au niveau de la musique mais au niveau du style utilisé, notamment dans sa seconde moitié…

 


… Et le reste des séries de cette saison que je n’ai pas regardées :

image13

  • Major Sixth Season, parce que je n’ai vu aucune des saisons précédentes.
  • Ikkitousen: Xtreme Xecutor, pour la même raison que plus haut.
  • Hetalia World Series, parce que je n’aime pas Hetalia.
  • Marie & Gali ver. 2.0, parce que je n’ai pas fini de regarder la première série, et que je ne sais pas si je la finirai un jour.
  • Shin Koihime†Musou ~Otome Tairan~, parce que le peu que j’ai vu de la première saison ne m’avait pas laissé un souvenir percutant.
  • Ookiku Furikabutte: Natsu no Taikai-hen, parce que je n’ai vu que le première épisode de la saison 1 mais que j’aimerais vraiment la regarder en entier, parce que j’en avais gardé un très bon souvenir.
  • Ketsu-Inu, parce que l’histoire d’un chien avec une tête de fesses (ketsu) qui se transmet à ses propriétaires, c’est trop WTF pour moi.
  • Metal Fight Beyblade: Baku, parce que cela ne m’intéresse pas du tout.
  • Doubutsu Kankyou Kaigi: Animal Conference on the Environment, pour la même raison.

 

37
Poster un Commentaire

avatar

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S'abonner  
Les plus récents Les plus anciens
Me notifier des
kyouray

« le premier épisode aurait fait un taux d’audience catastrophique »
Malheureusement, le dernier Yuasa n’a fait mieux non plus :(

T’es une fille, tu peux pas comprendre les liens tissés dans Rainbow.
Et vive Hoshi ! ★

Gemini
Gemini

Mais euh ! Et la saison d’Hiver ? Il manque la saison d’Hiver.

Pour ce Printemps, je suis 3 séries, sans compter celles qui ne sont pas encore fini : Giant Killing, K-On, et Angel Beats.

Je te rejoins sur ta pensée sur les 3 Royaumes, mais les otak préfèrent le moe, c’est bien connu. A la rigueur, tu auras toujours des extrémistes pour s’occuper des animes de méchas, mais alors pour un titre comme Sangokushi, on peut se gratter. Enfin je peux me gratter, vu que tu parles japonais.

Yhamm

pas vu un seul épisode de toute ta liste :D
à part ookiku en fait que j’attendais vraiment. j’suis pas particulièrement fan de baseball mais manga et 1ere saison anime sont vraiment excellent

Lu-sama

C’est quand même mal parti pour les séries d’Anime no Chikara. En fait l’originalité se situe dans les contextes historiques et le fait que les persos ne parlent pas tous la même langue. Ce serait plus des animes « culturels » qu’originaux. ^^ »

« et que la couleur verte des uniformes tue autant les yeux dans l’anime »
*u*
Je n’étais donc pas la seule dans mon coin à m’arracher les yeux à essayer de continuer cet anime~~

K-ON!! et Working sont mes favoris de la saison, avec B Gata H Kei. Faire en sorte qu’un anime se rapprochant de l’ecchi n’en fasse pas à l’écran, c’est fort. Surtout que les femmes sont au pouvoir et le gars est un type super banal (pas le BG parfait dont on a l’habitude), j’adhère. o/

Ça ne m’étonne pas que tu suives Hakuoki. ^^ Y a du choix faut dire, mais ça m’aurait amusé que le Shinsengumi soit composé d’aussi beaux éphèbes. x)

Et Angel Beats me tape sur le système tellement ça n’a aucun sens. C’est mon premier Jun Maeda, et c’est franchement pas convaincant. Sans compter que je n’aime pas non plus le chara-design, si les filles sont jolies, les mecs ressemblent à rien.

kyn

De bons petits animes que je regarde pour matter les bishoujos, pour me détendre et pour me taper une barre de rire ^__^
tes impressions sont toujours agréables à lire ;)

Deuz

Je crois que je vais essayer Arakawa Under the Bridge et Heroman, pour ma part. Enfin, faudrait peut-être que je me regarde enfin Higashi no Eden avant… (Je veux du temps !)Ha, et le manga WTF, Saint Young Men, que tu mets en lien : ça a l’air mortel !

