Tout d’abord, bonne année 2013~ Et qui dit nouvelle année dit bilans, avec un bilan personnel de l’année 2012 en terme de jeux vidéo. Pour ce bilan je me suis basée comme d’habitude sur les jeux faits en 2012 sans qu’ils ne soient forcément sortis cette année-là, et je vais suivre exactement le même modèle que celui utilisé pour 2011, 2010, 2009 et 2008, en classant tous les jeux que j’ai pu faire par hardware sans aucun ordre de préférence et en finissant avec des « prix », par catégorie.

 

PC

Je commence, une fois n’est pas coutume, par le PC. Finalement je n’aurais fait que quatre jeux dessus en 2012, car niveau confort je préfère quand même très largement jouer sur console.

Lire le texte caché

Je commence avec une petite curiosité, The Path, un jeu de Tale of Tales sorti en 2009 assez spécial et aux interprétations métaphoriques assez ouvertes. Je n’en avais jamais entendu parler jusqu’à il y a quelques mois avant de tomber par hasard sur le site officiel, et le fait que ce soit une sorte d’adaptation horrifico-psycho-fumeuse du Petit Chaperon Rouge avait attisé ma curiosité. Globalement j’ai bien aimé parce que c’était quand même assez tordu et malsain, mais ce n’est clairement pas pour tout le monde.

La version PC de Dark Souls sortie cet été, comprenant donc le DLC des versions consoles qui sortira un peu plus tard, et que j’ai achetée après avoir appris l’existence du fameux patch qui fixait la résolution et le framerate, et améliorait bien d’autres choses. Effectivement après mes centaines d’heures sur la version console j’ai redécouvert le jeu et c’est là que je me suis rendue compte que ça fourmillait de détails. J’étais même surprise de voir que Quelaag avait une queue de cheval, alors que sa chevelure avait l’air d’être une bouillie de pixels sur PS3. En tout cas je plains quand même les pauvres joueurs qui y jouaient la première fois sur PC à cause de ça, si ça a vraiment été mis en place. ;)

Et un eroge pour changer avec Se Kirara, qui est en fait un visual novel non amateur de Native offert gratuitement (ils se rattrapent visiblement sur les ventes de goodies et figurines), et qui fut pendant un temps téléchargeable sur le site officiel. Je l’ai donc fait par curiosité mais je me suis juste contentée de la route de Izumi tellement c’était navrant et que ça ne m’a pas du tout donné envie de faire les autres. La faute à des personnages insipides, une histoire inintéressante sur le thème de l’adolescence, et certaines voix féminines suraiguës qui m’ont tué les oreilles. A éviter, d’autant plus qu’il y a tellement mieux en terme de visual novel.

Beneath a Steel Sky est un point and click sorti en 1994 disponible gratuitement depuis 2003 en tant qu’abandonware, et que je voulais faire depuis longtemps. Si je l’ai trouvé assez court, j’ai en revanche plutôt bien aimé son humour noir et son univers futuriste à la Blade Runner. Je regrette de ne pas l’avoir fait plus tôt, même si je trouve qu’il n’a pas trop mal vieilli. D’ailleurs il faudrait également que je fasse un de ces quatre la série des Chevaliers de Baphomet, par le même studio.

 

PlayStation 3

Seulement dix jeux faits sur PS3 cette année, titres issus du PSN compris, mais cela s’explique aussi par le fait que ma PS3 japonaise a rendu l’âme trois ans après son achat (le fameux YLOD). Et après on se plaint des RROD de la Xbox 360… J’ai toutefois pris une PS3 slim européenne (pas le nouveau modèle tout moche vendu bien plus cher) en octobre dernier, en espérant qu’elle tienne plus longtemps que la précédente.

Lire le texte caché

Bref, pour les jeux faits en 2012 il y a donc tout d’abord Asura’s Wrath, le jeu bourrin à base de QTE de chez Capcom : une bonne surprise pour ma part, surtout après tout le mal que j’avais entendu dessus, et qui m’aura donné l’impression de regarder un anime, les DLC faisant office d’OAV. Dommage que ces DLC contiennent la véritable fin du jeu, mais le final grandiose était digne de celui de Gurren Lagann. Un jeu pour ceux qui aiment les combats démesurés, en tout cas.

Après un Tales of Xillia extrêmement décevant et indigne d’un épisode censé fêter les 15 ans de la série des Tales of, j’ai longuement hésité avant d’acheter sa suite, qui ne m’inspirait pas plus que ça. Heureusement pour lui, Tales of Xillia 2 est nettement plus intéressant que son prédécesseur et arrive miraculeusement à gommer la plupart de ses défauts. C’est également le premier Tales of que je trouve rafraîchissant car pour une fois différent de ce que propose habituellement la saga, même si avoir droit ici à un héros muet m’aura quand même un peu gênée. Petite ombre au tableau : étant donné qu’il s’agit d’une suite directe il faut subir le même level design douteux des donjons et villes issus du premier jeu (c’est-à-dire la quasi-totalité), et les nouvelles musiques sont encore plus quelconques. Mais c’est quand même un Tales of très sympa et bien plus complet que son prédécesseur (tout le contenu annexe manquant du premier volet se retrouve dans ce jeu), et avec des petits trucs en plus inutiles que j’ai bien aimés comme la possibilité de prendre à tout moment des screenshots du jeu via le menu XMB de la PS3.

Une sacrée déception que Les Royaumes d’Amalur : Reckoning, un RPG dont l’argument de vente principal était d’avoir été scénarisé par R.A Salvatore. J’ai trouvé ça très vite répétitif, vide, un peu trop facile, et surtout inintéressant au niveau du scénario malgré un univers riche, alors que j’avais pourtant bien accroché à la démo. Le jeu a l’air cependant très long : je l’ai abandonné au bout de 25 heures parce que j’en avais marre, mais je n’avais pourtant même pas fait la moitié de la quête principale. Un RPG vaste et coloré pour lequel je n’ai décidément vraiment pas réussi à rentrer dedans.