Deuz

Ha, quelle honte ! C’était tellement évident pour moi que j’ai oublié d’écrire que j’allais bien sûr me jeter avec fougue et passion sur Yojouhan Shinwa Taikei ~ The Tatami Galaxy ! Tout le monde doit voir les animés de Yuasa ! Il faut manger et boire du Yuasa à tous les repas ! C’est bon pour la santé et c’est miam-miam pour le bidon ! Vive Kaiba ! (Et désolé pour la phrase avec deux « enfin » du commentaire précédent, c’est horrible à lire, je me dégoute… la fatigue… le boulot… tout ça…)

QCTX
QCTX

« lle peut être regardée indépendamment car ce n’est pas vraiment une suite, même si les thèmes sont identiques… un peu à la manière de la plupart des différentes séries de Pretty Cure. »
Oh, bordel, Tetho va encore nous spammer avec un anime de merde…

Emilio

Dommage que Saikyou Bushouden – Sangoku Engi aura très peu de chances d’être subbé, ça m’aurait intéressé de connaître 2-3 choses sur les 3 Royaumes…

J’suis sceptique vis à vis d’Angel Beats sans l’avoir vu encore, me demande si je dois regarder pour voir =\

Jacut

D’accord avec TOUT sauf Rainbow et Heroman sur lesquels j’ai l’avis inverse. Je trouve Heroman lourdinque avec son insupportable héros (héroïne ???) et son scénar’ niais malgré une partie technique au top, et Rainbow, c’est cliché, c’est bateau, c’est du bon gros drama carcéral à l’ancienne, mais qu’est-ce que c’est cool (avec une mention spéciale au générique de fin) ! Et le Youjohan Shinwa Taikei de Yuasa semble bien être la meilleure série de la saison comme prévu.

Dernier truc, il faut vraiment que tu vois Oofuri, niveau série de sport, personne n’a fait mieux à part Adachi.

Gemini
Gemini

Emilio >> Tourne-toi vers la version animée de 1990, elle est entièrement subbé ;)

hiroki t

exelen> que signifie « moe » et doit-on le prononcer « moé »?

Angelkappa
Angelkappa

Je l’attendais avec impatience ce billet.^^

Dans les série que je vais suivre il y a Uraboku (koyasu + bisho c fait pour moi huhu), Hakuouki (car j’aime bien le shinsengumi + bisho xD), Yojouhan Shinwa Taikei ~ The Tatami Galaxy (car j’ai adoré Kaiba, mais je regarderais quand kaze aura tout sorti) pareil pour Saraiya Goyou ~ House of Five Leaves. Ensuite Giant Killing car chara-design original + j’aime bien le foot >.>, Arakawa under the bridge car ça m’intéresse + koyasu huhu.

Ce que je vais peut-être suivre si j’ai le temps :
Working, Heroman, Rainbow, Kaichou wa maid-sama, Senkou no Night Raid, et peut-être Angel Beats mais je suis pas fan des concerts donc si y en a à chaque épisode ça sera s’en moi.

Je viens de remarquer qu’il y en a beaucoup, j’ai déjà du mal à finir ma plan to watch alors si j’en rajoute je finirais jamais T_T donnez moi du temps ;_;

Ialda

Wow c’est la saison des adaptations de Sangokushi ! Faut absolument que je mate celle avec Gundam, même si je suis surpris par la coprod chinoise, bien plus belle que ce laissait deviner les images du préprojet (et à des lieux du graphisme d’un Legend of Condor Heroes, il y a eu du progrès).

Yojouhan Shinwa Taikei m’a gavé, et mis à part le graphisme ou le thème (qui se rapproche de celui de Mind Game) je n’ai pas vraiment eu l’impression de mater du Yuasa. Bizarre.
Donc pour l’instant je pars sur du Saraiya Goyou, et Hakuouki m’interresse bien aussi ^^

nyo

Je me sentais un peu seul a suivre Jewelpets dans le coin (bon je l’avoue la premiere saison cassait pas trois pattes a un coindetable mais avait une poignee d’episodes sympatoches). Cette nouvelle iteration a un debut vraiment sympathique et surement plus oriente otaku que fillettes (dans la mouvance de Heartcatch precure?), apres dommage que ce soit boude par les teams de fansub, c’est plus dur d’en profiter :<

Night Raid devait faire partie des series que j’attendais le plus avec les noitaminA (meme si j’emettais quelques reserves cote revisionnisme historique qui s’annoncait) mais la je prefere me rabattre sur les noitaminA et un Arakawa pour mon trio de tete pour cette saison plus B Gata H Kei pour mon plaisir coupable.

Sinon matte Oofuri, c’est vraiment tres bon surtout si t’apprecies le baseball, la seconde saison s’annonce, au vu des premiers episodes, meilleure.

Aer

Plus trois milliards pour le combo de tête, et surtout Saraiya Goyou que j’ai trouvé visuellement magnifique.
Yojou-han ca semble sympa mais j’me demande quoi en penser pour le moment, l’épisode m’a plu, certes, mais peut être trop speed (j’veux dire, à un moment, ca sert à quoi de parler aussi vite ? Faire chier les fansub peut être xD ?)

A par ça, c’est toujours plaisant de voir ce qu’on a pu raté et je note le Saikyou Bushouden de coté ^^.

Gen'

kyouray > « T’es une fille, tu peux pas comprendre les liens tissés dans Rainbow. »

Bwahahah, très juste, une série bourrée d’hormones et de manly tears, ça change un peu des petits problèmes de femmelettes de la majorité des hommes de la production animée. Bon, je généralise, mais ces premiers épisodes furent très sympa à regarder, même si un peu stéréotypé sur les bords c’est vrai (le gardien a la tête du Joker, la directrice de l’orphelinat est une nymphomane pédophile, je sens qu’on aura droit à tout). Je crois que la subtilité est à chercher ailleurs (très loin).

Dommage que tout le monde passe à côté de Night Raid en pointant du doigt la complexité de la série, faudrait savoir ce que vous voulez tout de même. Sora no Woto était trop creux, celle-ci nous offre l’inverse, avec un background historique fouillé basé sur des faits réels et une touche de fantastique pas trop envahissante et utilisée intelligemment. Non, vraiment, je ne vois pas pourquoi je m’en priverais, d’autant plus que le casting de personnages est sympathique et intéressant à découvrir (la petite brunette me rappelle terriblement Chiko de Nijuu Mensou no Musume, c’est un bon point). Certes la série se traîne un air pompeux et n’a rien de bien transcendant, mais je dirais que ça fait partie de son genre, c’est quelque chose qui me plaît.

Même avis que Jacut en ce qui concerne Heroman, dont l’intérêt s’effrite davantage à chaque épisode d’un ennui mortel (même si techniquement agréable), et Saraiya Goyou est bien sympa même si le style dépressif m’inquiétait assez avant visionnage. Au final, ça rend assez bien et ça fait partie du charme de la série. Sinon, je suis à peu près les mêmes choses que toi, sauf Working!, Hakuouki, l’autre truc yaoiste (la flemme de faire un copié/collé) et KissxSiss, qui ne m’intéressent pas vraiment, et je te rejoins sur les divers autres avis.

hiroki t > « moe » se prononce bien « moé » (comme « animé » d’ailleurs même si on l’oublie un peu, prononciation japonaise oblige). C’était une vraie question, n’est-ce pas ?

nyo

J’exulte tellement une image de fangirl de 14 ans ? D:

Vanadis
Vanadis

ça me fait mal de me rabattre sur Otome Tairan quand je vois ce qu’on devrait avoir à la place et qui va rester dans un néant total.
Je veux bien me bouffer les raw de Saikyou Bushouden mais 52 épisodes, c’est long..