Ah, Mass Effect 3, et sa fin qui avait fait hurler bien des internautes. Comme je l’avais écrit dans mon bilan pour 2011 à propos de Mass Effect 2, j’ai joué à cette série comme je regarde un blockbuster Hollywoodien, donc je n’en ai jamais attendu grand chose et au final j’ai bien aimé cette trilogie, ne serait-ce que pour son univers travaillé, avec une préférence pour le second volet. Et étant donné que mon Shepard aura été une véritable ordure tout le long, l’expérience fut assez… amusante. Surtout dans ce Mass Effect 3. En revanche je dois être la seule à littéralement détester les combats dans les Mass Effect vu ce que je pense des TPS, du coup j’ai apprécié l’apparition d’un mode Histoire qui permet justement de s’en débarrasser très vite.

J’ai également fini par acheter Dreamy Theater 2nd, le second Dreamy Theater pour Project Diva sorti il y a un moment, et qui comprend également les chansons du premier Dreamy Theater. Une initiative sympa mais qui laisse toutefois un arrière-goût un peu amer à ceux qui avaient acheté le premier Dreamy Theater puisque ce dernier ne sert donc plus à rien. Toujours aussi addictif et un poil plus joli que le premier, c’est clairement un achat obligatoire pour les fans des Vocaloids. Vivement la sortie de Project Diva F sur PS3, en tout cas.

Lire le texte caché

Je pourrais classer Dragon’s Dogma dans les jeux que, sur le coup, j’ai bien aimés, mais dont au final je n’en ai pas retenu grand chose plusieurs mois après. Il y avait quand même des choix très étranges dont les crédits de fin qui apparaissent bien avant la fin du jeu en lui-même, et des ajouts arrivés tardivement comme le mode difficile. Parce que malheureusement, quand ton personnage a dépassé le niveau 100, il n’y a plus vraiment de challenge. Si on peut oublier son scénario, je retiendrai surtout de ce jeu ses combats, son système de pions mais aussi le combat en ligne contre le Ur Dragon, une idée assez sympa où les dégâts infligés sont causés par tous les joueurs du monde entier.

Une bonne petite surprise que ce Sonic All-Stars Racing Transformed alors que je n’avais pas du tout touché au premier jeu. Il est arrivé pile poil au moment où je cherchais justement un jeu de ce genre sur PS3, et après avoir lu des avis très variés dessus je l’ai finalement acheté sur le PSN. Et je ne l’ai pas regretté car c’est un bon petit jeu de kart très « arcade » et surtout bien fun, même si le mode en ligne est quand même un peu désert (ou alors tout le monde y joue sur Xbox 360 ? D:). Et quel plaisir de parcourir des circuits basés sur des licences telles que Skies of Arcadia, After Burner ou encore Panzer Dragoon. Un très bon palliatif à Mario Kart, en somme.

La loi de la jungle dans un monde où les humains ont disparu de la surface de la planète : Tokyo Jungle est le jeu idéal pour tous ceux ayant un jour rêvé d’incarner un loulou de Poméranie devant survivre dans des rues de Tokyo devenues bien hostiles. Un jeu de survie atypique et plutôt addictif où on peut incarner aussi bien un prédateur qu’une proie, et que j’ai globalement bien aimé, même si je n’ai fait que le mode Survie et pas du tout touché au mode Histoire.

J’avais acheté Journey complètement par hasard en le voyant premier sur la liste des jeux les plus téléchargés sur le PSN japonais, et je ne l’ai pas regretté une seule seconde. Je ne savais tellement rien sur ce jeu, si ce n’est qu’on le devait aux créateurs de Flower (que je n’avais pas aimé plus que ça…), que j’ignorais même qu’il proposait une sorte de mode multijoueur : je m’en suis seulement rendue compte en tombant sur d’autres joueurs qui avaient un comportement bien trop réaliste pour être de simples NPC. Si le jeu est très court ça n’en reste pas moins un formidable voyage, que je n’ai pas hésité à compléter plusieurs fois. Une bien bonne surprise et mon gros coup de cœur de l’année, tout simplement.

Pour finir, un petit mot à propos du DLC de Dark Souls, que j’ai également acheté sur le PSN après avoir pris la version PC parce que je suis un pigeon. Mais Dark Souls, je préfère quand même y jouer sur console pour le confort mais aussi pour le mode en ligne, où là au moins je suis sûre de ne pas me retrouver face à des joueurs avec la jauge de vie infinie (il parait qu’ils sévissent aussi sur Xbox 360). Un DLC que j’ai beaucoup aimé et relativement long à faire, et qui apporte au passage quelques petits changements et patchera certains bugs mais bien trop tard, malheureusement.

 

PlayStation Portable

Lire le texte caché

La PSP, c’est un peu ma console d’otaku. La console des petits plaisirs coupables vu la ribambelle de galge et autres otome games dessus, sans parler de sa tonne de RPG. Je commence par le tactical-RPG Jeanne D’Arc acheté début 2012 complètement par hasard dans un magasin de Akihabara qui proposait un rayon spécial jeux en langue étrangère… ces derniers étant parfois vendus moins chers que leur équivalent japonais. Du moins pour la PSP, parce que la version américaine de Atelier Rorona sur PS3 à 7000 yens, ouille… Donc pour en revenir à Jeanne D’Arc, ce fut une bien bonne surprise, surtout de la part d’un RPG de Level-5. Un titre assez sympa et très coloré avec des personnages à l’accent anglais so frenchy assez fabuleux et des tas de libertés historiques et géographiques qui pourront faire sourire. Ils ont même réussi à brûler Jeanne D’Arc sans la brûler, c’est dire. :’)

J’enchaîne avec Hatsune Miku – Project Diva 2nd et Project Diva Extend, après avoir joué au premier Project Diva il y a deux ans. Cela reste dans la même veine avec cependant de nettes améliorations au niveau graphique et quelques petits changements en terme de gameplay, mais pour le reste c’est le jeu idéal pour les fans mais aussi pour ceux qui veulent découvrir de nouvelles chansons des Vocaloids. Quant à la version extend, elle comporte bien plus de nouveautés que ce à quoi je m’étais attendue, et vaut donc quand même le coup. Un achat là encore obligatoire pour les fans de Vocaloid mais aussi pour les fans de jeux de rythme musical, à condition de ne pas être allergique à la J-POP.

Encore un jeu acheté un peu au hasard quand j’étais au Japon et que j’ai finalement beaucoup aimé. Peut-être parce que je ne suis pas spécialement fan de la franchise Fate et que je n’en ai un peu rien à faire de tout ce qui est estampillé Type-Moon, qui sait. Ce Fate/Extra est quand même un RPG très verbeux où on retrouve finalement cet aspect visual novel, ce qui n’aura pas été pour me déplaire. J’ai bien aimé les personnages (et je préfère nettement cette Saber-là) ainsi que le scénario même si ça part dans un gros délire bien fumeux vers la fin (sacré Nasu, va), j’ai trouvé les musiques sympas, et même les combats façon papier-caillou-ciseaux et les donjons vides ne m’ont vraiment pas dérangée. J’ai même fini le jeu trois fois avec chaque servant différent, j’ai aimé le chara-design très particulier et j’attends impatiemment la sortie de Fate/Extra CCC, suis-je normale ? D:

Time Travelers est l’un des nombreux titres de Level-5 auxquels j’ai joués en 2012 (ils ont été très prolifiques cette année-là). Sorti également sur PS Vita et Nintendo 3DS, si je l’ai finalement acheté sur PSP c’est parce que c’était tout simplement la version la moins chère. Sorte de visual novel avec de nombreux choix et quelques QTE par-ci par-là, j’ai surtout eu l’impression bizarre de plutôt regarder un drama. Relativement court pour un jeu du genre (une douzaine d’heures pour le finir de mon côté), j’ai globalement bien aimé même si j’en attendais un peu plus. Sympa, mais pas inoubliable.

Lire le texte caché

Et voici les jeux de la honte, comme j’aime à les appeler. Et encore plus quand il s’agit d’otome games et de Hakuouki. (○´ω`○) Bref, donc dans le lot il y a la version anglaise du jeu original, renommée Hakuoki: Demon of the Fleeting Blossom aux Etats-Unis. Et c’est déjà un miracle d’avoir un otome game qui arrive en occident et encore plus sur PSP (merci Aksys Games), donc je n’allais pas me priver d’autant plus qu’il faut bien soutenir ce genre d’initiative. Car j’avais déjà fait la version japonaise, mais là j’en ai profité pour finir les routes qu’il me manquait.

Les trois jeux suivants sont quant à eux Japan only, avec le très sympathique Hakuouki : Zuisouroku qui apporte un peu plus de profondeur aux personnages et quelques bonus amusants dont une parodie dans un lycée moderne, Hakuouki : Yuugiroku qui est en fait une série de mini-jeux assez moyens, et pour finir sa suite spirituelle Hakuouki : Yuugiroku 2 illustrée par l’un des imitateurs de Kazuki Yone vu que cette dernière a depuis le temps quitté Otomate, et que j’ai trouvé amusant tellement c’était du n’importe quoi et que Idea Factory devrait arrêter de faire des jeux estampillés Hakuo(u)ki. Je pense qu’avec ça j’ai fait le tour de la franchise : Reimeiroku ne m’intéresse pas vraiment et il est hors de question que je touche à Hakuouki : Bakumatsu Musou Roku, un Dynasty Warriors du pauvre… qui va lui aussi être localisé.

 

Xbox 360

Lire le texte caché

Seulement trois jeux cette année, avec tout d’abord le beat them all mythique de la Saturn, Guardian Heroes, dont j’ai profité de la sortie sur le Xbox Live Arcade pour me mettre dans le bain avant de plonger dans sa suite spirituelle Code of Princess sur 3DS. Toujours aussi bon, toujours aussi bordélique, ça m’a fait plaisir d’y rejouer d’autant plus que ce « portage » est de très bonne facture.

J’avais fait Skyrim sur PS3. Et voilà que je fais son extension Dragonborn sur Xbox 360. Parce que j’ai entre-temps acheté une Xbox 360 européenne sur Amazon, où on pouvait en trouver lors du Black Friday au même prix qu’une… 3DS. Car ma Xbox 360 d’origine est japonaise (donc obligation de passer par la case import à cause du zonage de la majorité des jeux) et, comme il s’agit d’un ancien modèle sans prise HDMI ni WiFi et qui fait un bruit d’avion au décollage, je me suis dit qu’investir dans une slim ne serait pas un mal. Donc en achetant une nouvelle Xbox 360 Skyrim était offert avec, et vu le nid à bugs qu’est Skyrim sur PS3 je me suis dit pourquoi ne pas voir un peu à quoi ressemble cette version Xbox et également en profiter pour faire les DLC (dont la sortie sur la console à Sony n’est même pas garantie), et en particulier Dragonborn. Qui fut finalement une bonne surprise, bien plus exotique que le jeu principal, avec un visuel rappelant davantage Morrowind. J’ai également bien senti la différence en terme de difficulté par rapport au jeu principal ; pas mal de nouveautés et un contenu vraiment intéressant font que j’ai finalement bien aimé cette extension malgré son prix quand même élevé.

The Walking Dead, une autre bonne surprise de cette année, achetée par curiosité finalement très récemment (mi-décembre) parce que tout le monde en parlait. Je me méfie normalement de tout ce qui est hype parce qu’on en ressort forcément déçu, mais au vu style du jeu qui avait l’air purement narratif et son côté point and click j’ai donc décidé de me laisser tenter. Ce fut en fait une surprise dans tous les sens du terme : je n’avais jamais entendu parler de la franchise avant, j’ignorais qu’il y avait une série TV et encore moins que c’était adapté d’un comics (je sais, je suis un peu à la rue à ce niveau-là), c’est donc juste en sachant seulement que ça parlait de zombies que j’ai lancé le premier épisode… en enchainant les jours suivants les quatre autres. J’ai vraiment beaucoup aimé et j’ai trouvé ça vraiment passionnant à suivre notamment au niveau des nombreux choix à faire, même si aucun d’entre eux ne change le cœur-même de l’intrigue. Sûrement ma meilleure surprise (tardive) de l’année, et maintenant ça va être d’autant plus difficile d’attendre la future saison 2.

 

Nintendo 3DS

J’attaque maintenant la 3DS, la console que j’ai probablement la plus utilisée cette année. Réticente à me la procurer au départ (3D inutile qui donne mal à la tête, zonage aberrant pour une portable…), lorsque je me suis aperçue que le nombre de jeux qui m’intéressaient dessus était finalement assez élevé, j’ai décidé de franchir le pas en avril 2012 en m’achetant la console avant de quitter le Japon. Car si la console est zonée, autant prendre la version japonaise et éviter ainsi de passer à côté de nombreux jeux qui ne sortiront jamais du pays.

Lire le texte caché

L’un des premiers jeux que j’ai pu faire fut le très bon Fire Emblem : Awakening, dernier épisode en date du célèbre T-RPG qui se sera quand même bien modernisé avec ce volet et qui propose un scénario mêlant voyages temporels et univers parallèles (on remarquera que c’est un thème très à la mode dans les RPG sortis en 2012 au Japon…) qui m’aura pour une fois captivée, bien que le fond ne change pas : ça reste du pur Fire Emblem. J’ai vraiment adoré, j’ai passé presque une centaine d’heures dessus, et c’est à mon humble avis l’un des indispensables de la console.

L’autre gros RPG de la console est Bravely Default : Flying Fairy et son plot twist plutôt controversé qui ne plaira pas à tout le monde ; un RPG faussement à l’ancienne doté d’un système de jobs terriblement addictif et d’une utilisation intelligente des fonctionnalités en ligne puisque cela a même une incidence sur le déroulement du combat final. Une bien bonne surprise gâchée par quelques défauts qui, je l’espère, seront corrigés dans le futur second volet. Mais en tout cas si il y a bien une chose que je retiendrai de Bravely Default c’est sa magnifique bande-son, qui m’aura assez marquée. Un bon petit RPG qui mériterait vraiment une sortie en occident.

Code of Princess est la suite spirituelle de Guardian Heroes, et quelle déception. La liste des défauts serait trop longue à énumérer, mais ce qui gêne le plus, c’est de découvrir que le jeu est lent. Mais vraiment LENT. Quand l’héroïne Solange saute dans les airs, on dirait qu’elle est en apesanteur sur la Lune. Mais la catastrophe se trouve surtout au niveau du mode en ligne où ça rame tellement que c’est absolument injouable. Dommage. J’ai entendu dire que la version américaine avait été améliorée de ce côté-là, et j’espère sincèrement que c’est vrai.

Une autre déception (et ça ne va pas être la dernière) avec New Love Plus, le simulateur de petite copine japonaise de chez Konami. Un jeu vraiment amusant sur DS mais qui ici se révèle être non seulement bourré de bugs mais qui en plus souffre de longs temps de chargement. Ce jeu est une véritable torture, à un point tel que je n’y ai joué que quelques heures et que, n’en pouvant plus, je l’ai effacé de ma 3DS (non seulement il s’installe sur la carte SD de la console mais en plus il bouffe énormément de place), l’ai rangé dans sa boîte et n’y ai plus jamais touché. Et je ne veux pas y retoucher de sitôt (et c’est quelqu’un qui a passé de nombreuses heures sur le Love Plus original qui dit ça).

J’ai fait aussi Mario Kart 7, parce que j’achète toujours un Mario Kart quand j’achète une console Nintendo. C’est un peu comme aller acheter son pain à la boulangerie, c’est une sorte d’habitude, en fait. Bref, cela reste du Mario Kart : c’est addictif, c’est fun, mais même en y ayant joué énormément je suis toujours aussi nulle.

Lire le texte caché

Ma petite drogue du moment sur cette console est Animal Crossing New Leaf, une bien bonne surprise car je n’attendais pas plus que ça le jeu, ayant été un peu déçue au final par le volet Wild World sur DS et n’ayant pas du tout aimé la version Wii, qui n’était qu’un simple portage avec quelques ajouts en plus. Je ne m’attendais pas à ce que ce volet sur 3DS propose enfin des tas de nouveautés et un début légèrement différent puisque cette fois-ci le joueur se retrouve être le maire de son propre village. C’est très addictif, et j’apprécie également la bonne idée d’avoir mis un système de QR codes pour les vêtements (il suffit d’aller faire un tour sur Pixiv avec le tag マイデザイン pour voir les créations très otaku des joueurs japonais et les intégrer dans son jeu). Même le système de Streetpass trouve également toute son utilité ici, puisque Streetpasser un joueur fera apparaître sa maison et son personnage dans une section spéciale de son propre village, avec la possibilité de visiter la maison en question et de commander les fournitures qui s’y trouvent. Sympa.

Encore un jeu Level-5 avec Fantasy Life, un « RPG » développé par Brownie Brown avec à la bande-son un certain Nobuo Uematsu et derrière les dialogues du jeu un certain Shigesato Itoi (Mother)… Si il a été annoncé que le jeu est un RPG dans lequel il est possible de ne faire aucun combat (et c’est vrai), il s’apparente cependant davantage à une sorte de mélange entre un Harvest Moon et un Animal Crossing. Il y a bien une trame principale sous fond de souhaits à réaliser, mais elle n’est finalement pas très importante : comme son titre l’indique, Fantasy Life permet de vivre une vie fictive dans un monde qui propose de choisir dès le départ un job (que l’on pourra changer à volonté), allant de chevalier à cuisinier en passant par bûcheron. Pour avoir commencé en tant que couturière (soyons fous) puis avoir basculé en chasseur/archer, j’ai remarqué que les jobs ont l’air d’offrir un style de jeu radicalement différent et que chacun d’entre eux a l’air d’être assez complet et bien fourni au niveau des skills à débloquer. Si la trame principale est assez courte (26 heures pour ma part), sa durée s’annonce gigantesque si on tient à le finir à 100 %. Cela reste cependant un titre davantage destiné aux enfants, mais il est plutôt agréable et je l’ai globalement bien aimé.

Grosse déception que ce Professor Layton VS Ace Attorney : ça commençait pourtant bien parce que ça promettait un crossover des plus intéressants qui permettait également de retrouver Phoenix et Maya ; mais le jeu en lui même est au final beaucoup trop facile et le scénario beaucoup trop rocambolesque pour être pris un tant soit peu au sérieux. Lors du dernier chapitre j’en avais franchement plus rien à faire de tout ce petit monde et de cet univers médiéval, et j’ai eu comme un soupir de soulagement en voyant enfin arriver les crédits de fin. Finalement les DLC gratuits, plutôt courts, sont nettement plus digestes que l’intrigue principale. En tout cas je ne reviendrai pas dessus car j’ai suffisamment parlé en long, en large et en travers des problèmes de ce jeu dans ma critique. Certainement ma plus grosse déception de 2012.

Au contraire, je n’attendais tellement rien de Girls RPG : Cinderelife que j’ai littéralement été charmée. Un RPG sexiste où le joueur incarne une hôtesse de bar sous fond d’histoire fumeuse à base d’expériences scientifiques et de papillons du bonheur ? Je n’en ai pas rêvé, mais Level-5 (encore eux !) l’a fait. Au final j’ai bien aimé ce jeu, car on peut dire qu’au moins c’était original, même si c’était dur d’ignorer tout ce côté très girly. Dommage qu’il se soit ramassé dans les ventes au Japon, parce qu’il n’est vraiment pas mauvais.

Final Fantasy Theatrhythm, dont je n’arrive jamais à écrire le titre correctement, est un jeu que je voulais acheter en priorité sur 3DS depuis que j’avais essayé la démo lors du Tokyo Game Show de 2011. C’est clairement du pur fan service pour les plus nostalgiques, et j’ai vraiment beaucoup aimé. Une sorte de jeu de rythme musical que je qualifierais de « pour les nuls », surtout en comparaison avec Project Diva, car nettement plus simple je trouve en terme de prise en main. En revanche, j’ai honte, mais j’ai acheté tous les DLC…

Lire le texte caché

Bon, ça va être le dernier jeu estampillé Level-5 du lot. Je n’ai pas joué à la version vendue en boutique de Guild 01 mais acheté les jeux un par un sur l’eShop, donc pour économiser de la place je vais tous les regrouper ici. D’autant plus que le seul que je n’ai pas fait est Kaihou Shoujo/Liberation Maiden car je n’avais pas accroché à la démo. Pour le reste, j’ai moyennement apprécié Aero Porter, jeu de réflexion se basant sur l’acheminement des bagages en soute dans le bon avion : intéressant au départ, j’ai fini par m’en lasser assez vite car c’est très répétitif. J’ai en revanche bien plus apprécié Rental Bukiyade Omasse, un jeu finalement très drôle où on loue des armes à des aventuriers, armes qu’il faudra d’ailleurs fabriquer via une sorte de jeu de rythme. Assez drôle et plein de bonnes idées, mais vite répétitif. Le dernier, Crimson Shroud, est le fameux RPG que l’on doit à Matsuno. Avec tout le mal que j’avais entendu dessus je n’étais pas pressée d’y jouer… et finalement j’ai beaucoup aimé, ça m’aura rappelé Radical Dreamers, avec en prime un côté « jeu de plateau » qui passe infiniment mieux que dans un certain Unlimited Saga. La traduction anglaise (disponible dans la version japonaise du jeu vendue sur l’eShop) est également de très bonne facture. Je n’en attendais vraiment rien, et au final j’ai été très agréablement surprise.

Kid Icarus : Uprising est un titre acheté uniquement parce que j’avais entendu de bons retours dessus et qu’on me l’avait conseillé. Ce n’est absolument pas mon genre de jeu, mais j’ai quand même bien aimé même si il s’agit pour le moment du seul jeu 3DS qui m’aura fait très mal à la main : heureusement que les niveaux sont courts. En tout cas j’ai surtout aimé l’humour omniprésent et les personnages vraiment très vivants et attachants. Une bien jolie surprise, et qui de plus a été adaptée sous forme de courts anime disponibles pendant un moment sur l’eShop, dont un assez amusant et que l’on doit au studio Shaft.

 

Wii

Lire le texte caché

Et un petit passage rapide par la Wii, à commencer par le désastreux Animal Crossing – Let’s Go to the City, piqué à ma frangine. Un portage de la version DS avec quelques trucs en plus jour justifier l’achat, mais c’est tout. Une belle déception, même si je m’y attendais un peu.

Tales of Symphonia : Knight of Ratatosk, ou le jeu uniquement acheté parce que je l’avais trouvé pour une misère dans un Book Off. Je n’ai vraiment pas entendu beaucoup de bien sur cette suite, et effectivement même si ça se laisse jouer il s’agit d’un RPG largement dispensable et plutôt quelconque dont j’ai déjà oublié le scénario, c’est dire. Sans être horriblement mauvais non plus, le tout n’est pas aidé par ses personnages navrants avec en tête son héroïne Marta, doublée par l’insupportable Kugimiya Rie. Et mes oreilles n’ont pas aimé.

Un jeu pour ceux qui aiment tout ce qui est stupide et adorent les chats, ça existe, et c’est Sukeban Shachou Rena. Un titre complètement barré mais tellement japonais dont le gros défaut est sa répétitivité. Pour le reste, je renvoie à ma critique car je ne tiens pas à en reparler, pour ma santé mentale.

Et pour finir, Super Mario Bros Wii, sorte de « best of » de la franchise et pour lequel je n’ai donc pu essayer que le mode multijoueur il y a déjà plusieurs mois. C’était bien marrant, et finalement à deux c’est beaucoup plus difficile d’avancer que tout seul. Il est d’ailleurs dommage qu’il n’y ait pas de Mario qui propose les mêmes fonctionnalités mais avec un mode en ligne, il y aurait franchement du potentiel…

 

Sega Saturn

 

Lire le texte caché

Cette année ma Saturn n’aura fait tourner que deux jeux. Et en 2013 probablement aucun car je vais finalement la laisser en France. Le premier jeu est Black/Matrix, un T-RPG que j’ai bien aimé et qui m’aura fait lâcher… Tactics Ogre sur PSP, alors à peine entamé. Pourtant ce Black/Matrix est nettement moins riche, mais j’ai été davantage intriguée par son scénario. Le jeu propose d’incarner un personnage aux ailes d’ange, race jugée inférieure réduite en esclavage par ceux possédant des ailes noires de démon. Le joueur incarne Abel, un humain amnésique aux ailes d’ange vendu comme esclave à l’une des héroïnes du jeu que l’on choisit dès le départ, et qui finit par tomber amoureuse de lui (c’est un jeu tout public, je précise :p). Si les « maîtres » sont toutes des filles, il existe cependant un code secret à entrer à l’aide de la manette à l’écran titre et qui permet de débloquer un nouveau maître, Zero, qui est lui de sexe masculin. Et là ça transforme donc le jeu en quelque chose de très homoérotique : les amateurs de yaoi apprécieront. En tout cas ce T-RPG est très sympa, possède plusieurs fins dont des mauvaises assez surprenantes, et m’aura donné envie de m’intéresser aux autres titres de la franchise Black/Matrix.

Et pour finir ce bilan, terminons par la daube de cette longue liste de jeux faits en 2012, à savoir Sailor Moon SuperS Various Emotion. Acheté pour une poignée de yens au Japon, je savais que ce jeu n’avait pas une réputation des plus glorieuses mais c’était encore pire que ce à quoi je m’étais attendue. Mais vraiment. L’intro en CG est flippante, les personnages sont modélisés en 3D et le rendu n’est pas vraiment à la hauteur. Sans parler des temps de chargement (15 secondes entre chaque combat ?!). Le point positif sont les scènes en anime et la possibilité d’enfin voir la scène de transformation de Sailor Saturn (inédite dans l’anime), même si elle est courte. A part ça, le reste est à oublier.

 



Les « prix » de 2012

Bien entendu, cela concerne uniquement les titres sortis en 2012 et auxquels j’ai pu jouer.

 

DÉCEPTION DE L’ANNÉE

Professor Layton VS Ace Attorney

J’ai vraiment été déçue par ce crossover, qui aurait pu donner quelque chose de très bien, surtout avec de telles franchises à l’affiche. Mais trop de défauts viennent gâcher le tout malgré un début qui semblait prometteur, et la faute en revient surtout aux gros problèmes de rythme et à la grande facilité du jeu, le joueur étant très guidé lors des procès et les énigmes à résoudre étant bien trop simples. Sans parler du scénario plutôt tarabiscoté aux rebondissements assez ridicules et du doublage complètement raté de Phoenix et Maya. La seule chose que je retiendrai de ce jeu est sa bande-son avec ses réarrangements de thèmes célèbres issus de la série des Layton et des Ace Attorney. Finalement, il aurait mieux valu laisser ces franchises chacune dans leur coin…

  • Déception de 2011 : Tales of Xillia
  • Déception de 2010 : Final Fantasy XIII
  • Déception de 2009 : Star Ocean – The Last Hope
  • Déception de 2008 : Infinite Undiscovery

 

COUP DE CŒUR MUSICAL DE L’ANNÉE

Bravely Default : Flying Fairy

J’ai eu un très gros coup de cœur cette année pour la bande-son du RPG de Square Enix Bravely Default, et que l’on doit à Revo (Sound Horizon/Linked Horizon). C’est joli, c’est varié, et si l’OST vaut le coup, les autres CD sortis (Luxendarc Daikikou et Luxendarc Shoukikou) reprenant quant à eux quelques thèmes mais en version chantée sont tout aussi intéressants à écouter. Surtout les thèmes des combats et le long medley Luxendarc Kikou, reprenant l’intégralité des field themes du jeu. Une bien bonne surprise en tout cas, et j’espère que la bande-son de la suite de Bravely Default sera du même acabit… parce que sans sa bande-son j’aurais certainement un peu moins aimé le jeu.

Pour les autres musiques de 2012 je retiendrai également la bande-son de Journey (encore lui) et son thème de fin I was born fo this, mais aussi certains thèmes de Fire Emblem : Awakening plutôt réussis comme Don’t you dare mock my sister’s words!.

  • Coup de cœur musical de 2011 : Catherine (PS3)
  • Coup de cœur musical de 2010 : NieR (PS3)
  • Coup de cœur musical de 2009 : Final Fantasy XIII (PS3)
  • Coup de cœur musical de 2008 : Sigma Harmonics (DS)

 

MEILLEURE SURPRISE DE L’ANNÉE

The Walking Dead

Un peu comme pour Journey, en voilà un jeu finalement souvent assez cité dans les tops de 2012 et qui figure pour ma part parmi les meilleures surprises de cette année tellement je n’en attendais rien à la base. L’ayant acheté sans rien connaître de la franchise originale dont je n’avais jamais entendu parler auparavant, j’ai finalement bien plus aimé que ce que à quoi je m’étais attendue. Au bout du compte je suis bien contente d’avoir pu faire les cinq épisodes d’un coup, car je pense que l’attente entre chacun d’entre eux aurait été très difficile. Un jeu qui laisse la part belle à la narration et de plus plutôt bien écrit, et dont j’attends une seconde saison avec impatience.

  • Meilleure surprise de 2011 : Pandora’s Tower (Wii)
  • Meilleure surprise de 2010 : Malicious (PSN)
  • Meilleure surprise de 2009 : Sakura Note (DS)
  • Meilleure surprise de 2008 : Professeur Layton et l’Étrange Village (DS)

 

COUP DE CŒUR DE L’ANNÉE

Journey

Pas vraiment de surprise au final pour ce coup de cœur de l’année avec le certes court mais envoutant Journey, et qui est souvent cité dans les bilans de 2012. Un titre plutôt poétique qui fut ma meilleure expérience de cette année et que je ne pensais pas adorer, et puis j’ai trouvé ça tellement mignon tous ces joueurs qui dessinaient des cœurs dans la neige au sommet de la montagne. :’) Pour ma part le jeu aura également vu sa longévité nettement rallongée grâce à ses fameux glitch worlds, ces lieux accessibles uniquement à des endroits bien précis via un glitch et où le joueur n’est certainement pas censé se retrouver. Des « mondes » un peu perdus en quelques sortes, où j’ai été bien surprise de souvent y trouver un autre joueur faisant visiblement lui aussi un peu de tourisme dans ces immenses zones inconnues. Et là, la dimension de voyage prend toute sa saveur.

  • Coup de cœur de 2011 : Dark Souls (PS3)
  • Coup de cœur de 2010 : Xenoblade (Wii)
  • Coup de cœur de 2009 : Demon’s Souls (PS3)
  • Coup de cœur de 2008 : Tales of Vesperia (Xbox 360)

 

PRIX SPÉCIAL DU JEU LE PLUS CHRONOPHAGE DE L’ANNÉE

Animal Crossing New Leaf (3DS)

160 heures passées à rembourser des dettes, pêcher des requins, importer des design tirés d’anime / manga / jeux vidéo publiés sur 2ch et Pixiv, planter des sapins, faire des bonshommes de neige, admirer des aurores boréales, espionner les villages des joueurs japonais, insulter Tom Nook, construire des projets dans mon village, plumer mes habitants… no comment. Le truc qui m’aura le plus perturbée pour le moment est quand même le « Harvest Festival » de la mi-novembre et où il faut cuisiner des plats pour un personnage, une dinde nommée Franklin. Et à la fin de cet événement, Nintendo a envoyé à tous les joueurs en cadeau via spotpass… une dinde grillée. WTF.

 

ET POUR 2013 ?

Comme pour mes bilans de 2010 et 2011, j’évoquerai le grand absent de l’année, à savoir The Last Guardian. On ne sait toujours pas ce qui se passe vraiment avec ce projet, si ce n’est que le site officiel est toujours là, avec une sortie toujours prévue sur PS3 à une date indéterminée. L’autre absent que j’attendais pour 2012 est Dragon’s Crown de Vanillaware sur PS3 et PS Vita, lui aussi prévu à une date indéterminée. N’oublions pas non plus le fameux Final Fantasy Versus XIII, le projet ambitieux de Nomura dont on ne sait vraiment pas non plus si il va vraiment finir par sortir. Vont-ils le recycler en un futur FFXV ? Et pendant ce temps, Square Enix persiste avec ses suites à FFXIII, tandis que des fans attendent toujours la localisation de Final Fantasy Type-0 sur PSP.

Niveau consoles, si j’ai acquis une 3DS en 2012 je ne sais pas si je vais également prendre une PS Vita en 2013. C’est une bien jolie machine, mais ce qui me gène surtout c’est le problème de la rétrocompatibilité. Que faire de tous mes UMD de jeux PSP ? Et hors de question de repasser à la caisse pour pouvoir y jouer sur Vita. C’est donc le gros point noir pour ma part, suivi par une ludothèque vraiment vide : peu d’exclusivités, beaucoup de portages, et les rares jeux qui m’intéressent (Project Diva F, Dragon’s Crown, Project Versus J) sortent également sur PS3 : la console n’a donc pas beaucoup d’intérêt. J’avais failli craquer lorsqu’elle était vendue à 160 euros sur Amazon en décembre, mais finalement, pour acheter quoi dessus (à part Gravity Rush) ?

Pour les titres à faire cette année il me reste encore des tas de jeux achetés plus ou moins récemment mais que je tiens à faire un jour comme 999 : Nine Hours, Nine Persons, Nine Doors et Radiant Historia sur DS, The Witcher sur PC ou encore tous les Assassin’s Creed sur PS3 (bien entamé le premier, un peu commencé le second, mais pas touché aux autres). J’ai également TokiTowa (PS3), Fragile (Wii), les deux Super Robot Taisen Z 2 (PSP), Atelier Totori et Meruru (PS3) qui m’attendent, et je pense donner une seconde chance à Ninokuni sur PS3 avec la version européenne, en espérant ne pas m’endormir devant et cette fois-ci réussir à dépasser la dizaine d’heures.

Concernant les attentes pour 2013, personnellement le titre que j’attends le plus est Dark Souls 2, même si j’ai un peu peur étant donné que Miyazaki se contente cette fois-ci de superviser le tout. J’attends également le futur Gyakuten Saiban 5 (merci d’avoir mis Odoroki/Apollo au placard), de nouvelles informations sur le futur RPG de Monolith Soft sur WiiU, et peut-être que j’achèterai le RPG sur PS3 avec Noizi Itou au chara-design prévu pour ce mois, Kamisama to Unmei Kakumei Paradox. Mais le titre annoncé récemment et que j’attends avec impatience, et je n’ai pas honte, c’est le jeu de rythme musical PreCure All Stars prévu sur Wii en mars (en espérant qu’il y ait une version collector remplie de bonus). En revanche le nouveau Super Robot Taisen sur 3DS, SRT UX, ne me tente pas vraiment au vu du roster et de sa réalisation datée, et même si je n’ai pas de Vita j’attends les futurs retours sur Soul Sacrifice. Parmi les productions un peu plus ambitieuses j’attends de voir ce que donnera The Last of Us, mais aussi à quoi ressemblera le Bayonetta 2 de la WiiU, par pure curiosité. Et si j’ai fait beaucoup chauffer ma 3DS en 2012, le planning de 2013 a l’air plutôt désert en comparaison et pour le moment seul le futur Shin Megami Tensei IV me tente bien, ainsi que le remake de Dragon Quest VII.

Pour le reste on verra bien, et qui sait, on aura peut-être droit à de bonnes petites surprises en 2013. :)

Et pendant ce temps, en 2013, les serveurs américains de Demon’s Souls sont toujours là \o/

A lire ailleurs :

 

29
Poster un Commentaire

avatar

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S'abonner  
Les plus récents Les plus anciens
Me notifier des
ichikyo
ichikyo

Chouette, enfin un (court) avis sur Time Travelers.
Donc finalement c’est juste qu’un petit visual novel sympathique mais qui ne casse pas des briques. Bah merci Exelen, en tout cas j’ai eu l’avis que je cherchais pour celui ci. Quand au reste, c’est une liste de tes gouts après tout, tu m’avais déjà prévenu pour le LxP, et je vais encore laisser quelques mois à la 3DS avant de craquer, je veux surtout faire Fire Emblem et si tu as vraiment fait la centaine d’heure, je pense que je vais vraiment pas etre decu :) (j’avais passé les 90h du Radiant Dawn sur Wii)

X4713R
X4713R

« et je préfère nettement cette Saber-là »
Tu as bon goût! Humu!
(Par contre moi je l’ai pas terminé Fate Extra, le système de combat est juste chiant. J’ai arrêté au deuxième couple servant/master. Je reprendrai ma partie un de ces quatre mais là j’ai d’autres jeux plus intéressants à terminer…)

Soul Hackers sur 3DS t’intéresses pas sinon ?

Sae
Sae

Super j’adore les tops \ 0 /

Lilith dans Animal Crossing, on aura tout vu x)

Faust

Je vais être un peu HS mais comment faist tu pour que ton billet apparaisse dans la partie sélection sur Sama alors qu’il y a le tag « jeux vidéo » ? (qui est excluant chez moi)

pikasis

tiens c’est marrant premier test (parmis le peu) de Fate/Extra que je lis de positif ça tombe bien je l’ai acheté récemment !

Andey Z

Merci pour le petit lien vers notre site pour le DLC de Dark Soul sur PS3 x)

Blog très sympa !

La trollette Andey Z.

Exelen

Faust > Bonne question mais je n’en ai absolument aucune idée, et j’ai l’impression que tous mes articles apparaissent par défaut dans la partie Sélection de Sama, même ceux sur les jeux vidéo. Il vaut mieux que tu poses directement la question à Pazu, je pense.

Andey Z > De rien ! J’avais trouvé l’article sympa, en fait. Et merci à toi aussi :)

Ialda

Je ne sais pas si tu as vu ce bouquin Exelen ?
http://www.parkablogs.com/content/book-review-art-of-journey

commandé pour un pote en octobre dernier, et il est copieux (notamment en ce qui concerne l’évolution du design du protagoniste) et plutôt superbe :)

Oyashiro

Je serai intéressé par ton avis si tu joue a Kamisama to Unmei Kakumei Paradox, j’avais déjà énormément aimé Unlosing ranger vs darkdeath evilman, et l’idée d’avoir le même gameplay mais amélioré avec la qualité des sprite de disgaea 4 me ferai bien envie.

Sinon ton avis sur code of princess me fait un peu peur, le jeu me faisant beaucoup envie, et que les beat them all 2D commencent a se faire plutôt rare (surtout que j’aime beaucoup le chara design de celui ci), je misais beaucoup sur celui ci… Bon, je me le prendrais quand même, mais j’avoue que mon enthousiasme a été un peu enrayé )=.

Sinon non, tu n’es pas la seule a ne pas aimer les combats dans mass effect, j’avais déjà trouvé le 1 mou du genoux comme pas possible, le 2 était un peu mieux mais ça restait toujours aussi rébarbatif et peu passionant pour ma part. Quand en plus le reste du jeu me laissai complètement de marbre, si ce n’est le travail sur l’univers ou le personnage de Joker, la saga m’a tout laissé sauf un bon souvenir… Et je ne pense que ce soit du a une aversion des TPS, j’ai adoré vanquish.

En tout cas, tu m’as définitivement motivé pour le Sonic all star racing transformed =).

Kalahan

Cette année 2012 a été en effet très riche en bons jeux (et notamment en RPG *_*)
Pour 2013, j’attends des annonces de Nintendo comme le « trop fou » Persona X Fire Emblem qui me vend du rêve avec pratiquemment aucune info XD

Reileen
Reileen

L’artwork que tu as utilisée (avec le mage blanc) est magnifique ! Je peux avoir un lien pour l’avoir en grand s’il te plait ? Merci !!

Exelen
Cheksa

Beaucoup de jeux que j’ai fait ou que je suis en train de faire, et au final je vois que nous avons des goûts très proches.

Pour Code of Princess, j’ai testé seulement la version US et ma conclusion était qu’une fois qu’on gratte la surface otaku/fan-service il ne reste plus grand chose.
J’ai acheté une 3DS pour ce jeu, entres-autres et c’est une demie deception. Heureusement, je me régale avec Fire Emblem et Crimson Shroud.

Sinon, un autre truc qui m’a interpelé c’est ton avis sur Asura’s Wrath. Il vaut une bouché de pain sur amazon mais j’avais quand même peur d’être déçu (j’en ai marre d’acheter des jeux parce qu’ils ne sont pas chers et sur lesquels je ne joue pas plus de 30 minutes). Du coup je me le ferai surement cette année.
Reckoning, fait partie des jeux pas chers sur lesquels je ne joue que 30 minutes. Enfin $7 pour 30 minutes c’est pas si bon marché… :/

Harlocksama

D’un avis sur « Dai 2 Ji Super Robot Taisen Alpha » sur Gamekult et en passant par ton twitter j’ai fini par atterrir ici.
Il est probable que j’y revienne pour mieux regarder ce blog qui m’a l’air fort sympa.
Sur ce je te dis à très bientôt!

Michelly58
Michelly58

Salut Exelen ! C’est Michelly58 et en se moment je joue a une super série de visual novel appelé Yarudora c’est tellement dramatique et cliché , en fait je me demandais si tu ne pouvait pas faire un article dessus un de ces quatre par ce que personnellement c’est un jeux que je recommanderai a tout le monde.
Sur ce aurevoir

Exelen

Michelly58 > je ne connaissais pas du tout la série de visual novels Yarudora, et après quelques recherches ça a l’air effectivement très intéressant ! Merci pour la découverte. *_*

Akira

Coucou, pas de nouvel article sur ton blog depuis un moment, tu ne vas pas abandonner :( ?